Partagez | 
 

 La règle 100 [Feat SCP-343]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
I am
Rapports écrits : 18
Arrivé à la Fondation le : 23/02/2015


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 60

MessageSujet: La règle 100 [Feat SCP-343]   Mar 17 Mar - 1:44


   
La règle 100

   


Penché au-dessus de son bureau, un tas de feuilles étalées devant lui et une monstrueuse pile de dossier posée en équilibre près du bord, Jack était en train de réfléchir à un nouveau concept. Oui, c’était comme ça qu’il nommait les idioties qu’il comptait faire. Au moins, les nouveaux croyaient qu’il bossait tranquillement et ne courraient donc pas prévenir Ridley directement. Ce qui lui laissait un peu d’avance sur le grand patron pour réaliser ses projets tous plus loufoques les uns que les autres. Cette fois, c’était l’une des salles de cinéma de la Fondation qui était visée, Le monstre de la fête de suffisant plus au scientifique visiblement.

Un crayon à la main, Jack était en train de griffonner sur une feuille un plan approximatif de la plus grande salle de ciné, prévoyant déjà les travaux nécessaires pour installer des barres de striptease et un coin pour servir de l’alcool. Évidemment, il  prévoyait de ne pas toucher à la plus part des sièges, mais il faudrait en sacrifier quelques-uns pour faire une piste de danse acceptable, mettre les enceintes, peut-être même installer une petite scène et proposer à certain membre pas trop mal de jouer un peu. Mais il faudrait enlever beaucoup plus que « deux ou trois » fauteuils pour ça et Ridley risquait de ne pas être tout à fait d’accord… Remarque, si Jack allait le voir avec son projet, il ne serait de toute façon pas d’accord alors autant faire les choses en grand.

Bright était donc en train de mâchouiller son crayon en gommant quelques traits, la musique à fond dans son bureau quand Clef était entré en tenant quelques dossiers sous le bras. Jack avait relevé la tête en cachant sa feuille précipitamment mais en voyant son ami il s’était ravisé en souriant. Clef était un très bon ami sur qui il pouvait compter quand on parlait de fête à organiser. On aurait pas dit comme ça, avec son air sérieux et son ton un peu sec avec tout le monde mais avec Bright, c’était un homme tout à fait différent que l’on découvrait.

- Ah, tu tombes bien ! avait lancé Jack en guise de bonjour après avoir baissé le son de sa musique. J’ai un nouveau projet en tête et j’aurais besoin d’un avis professionnel.

- Professionnel ? Tu es sûr d’employer le bon terme ? avait demandé Clef en souriant.

- Bon, peut-être pas mais j’ai quand même besoin de ton avis.

- Et moi j’ai besoin que pour une fois tu te comportes comme un scientifique adulte et responsable, avait-il soufflé en s’installant assis en face du bureau.

- Tu es sûr d’employer le bon terme là ? avait ricané Bright en mettant ses pieds sur un coin libre de son bureau.

- Quand je vois la pile de dossier que tu dois rédiger, je me demande comment tu fais pour avoir encore le temps de trouver des idées loufoques, avait soupiré Clef en désignant la montagne qui s’accumulait.

- Bah c’est simple, je les rédige pas. J’attends qu’un gentil petit chercheur un peu trop sérieux décide de me le faire pendant que moi je m’amuse ou que Ridley vienne gueuler directement avant de se barrer en prenant tout pour le faire lui-même, avait rigolé Jack.

- Bright… Tu vas grandir un jour tu crois ?

- La vie est trop courte, surtout ici pour que je la gaspille en rédigeant des foutus dossiers.

- Quelle poésie venant de ta part, ça m’impressionne. D’autant que si je me souviens bien, tu es immortel, non ?

- Roh ça va, c’est l’idée qui compte, pas les circonstances.

- Hm. Toujours est-il que je suis là pour te donner du travail.

- Quoi ?! Comment tu oses me faire ça Clef ?! Je croyais que tu étais mon amiiiii ! c’était exclamé Jack en se redressant, ce qui avait failli le faire tomber à la renverse de sa chaise.

- Ravensback à disons un peu perdu les pédales et fait quelques expériences qui lui ont valu une jolie combinaison orange, si tu vois ce que je veux dire.

- C’est devenu un Class-D ?! Sérieusement, nous les chercheurs on peut devenir des Class-D ?! Merde alors… Mais il a fait quoi ?

- Ce qu’il ne faut surtout pas faire avec 447.

- Oh… Beurk. Mais en quoi ça me concerne ? avait répondu Jack en souriant poliment.

- Les chercheurs doivent se partager ses dossiers. Alors je te laisse le choix en premier parce que je suis un super ami.

- C’est gentil mais si je veux pas ? avait soufflé le scientifique en regardant les dossiers que Clef avait posé sur ses genoux.

- C’est moi qui choisirai pour toi et je vais te refiler le plus dégoutant avant d’aller parler à Ridley de ton idée de… Soirée Ciné, avait-il répondu après avoir lu le nom marqué en gros sur la feuille brouillon de Jack.

- Tu sais même pas c’est quoi, avait-il grogné en gonflant les joues.

- Non, mais en parler à Ridley suffira à ce qu’il t’y interdise l’accès.


Visiblement, le scientifique n’avait pas le choix. Il aurait pu refuser et trouver une autre idée pour sa soirée, mais il savait que Clef était au moins aussi têtu que lui et qu’il œuvrerait pour faire échouer tous ses plans jusqu’à ce qu’il capitule. En soupirant, Jack avait donc tendu la main pour récupérer les dossiers que Clef lui tendait en souriant, ou plutôt les lui arracher des mains. Il lui avait ensuite tiré la langue avant de baisser les yeux sur les dossiers. Il y en avait cinq, avait tous inscrit un numéro en gras : SCP-3423, SCP-567, SCP-1793, SCP-343 et SCP-920. Bien peu inspirant tout ça en sommes. Puis évidemment, Clef était resté planté face à lui pour s’assurer qu’il en choisirait bien un. Jack n’avait pas envie de feuilleter les dossiers pour se décider alors il en avait pris un au hasard avant de tendre le reste à son ami. Un coup d’œil lui avait suffis pour savoir qu’il était devenu l’heureux chercheur du SCP-343.

En croisant les jambes il avait ouvert le dossier pour le regarder rapidement, histoire de savoir ce qu’il venait de récupérer comme créature. Clef en avait profité pour prendre croquis de l’aménagement pour la soirée de Jack pour l’observer en attendant que ce dernier termine sa lecture. Celle-ci devait être rapide, d’autant que le rapport était court. Mise à part les circonstances de la capture de ce SCP, il n’était précisé que peu de chose sur lui. Bright avait pu y lire que 343 possédait la capacité d’agrandir les pièces (en apparence tout du moins) et de les décorer. Par contre, les notes sur lui était plus importante, environs la moitié du dossier. C’était surtout des avis du personnel qui l’avait fréquenté. Chacun parlait d’un certain bonheur ressenti après un entrevu. Il était aussi inscrit que le SCP 343 était suivis psychologiquement parlant par le docteur Miranda Smith. Les rapports de ces entretiens n’étaient évidemment pas inscrit ici, mais peut être qu’avec son niveau d’accréditation et son nouveau statut de chercheur en chef pourrait lui permettre d’en obtenir une copie.

- Alors, il te plait ? avait finalement demandé Clef en s’étirant.

- Il est pas mal oui, même si on ne sait pas grand-chose. Ravensback a marqué ça : « SCP 343 n’a pas d’apparence précise d’après ce qu’on sait. Je le vois d’une façon (homme plutôt petit, cheveux brun, yeux marron, commun) alors que mon assistante le voit totalement autrement (taille normal, roux, yeux vert, genre de type qu’on n’oublie pas). Apparemment, c’est comme ça pour tout le monde même si parfois les descriptions se ressemblent. Je n’ai pas encore interrogé l’entité. »

- Ouais je sais. Tu penses que tu vas voir quoi toi ? avait demandé Clef en penchant la tête.

- Une jolie fille peu farouche ? avait ricané Jack en fermant le dossier.

- J’espère pour toi, avait rigolé son ami en se levant.  Tu me diras, hein, puisque tu dois t’entretenir avec lui dans… Dix minutes. Il y a son numéro de cellule inscrit dans le dossier et il est sur le site 17.

- Non mais tu es pas sérieux là ?! avait braillé Bright tandis que Clef franchissait déjà le pas de la porte. J’ai d’autres projets moi !


Mais ça, c’était le cadet des soucis de Clef apparemment. Jack était tenté de ne pas y aller, mais en baissant les yeux il avait vu que la feuille où était dessinés les plans pour sa soirée était retournée sur son bureau et qu’il y avait maintenant inscrit en rouge dans un coin «  J’ai tout vu ♥ ». Mentalement, Bright avait ajouté à sa liste « trouver une idée pour emmerder Clef » puis il s’était levé en récupérant le dossier après avoir rangé ses plans dans son tiroir verrouillé à clés. Il n’avait vraiment aucune envie de faire la rencontre d’un nouveau SCP ni même de sortir de son bureau, mais c’était l’occasion de passer au cinéma en revenant pour visualiser un peu mieux les arrangements qu’il pouvait faire.

Alors qu’il marchait dans les couloirs, son dossier sous le bras et les mains dans les poches, son téléphone avait émis un petit bruit. Après l’avoir sorti, Jack avait pu constater que c’était une notification d’Itunes, lui faisant parvenir le nouveau single du classement. A sa plus grande surprise, Bright avait constaté que c’était l’un de ses groupes préférés qui venait de rendre public un extrait de leur prochain album. Le scientifique avait alors pris conscience que le monde en dehors de la Fondation avait continué et qu’il était peut-être temps pour lui de sortir un peu pour une quelconque mission. La dernière fois, il était revenu avec une jolie jeune femme aux cheveux roses…

En parlant de cette dernière, Jack l’avait croisé dans un couloir alors qu’il se dirigeait vers le Site 17, ses écouteurs enfoncés dans ses oreilles,  Psycho à fond. Elle avait l’air fatigué, mais elle était toujours aussi craquante. Sarah avait dû prendre sa pause peu de temps avant car elle portait encore sa tenue de boulot et son oreillette. Bright s’était approché d’elle d’une démarche nonchalante pour la saluer, mais au moment d’ouvrir la bouche pour parler, la musique avait hurlé dans ses oreilles des paroles quelques peu… Comment vous dire, tellement approprié que Jack n’avait pas hésité. Au lieu de dire bonjour normalement, il avait préféré répété ce qu’il venait d’entendre.

- Your ass belongs to me nooooow ! avait-il clamé avant de s’enfuir en courant après avoir vu son air manifestement outré et un peu fâché.


Terminant le chemin qu’il avait à parcourir en courant, de peur que Sarah ne le poursuive, Jack s’était arrêté près d’une cellule de confinement pour reprendre son souffle. Cette musique était définitivement géniale, il adorait. Et en plus, ça lui avait permis de dire à Sarah une évidence, son cul allait lui appartenir, un jour. Il y comptait bien, sinon il n’aurait pas autan insisté pour la recruter. Mais pour l’instant, le devoir l’appelait. Bright avait alors retiré ses écouteurs et rangé son portable avant d’ouvrir le dossier pour chercher le numéro de la cellule. C’était marqué A-562-74. Combien y avait-il au juste ? Jack avait décidé de ne pas se poser la question et d’avancer jusqu’à la bonne cellule. Une fois devant, il avait trouvé un petit panneau avec marqué « A-562-74 / SCP-343 », ce qui lui avait confirmé qu’il était au bon endroit. Sans prendre la peine de demander à un garde ou de frapper, Jack avait présenté sa carte devant le petit boitier pour déverrouillé la porte et l’avait ouverte en grand.

- Salut ! J’suis ton nouveau chercheur référant. Tu peux m’appeler Dieu, avait-il lancé en guise de présentation, un grand sourire aux lèvres.





   
   [/color][/b]


Dernière édition par Jack Bright le Jeu 26 Mar - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: La règle 100 [Feat SCP-343]   Mer 18 Mar - 19:59

Un silence presque parfait régnait dans les couloirs du Site-17. Malgré qu'il n'y avait pas vraiment de distinction entre le matin et l'après-midi, un air de "matin serein" parcourait le Site. Les gardes étaient en train de vadrouiller calmement, marchant lentement dans les couloirs, leurs armes dans les bras. En effet, dans la Fondation, on ne pouvait pas se permettre de baisser la garde. Il fallait toujours être prêt.

De son côté, Sigma se leva lentement, mais sûrement, de son lit moelleux. Il eut bien dormi cette nuit. Une nuit sans rêves particuliers, mais qui lui apporta cependant une petite idée, accompagné par un défi à relever. Sigma se mit en position assit sur son lit, tout en réfléchissant à quelle idée était passé par sa tête pendant la nuit... Il prit quelques instants pour se remémorer de cette idée, avant enfin de s'en souvenir. Et en effet, la nuit portait conseil.

Depuis longtemps, quelques semaines grégoriennes avant l'arrivée de Sigma sur la planète Terre, Sigma avait projeté dans son futur l'éventuelle création d'un "univers-test": un univers où il pourrait changer sans contrainte les lois régissant l'infiniment petit jusqu'à l'infiniment grand. En effet, un grand projet pour tester  les lois qu'il avait établi dans l'ensemble de ses univers parallèles, mais aussi pour créer de nouvelles lois possible.

Et c'était justement cette dernière idée qui lui avait été donnés dans son sommeil. A vrai dire, l'idée était celle d'une nouvelle loi possible, une loi qui mettait en jeu la créativité de Sigma. En effet. Sigma, et comme la plupart des êtres humains, savait que le monde reposait sur 4 dimensions: 3 dimensions de l'espace (longueur, largeur, profondeur) et une dimension de temps, qui permettait de rendre vie à ces objets. L'idée qui lui avait traversé l'esprit était celle d'une possible cinquième dimension, et qui serait... Une quatrième dimension de l'espace!

Le simple fait de concevoir un objet d'un seul univers était un vrai défi, mais alors créer une cinquième dimension était tout simplement loufoque! Comment pouvait t'il appliquer une quatrième dimension de l'espace à un univers? C'était tout bonnement impossible! Impossible... Comment? Impossible...

Dieu...

Sigma. Sigma était Dieu. Dieu était le Créateur de l'Univers. Le Créateur de l'Univers était capable de tout. Alors pourquoi se décourager face à créer la quatrième dimension de l'espace? Sigma était le Créateur de l'Univers bon sang! Il allait coûte que coûte réaliser ce défi, qui lui avait été songé dans son sommeil. Si l'idée était apparue dans son sommeil, ce n'était pas pour qu'il l'abandonne!

Alors que Sigma commença à s'encourager mentalement, il se mit aussi physiquement au travail. Avec la force seulement d'un claquement de doigts, toute la pièce se mit à changer avec la vitesse d'un clin d’œil. La salle vit ses tapis entièrement disparaître, laissant les les murs, le plafond et le sol à découvert, et qui se changèrent eux même entièrement en bois. Des tables apparurent instantanément un petit peu de partout, elles aussi faites de bois.

Le plus grand changement fut cependant les nombreuses horloges et montres qui apparurent au fur et à mesure qu'elles se succédaient. Une horloge comtoise trônait au centre du mur opposé à la porte. La cheminée fut remplacée par une pendule de cheminée très grande, faisant la taille de la cheminée précédente. Plusieurs pendules, horloges et montres pouvaient être vus sur les tables, posés sur le sol ou encore accrochés contre les murs. Toutes n'étaient pas calibrés à la même heure, mais à la fin, elles émirent et simulèrent tous ensembles l'ambiance confortable d'un atelier d'horloger.

Sigma, satisfait de ses conditions de travail, se mit à dessiner sur une feuille blanche, posés sur un des bureaux. Il fit d'abord un long trait droit au bas de la feuille, rapidement, pour représenter un monde qu'avec une seule dimension. Sigma en fit plusieurs de ces traits, qu'il assembla pour former un carré. Deux dimensions. A partir de ce carré, il en fit plusieurs côtes à côtes, les découpèrent ensemble, les plièrent, les collèrent pour former au final un cube. Trois dimensions.

Trois dimensions, trois dimensions...

Comment pouvait t'il possiblement arriver à faire une quatrième dimension? Sigma posa le dessin sur la table et se mit à faire des rondes dans sa propre pièce, tout en pensant sérieusement à une quatrième dimension. Elle devait être possible, elle devait être possible, bon sang! Comment! Comment!

*Comment je peux faire? Comment je peux faire?*

- Comment je peux... Comment je peux faire!

Sigma arrêta de parler directement et revint à la réalité en trois...

Oh bon sang, quatre!

...en quatre dimensions lorsqu'il aperçu un homme ouvrir la porte de sa cellule sans le prévenir, tout en débarquant avec un grand sourire. Sans se préoccuper de savoir qui c'était, Sigma arrêta directement ses rondes et s'avança à grand pas vers le jeune homme qui se présentait devant lui. Il fit une courte analyse et oublia qui cette personne était pendant un moment. Cheveux bruns communs... Yeux communs... Décidément, les humains se ressemblaient tous...

- Salut ! J’suis ton nouveau chercheur référant. Tu peux m’appeler Dieu

...Mise à part bien sûr une seule personne qui se démarquait de cette foule d'humains. Une personne occupant par ailleurs une place importante au sein même de la Fondation. Sigma se remémora d'un coup l'identité de cet homme, qui ne pouvait être bien sûr que...

Jack Bright.

Cet homme. Voilà une personne qui pouvait que ne pas prendre les choses sérieusement, et qui se prenait pour Dieu. Un homme qui décidément avait un passé triste. Ayant perdu ses parents, ayant comme seul membre de la famille une autre expérience de la Fondation, étant prisonnier d'une expérience qui le ranimait et le réincarnait à chaque fois qu'il mourrait. Décidément, une triste vie, qu'il tentait de cacher derrière une attitude toujours plus cinglé qu'une autre.

En tout cas, si Jack Bright allait définitivement être son chercheur référent, et bien Sigma ne savait pas comment se débrouiller avec lui. "Échanger avec les humains", avait t'il apprit avec Miranda. C'était donc l'occasion d'expérimenter la présence de Bright. Et bien sûr, tout d'abord, il devait clarifier clairement quelque chose à propos de Bright. A propos de sa "divinité"...

Sigma tendit sa main en geste de serrer la main de Bright, et sourit alors en retour à Bright.

- Voyons... Sigma ria un petit peu. Il n'est pas nécessaire de vous appeler Dieu, Jack Bright! Malgré votre... Amulette... Vous n'êtes pas Dieu mais vous êtes Jack Bright, ce qui n'en est pas moins surprenant!

Sigma continua de sourire et claqua des doigts, faisant apparaître deux chaises face à face dans la pièce.

- Allez-y, vous êtes mon invité Jack. Asseyez-vous...

Sigma était curieux de savoir quelle question Jack allait possiblement lui poser. Etant son nouveau chercheur référant, il allait vouloir sûrement lui poser deux, trois questions. Sigma allait sûrement y répondre, tout en ménageant Bright. Ou alors allait t'il tout lui dire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
I am
Rapports écrits : 18
Arrivé à la Fondation le : 23/02/2015


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 60

MessageSujet: Re: La règle 100 [Feat SCP-343]   Ven 24 Avr - 13:20


 
La règle 100

 


Tout d'abord de dos, Jack avait pu observer un homme avec les cheveux d'un châtain profond parsemé de mèches grisonnantes. Il semblait être un peu plus grand que lui de quelques centimètres et sa carrure n'était pas très impressionnante mais elle lui donnait un sentiment d'autorité, de sécurité. Étrangement, cette posture était assez familière au scientifique qui n'arrivait pas vraiment à resituer qui de son entourage ce SCP pouvait lui rappeler. Jack avait vaguement remarqué que son arrivée avait certainement perturbé une intense réflexion, mais au fond il s'en fichait. Tout ce qu'il voulait c'était se débarrasser de cet entretien le plus rapidement possible pour pouvoir retourner à son plan de soirée.

En franchissant le seuil, Jack s’était présenté d’un ton jovial et amusé, comme toujours. Puisqu’il allait devoir travailler avec ce SCP, autant qu’il sache s’il avait le sens de l’humour et sinon, il fallait que cette créature s’y habitude dès le début. Après s’être défini comme un Dieu, la pensée qu’ici, à la Fondation, pas mal d’expériences se qualifiaient comme ça l’avait fait sourire. Il se balançait d’avant en arrière en attendant une réponse. En fait, vu qu’il n’avait pas lu le dossier il ne savait pas vraiment si ce spécimen pouvait parler. Un jour, il faudrait vraiment qu’il s’y mette sérieusement à travailler. Enfin, il le faisait quelques fois. Rarement certes, mais c’était mieux que rien non ?

Le SCP-343 s’était alors retourné et là, Jack eut l’impression de perdre pied. De se désintégrer sur place. De mourir de l’intérieur au moins cent fois. Il eut l’impression que plus aucune goutte de sang n’affluait dans son cerveau, que son cœur allait s’arrêter de battre. Il se sentait soudain comme l’adolescent qu’il était, perdu et terrorisé. Ce SCP était son père. Non, non… Il avait l’apparence de son père. Il fallait que Jack se reprenne et pense comme un scientifique. Que lui avait dit Clef ? Que cette expérience avait une apparence différente en fonction des gens qui lui parlaient. Mais pourquoi ? Pourquoi Jack le voyait-il comme son père ? Il n’y avait pas passé depuis des années, il ne se souvenait même plus de son visage jusqu’à ce jour. Pourquoi ? Le scientifique était décontenancé par cet homme devant lui… Non, cette créature. C’était bin la première fois qu’il perdait son sentiment de supériorité face à un SCP. Il n’aimait pas du tout ça. Il ne pouvait pas travailler avec lui, hors de question. Voir le visage de son père tous les jours et se rappeler que par sa faute il était mort d’une balle dans la tête ? Et puis quoi encore. Non, non. Il ne pouvait pas. Une sorte de flash lui revint en mémoire quand SCP-343 lui avait souris. Jack venait de ramener son bulletin plus qu’excellent à ses parents et son père lui avait souris de la même façon en lui disant être fier de son brillant fils. Brillant fils qui l’avait fait tuer. Un autre flash, celui de son père étendu dans la pelouse, une balle dans le front, du sang lui coulant sur le visage. C’était trop.

Alors que SCP-343 semblait détendu, qu’il avait claqué des doigts pour faire apparaitre deux chaises il avait aussi parlé mais Jack n’entendait plus rien. « Je suis fier de toi mon fils » c’était tout ce qu’il comprenait. Et les cris. Les cris de ses parents, de son frère. Jonathan, il fallait qu’il le protège. Mais comment le pouvait-il ? Ce n’était qu’un adolescent… Bright était en train de paniquer, de s’enfoncer dans un tourbillon de souvenirs joyeux puis catastrophiques. C’était juste horrible. Il s’était pris la tête entre les mains en reculant jusqu’à heurter le mur. Jack avait fermé les yeux très fort en essayant de revenir au monde réel. C’était du passé tout ça, il était un homme différent maintenant. Il n’était plus cet adolescent qui avait peur, non maintenant c’était un homme. Un homme intelligent, immortel et surtout pas vulnérable.

- Putain… avait-il soufflé en crispant ses mains.


Il sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine, sa respiration était bruyante même pour lui, il tremblait. Jack luttait contre tous ses souvenirs qu’il avait enfouit au plus profond de lui dès son arrivée, souvenirs qu’il n’avait jamais ressassé. Pourquoi ce SCP avait l’apparence de son père bordel ?! Le scientifique aurait voulu sortir, s’enfuir loin. Frapper Clef aussi, même s’il ne pouvait pas prévoir ça. Clef, son ami. Son collègue. Voilà le monde réel. Il fallait se raccrocher à ça.

Jack ne savait pas bien combien de temps était passé mais il avait l’impression que ça faisait des heures qu’il luttait contre ses démons intérieur. Il était épuisé et avait toujours les yeux fermés. S’il avait enfin repris le dessus, il n’était pas prêt à recommencer en voyage dans le temps alors il préférait éviter le regard de 343. Ce regard si familier.

- Je… Comment tu fais pour prendre des apparences différentes ? Tu peux changer ça ? avait soudain demandé Bright en espérant très fort que ça soit possible.


Il était toujours dos au mur et de ne pas voir ce SCP l’angoisser mais l’idée d’avoir une nouvelle crise le paralysait encore plus. Il était déjà bond pour des semaines et des semaines de cauchemar, il n’allait pas en rajouter. Il devrait peut-être même voir un psy. Y avait-il des psy pour les chercheurs ? Il n’en savait même rien en fait. Il faudrait qu’il se renseigne. Quoique… Parler de son père viendrait à parler de Jonathan et il fallait qu’il le protège. Déjà trop de personne étaient au courant que c’était son petit frère. La fondation était censée être hyper sécurisé mais on ne sait jamais. Il ne devait pas y avoir d’espion dans leur rang mais les gars qui avaient débarqué chez lui bien des années avant semblaient déterminés, prêts à tout et surtout pas limité niveau moyen. Il ne savait d’ailleurs toujours pas qui ils étaient. C’était frustrant.




 
  [/color][/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: La règle 100 [Feat SCP-343]   Sam 20 Juin - 18:47

Le cliquetis des différentes horloges et montres de la pièce agirent comme bruit de fond plutôt agréable, dans une situation un petit peu moins agréable, à la fois pour Bright qui voyait en face de lui un écho de son passé, son père décédé, et pour Sigma, qui ne comprenait pas du tout la situation dans laquelle il se trouvait, et qui se posait des questions face à Bright qui devenait tout pâle et crispé devant lui.

Sigma observa attentivement les mouvements de Bright, qui témoignèrent qu’il n’aspirait pas du tout confiance à ce jeune homme. Sigma fit paraître une expression de confusion et resta debout sans bouger, à observer. Décidément, qu’avait cet humain ? Qu’est-ce qu’était chez Sigma qui lui faisait si peur ?

Dieu, bien sûr, avait la capacité de pratiquement tout savoir, mais à cause de ce nouveau corps, l’accès à toutes ses connaissances était limité (due à l’esprit de Sigma converti en un simple cerveau humain) et il lui fallait se concentrer à chaque fois pour pouvoir tout connaître sur le sujet auquel il se concentrait. Heureusement, Bright était situé devant lui, donc Sigma avait juste à se concentrer mentalement sur lui pour pouvoir savoir ce qui lui arrivait.

Dans n’importe quelle situation, Sigma pouvait voir l’univers et les pensées des hommes au-delà des 5 sens habituels, ce qui lui donnait le pouvoir de percevoir visuellement les rayons X ou les ondes radios (quand il le voulait), ainsi que de percevoir les pensées d’une personne, ce qu’il fit sur Bright.

A peine Sigma vit quelque secondes l’esprit de Bright, il vit où était le problème : son effet mémétique naturel. En effet, Sigma, en incarnant un corps pour visiter la terre, avait opté pour le choix d’un corps humain entièrement invisible, mais qui pouvait être perçu tout de même en tant qu’hallucination à la fois visuelle, auditive, tactile, olfactive et gustative pour les plus téméraires. Sauf que, et bien sûr, ces hallucinations n’étaient pas commune et les mêmes chez tous les êtres vivants qui observaient Sigma, qui donnait lieu, du coup, à des différences de perceptions.

Alors, la question était : que voyait Bright ? Sigma, évidemment, le sut immédiatement vu qu’il percevait ce que Bright voyait. Et Bright voyait… Un homme. Mais un homme qui avait des traits de son visage similaire à celui de Bright. Plutôt très similaire. Trop similaire.

Mais que cela signifiait-il ? Que Bright était gêné par une personne qui lui ressemblait trop ? Si ceci en était la raison, il devait vraiment avoir une phobie pour qu’il agisse jusqu’à reculer et se poser sur le mur. Non… Il y avait probablement autre chose, mais 343 ne pouvait pas avoir une réponse immédiate.

Mais il avait déjà trouvé la solution, quelque chose qu’il n’aimait pas forcément faire mais qui était nécessaire dans une telle situation : manipuler les sens de Bright pour qu’il perçoive un homme ordinaire au lieu d’un « quart de clone de lui-même ».  Homme ordinaire, c’est-à-dire le type d’homme qui ressemblerait à tout le monde et qui pourrait facilement se noyer dans une foule. En gros, un Mr. Nobody.

Avant que Sigma puisse faire ce qu’il devait faire, Bright, avec une expression et un ton paniqué, prit la parole pendant quelques secondes.

- Je… Comment tu fais pour prendre des apparences différentes ? Tu peux changer ça ?

Justement, tout ce que Sigma comptait faire. Aussitôt que Jack Bright fini sa phrase, Sigma se mit à se concentrer mentalement pour changer les sens de Bright. Il remplaça alors l’homme ressemblant à Bright par un homme de grande taille, avec des cheveux bruns et des yeux bleus, possédant une barbe de 3 jours, et moyennement musclé. Un homme plutôt basique, portant une chemise grise et un jeans rouge. Alors que Sigma eut fini de pénétrer l’esprit de Bright, il espéra au fond de lui que sa peur allait cesser, et peut-être qu’il allait lui inspirer un peu plus de confiance…

Après avoir fini tout ce qu’il était en train de manipuler, Sigma regarda Bright dans les yeux, et commença à s’adresser à lui, d’un ton calme…

-Je… M’excuse Bright, ce n’était pas du tout prévu que cela se passe. Pour abréger, je peux en effet changer d’apparence, mais je ne contrôle pas l’apparence que je prends au tout début avec une personne… Disons que j’ai un effet mémétique qui contrôle le corps de celui d’invincibilité, d’invisibilité et qui fait que ça devint différent… Euh…

Un petit silence régna dans la salle, alors que Sigma perdit la moitié de son pouvoir à construire des phrases correctes. Sigma se perdit à un moment et commença à tourner en rond dans la salle pendant quelques secondes, avant de se retourner vers Bright et de reprendre la parole.

-Oh… Désolé ! J’avais perdu mon latin ! Je ne savais plus quoi dire… Euh… Vous savez quoi ? On va oublier ces explications compliquées et on va se rassurer sur le fait que je peux changer d’apparence, hein ?

Sigma se retourna alors vers la table, regardant les chaises qui attendaient que le duo s’assoit chacun sur une de ces chaises. Sigma prit une de ses chaises et tourna la tête pour regarder Bright, avec un sourire.

-Je vous invite, Bright, à prendre la chaise de devant. Après tout, vous êtes venu, donc vous êtes mon invité        aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La règle 100 [Feat SCP-343]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Règle sur la bataille navale.
» Point de règle : bonus/malus des armes
» Règle vol forge world
» Une règle hexagone
» Règle Pirates

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The SCP Foundation :: Les Lieux :: Les sites spécialisés :: Sites internes-