Partagez | 
 

 Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Lun 23 Fév - 23:17

Il était exactement huit heures du soir. Les couloirs du Site-17 étaient grandement éclairés, mais quasiment silencieux. Plusieurs gardes patrouillaient et surveillaient les environs et les cellules, mais ils étaient silencieux. Tous ne parlaient qu'avec des chuchotements, et uniquement le bruit des pas était transporté par les échos. Une fin de journée habituelle pour ces gardes là. Rien de plus ne pouvait être entendu ni attendu par quiconque.

Pendant ce temps, Sigma était en pleine pensée. Assis sur son lit, il réfléchissait à un moyen pour enfin parvenir à son but qu'il avait longtemps prémédité: obtenir un des objets de la Fondation pour comprendre les seules choses qu'il ne comprenait pas. L'accès aux expériences de la Fondation lui avait été refusé. Mais cela faisait rire Sigma. Refuser quelque chose au créateur de l'univers? Quelle idée absurde...

Sigma ouvrit la porte de son logement et sortit dans le couloir. Il comptait prendre une promenade dans la Facilité, pour se rafraîchir les idées. Il prévint les gardes qui patrouillaient qu'il souhaitait uniquement se promener dans les environs. Les gardes acceptèrent. Sigma continua alors dans un dédale de couloirs et de secteurs, avant d'arriver dans un tunnel de maintenance. Sigma s'y aventura sans hésiter, connaissant le chemin à prendre (il savait circuler dans son univers, tout de même!). Il y avait uniquement le fameux Docteur de la Peste qui le faisait redouter, mais rien d'autre.

Après quelques instants, Sigma se retrouva alors dans un dernier couloir remontant vers une porte en fer. Lorsqu'il la franchit, Sigma l'ouvrit avant d'être accueilli dans un endroit magnifique, qui lui avait coupé le souffle. De la verdure et des plantes exotiques l'entouraient, et une fraîcheur humide vint s’abattre sur le visage de Sigma. Un parfum accueillant remplissait l'air autour de lui. Un vrai petit paradis vert sur terre, qui n'était qu'autre que le Parc Artificiel.

Sigma circula alors parmi les nombreuses fleurs et végétaux. Sigma était dans un état de bonheur, et se plaisait à dandiner et danser parmi ce qui se présentait devant lui. Encore une fois, ces végétaux firent reconnaitre à Sigma la valeur, la beauté et la splendeur de ce qu'il avait créer. Voilà comment devait réfléchir Sigma. Sigma devait être fier de ce qu'il avait créer, de ce qu'il avait sacrifié pour concevoir plusieurs végétaux extraordinaire, plus complexes les uns que les autres.

Sigma continua à se perdre dans son délire et à basculer de pas en pas sur son sentier jusqu'à qu'il fit face à ce qui semblait être un des murs du Parc. Un mur qui semblait en tout point habituel. Mais dessus se trouvait un poster, encadré et protégé par une fine caisse en verre. Ce poster se trouvait à gauche d'une porte épaisse (semblant insonorisée), gardé par deux gardes armés de simple pistolets. Le poster montrait le contenu de la salle derrière la porte:

Reproduction du poster:
 

Sigma ne se souvenait plus de ce qu'était cet objet (étant donné la quantité des connaissances qu'il devait interpréter dans un simple cerveau humain), mais il voulait l'examiner à tout prix. Si Sigma était venu ici pour ressentir un bonheur vivifiant, ce n'était pas un hasard. Sigma devait convaincre ces gardes de le laisser entrer et d'observer ces objets. Sigma se tourna alors vers eux.

- Dites moi, mes braves hommes, puis-je savoir quels sont les objets se trouvant derrière cette porte?

Les deux gardes lui demandèrent son identité. Sans mentir, Sigma répondit qu'il était SCP-343. Les gardes se regardèrent et refusèrent alors de répondre à sa question, quand à ce qu'était les objets contenus derrière la porte. Sigma ne voulait pas insister, mais décida au lieu de commencer une discussion avec les gardes, sans remarquer que quelqu'un de plutôt haut-gradé dans la Fondation allait faire son approche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Dim 1 Mar - 20:47


❝ Négotiations sur des tomates meurtrières ❞


HRP : Hey ! Pardon du retard, j’espère que c’est pas trop grave… et trop nul xD






Sigma Taurus (SCP 343)
Code couleur : #009900


La montre de Ridley annonçait huit heures lorsqu'il daigna poser un regard surpris dessus ; il finissait rarement aussi tôt. En même temps, il n'avait pas dormi la nuit dernière, sa pile de dossiers à lire pesait trop lourds en octets pour qu'il l'ignore et reporte à plus tard voire au lendemain. Vu l'heure, grignoter un petit quelque chose serait certainement pas mal donc il s'était machinalement dirigé vers sa cuisine pour se trouver des biscuits qui feraient largement l'affaire.

Mais à peine eut-il fini de fouiller dans les placards que le scientifique entendit la sonnerie caractéristique de son portable qui suffit à lui faire comprendre que la sécurité l'appelait. Oui, il avait des sonneries différentes pour chaque secteur amené à l'appeler. Quand c'était l'infirmerie et plus particulièrement son docteur, caractérisé par les violons grinçants de "Psychose", il ne répondait pas. Jamais. Présentement, si la sécurité l'appelait lui, c'était qu'il devait y avoir un problème de taille. Ou qu'ils psychotaient mais dans les deux cas, pour eux, il se devait de décrocher. Abandonnant son paquet de biscuits même s'il ne l'avait guère ouvert il s'en retourna à son bureau en se demandant ce qui allait encore lui tomber dessus.

— C'est Ridley, il se passe quoi ?


— On a repéré le SCP-343 dans le tunnel de maintenance.


Ridley soupira à défaut de s'énerver. Cette entité là, apparemment, elle ne respectait pas grand chose. Il commençait à regretter d'avoir donné son aval pour sa libre circulation dans la Fondation. La dernière fois, avec le SCP-1048, il avait bien vu le résultat. Un ourson créé uniquement à partir d'oreilles humaines, il s'en serait passé. Mais pour celui-ci, quelles étaient ses fichues motivations ?

— Qu'est ce qu'il fout dans le tunnel de maintenance ? Surveillez le 049, je veux pas qu'il l'approche.


— Très bonne question boss. Il va pas dans sa direction par contre, plutôt à l'opposé.


Ridley attrapa son arme qui traînait parmi ses dossiers en pagaille. Le tunnel de maintenance était strictement interdit d'accès aux personnes non qualifiées pour y descendre alors des entités... encore moins.

— C'est bon je m'en charge faut mettre tout ça au clair. Informez-moi juste concernant sa destination dès que vous l'aurez.


Peut-être que si c'était lui qui énonçait une remarque, elle rentrerait mieux ? S'il voulait juste se promener innocemment, soit. Mais pas dans le tunnel dans lequel était confiné le Docteur Plague et dans lequel ils conservaient des vivres et de l'armement. Il y avait d'autres moyens.

Son service de sécurité le rappela alors qu’il allait prendre l’ascenseur pour descendre dans ce fameux tunnel et il apprit que le SCP-343 venait d'entrer dans le Parc Artificiel, merci les caméras. Voila qui allait lui faciliter la tâche, il préférait atteindre cet endroit par la surface plutôt que par le tunnel. Et dire qu'il n'était jamais allé dans ce parc depuis sa construction, faute de temps. Voila qui provoquait des émotions assez singulières mais une fois à l'intérieur, il ne s'attarda pas sur les plantes et les arbres qu'il contenait. Il n'était pas là pour se changer les idées bien au contraire. Tout était toujours relié au travail, même en cet instant.

Il ne tarda pas à repérer cette fameuse entité, en pleine discussion avec deux de ses gardes, devant la cellule de confinement du SCP-504. Que voulait-il donc faire avec cette expérience ? La présenter à Bright pour qu'il se fasse canarder de tomates à chaque blague foireuse ? Bien sagement, il se planta derrière eux et se racla la gorge pour signifier sa présence.

— Bonsoir... j'espère que je ne dérange pas trop en m'immisçant dans cette discussion.


Imperceptiblement, parce qu'il ne se concentrait pas sur eux, il vit les gardes se redresser. Il espérait qu'ils n'étaient pas en train de se laisser convaincre d'ouvrir la porte, auquel cas... cela serait très dérangeant.

© Halloween



Dernière édition par Ridley Moran le Ven 1 Mai - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Mer 4 Mar - 19:49

Sigma discutait toujours avec les deux gardes, ayant choisi de parler chacun de leurs familles. Un des homme avait sa famille à Los Angeles, et l'autre à Varsovie. Tandis que l'homme Américain parlait de sa fille, Sigma ne pouvait que avoir un peu de pitié pour ces deux hommes. Deux gardes, deux simples gardes, acheté avec un salaire fou par la Fondation, en échange d'être séparé de leurs familles, qui n'avaient même pas le droit de connaître le travail de ces gardes. Sigma se sentait désolé d'apprendre qu'ils avaient été séparés comme cela. Mais Sigma le savait, la Fondation avait besoin de gardes comme eux, pour contenir ces objets...

- Bonsoir... j'espère que je ne dérange pas trop en m'immisçant dans cette discussion.

Les gardes devinrent tout à coup nerveux, et se redressèrent rapidement, cessant la discussion avec Sigma. Sans changer de comportement, Sigma se tourna alors vers la personne qui avait "dérangé" ces gardes: Ridley Moran. Face à cette personne, tous les sentiments de Sigma furent, en un coup, mélangés entre eux.

Ridley Moran, LE créateur du SCP. Sigma le voyait comme étant un homme que l'on pouvait respecter, face à ce qu'il avait accompli pour contenir des objets et créatures plus dangereuses les unes que les autres. Sigma le voyait comme un homme prétentieux, se passant pour lui, se passant pour Dieu. Sigma était en colère, voyant que Ridley utilisait des prisonniers en tant que Classe D. Sigma était triste et empathique, connaissant le passé douloureux de Ridley, face aux services secrets russes. Beaucoup de sentiments remplissaient Sigma, et il ne sut pas comment agir, devant la personne qui était derrière même la raison de sa visite dans son univers.

Sigma devinait que Ridley était là sûrement parce qu'il s'était approché trop près d'un autre objet paranormal. Sigma remarquait, au côté de Ridley, une arme à feu. Que comptait t'il faire avec? Tirer sur Sigma s'il désobéissait? Quelle amusante idée, même s'il ne la trouvait en réalité pas drôle. Ridley semblait donc être là pour empêcher Sigma d'avoir accès à SCP-504. Dire à Ridley de partir directement et de fermer les yeux sur ce qu'allait faire Sigma était impoli. Il décida donc d'entamer une courte présentation avec Ridley, qui le connaissait sûrement déjà dans les rapports à son sujet.

- Tiens, bonsoir Monsieur Moran. Ne vous vous gênez pas, je suis moi même ravi de, enfin, rencontrer le cher créateur de la Fondation.

Sigma leva sa main en direction de Ridley, pour la serrer et faire des salutations comme il se devait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Sam 2 Mai - 0:45


❝ Négociations sur des tomates meurtrières ❞


HRP : PARDON DU RETAAAAAAAAAAAAARD T–T Je trouve ça court en plus pour le temps que tu as attendu... J'espère que ça ira quand même.






Sigma Taurus (SCP 343)
Code couleur : #009900

Ridley s’approchait d’ordinaire très peu des entités de la Fondation. Encore moins sans une troupe de gardes dans son dos. Même les expériences sous sa responsabilité, il les voyait peu. La grande majorité du temps, il restait trop méfiant, ce fut pour cela que durant un instant, il hésita à serrer la main du SCP-343 en face de lui, craignant qu’il ne se passe il ne savait pas trop quoi. Depuis de nombreuses années maintenant il reliait la plupart des contacts, physiques ou non, avec le danger, ou une certaine vulnérabilité. Tout dépendait du contexte à vrai dire. Ici, avec une expérience dotée de pouvoirs inimaginables puisqu’elle vantait haut et fort d’avoir créé l’univers et la vie sur Terre, mieux valait rester très méfiant. Un rien pouvait suffire pour qu’il annihile cette planète et tous ses habitants qu’il tâchait, lui comme tout le monde dans ces murs au beau milieu du Groenland, de protéger au mieux. Le scientifique n’était pas dans la tête de la créature en question pour savoir comment elle réfléchissait et ce qu’elle ressentait. L’imprévisible avec quelque chose d’aussi puissant, il n’appréciait guère mais que pouvait-il bien y faire ?

— Tiens, bonsoir Monsieur Moran. Ne vous vous gênez pas, je suis moi même ravi de, enfin, rencontrer le cher créateur de la Fondation.


Puis Ridley avait tâché de se rassurer et de se dire que si, de toute façon, le 343 avait une dent contre lui, la Fondation aurait déjà disparu où bien il serait déjà mort sans même qu’il eut besoin de sortir de sa cellule. Qu'il pouvait la quitter comme bon lui semblait également, vu qu'aucune procédure de confinement n'avait été trouvée, sans compter que, puisqu'il était apparemment là de son plein gré et se montrait coopératif, il n'y avait pas tant de raisons que ça de l'enfermer. Ridley ne pouvait même pas dire "pour l'instant" car même si cela devait changer, ils ne pourraient techniquement rien y faire. Et s'il n'avait rien tenté contre la Fondation précédemment, il ne voyait guère pourquoi cela se produirait aujourd’hui. Il lui serra donc la main et masqua son soulagement sans peine quand rien de bien transcendant ne se produisit. Au final, il était surtout légèrement mal à l’aise de l’espèce de compliment attitré que l’être en face de lui avait prononcé. Modestie sans doute.

— Vous me voyez ravi de faire votre connaissance aussi, Créateur de l’Univers. J’aurais peut être du venir me présenter plus tôt.


Ridley sourit un peu, renvoyer les politesses il savait faire même si elles étaient sincères dans leur quasi totalité. Il restait encore un peu sceptique quant à sa possible création de l’univers mais c’est bien parce que les preuves n’étaient pas encore assez suffisantes. Il ne croyait certes pas en Dieu spirituellement parlant et n’y croirait jamais mais en l’entité en face de lui, pourquoi pas. Tant qu’on lui étalait des preuves tangibles sur une table.

— Mon service de sécurité à eu des sueurs froides en vous voyant emprunter le tunnel de maintenance en fait. C’est en partie pour cette raison que je suis là, expliqua-t-il.


L’autre raison c’était bien évidemment de savoir ce qu’il fabriquait à discuter avec deux gardes devant une cellule de confinement. Qu’il se promène dans le parc il voulait bien l’entendre mais qu’il fasse causette… il y avait certainement un but derrière tout cela et il pressentait qu’il faudrait remettre les choses en place, à coup de compromis ou non. Alors certes, le 343 pouvait lui faire du chantage pour accéder à d’autres SCP, auquel cas il était un peu pieds et poings liés parce qu’il était largement plus puissant que lui et pourrait lui faire sauter la tête sans même avoir à claquer des doigts. Ridley s’était suffisamment retrouvé pieds et poings liés pour être devenu allergique à ce genre de choses, que cela soit au sens propre comme au figuré et comme il était borné, il ne céderait pas facilement malgré l’adversité. Il avait toujours été comme ça. Sans compter que s’il disait oui à tout ce qu’on exigeait de lui, en particulier les demandes toujours plus pressantes des dirigeants des pays extérieurs pour avoir plus d’armement de pointe… le monde serait déjà à feu et à sang. Un peu d’entêtement n’avait jamais fait de mal à personne.

© Halloween



Dernière édition par Ridley Moran le Sam 7 Nov - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Mar 23 Juin - 11:56

Sigma regarda encore une fois Ridley, de manière attentive. Un homme au physique peut-être légèrement remarquable, mais sans plus. Non, c’était surtout la place qu’occupait Ridley dans la Fondation qui captivait Sigma, encore une fois. En effet, quand on y pense, une telle personne, qui avait choisi d’adopter tant de responsabilités que seul un Dieu pourrait accomplir parfaitement, que faisait-elle tous les jours ? Déjà que Sigma, Dieu lui-même, mettait parfois un temps phénoménal à pouvoir être pleinement en contrôle d’un objet situé dans tel univers, alors un homme à la charge de contrôler les phénomènes paranormaux, il ne fallait pas en parler ! Sigma présupposait déjà que cet homme ne devait jamais avoir beaucoup de repos dans la vie de tous les jours. Sigma, lui, avait tout son temps pour accomplir toutes ses tâches, mais les journées de Ridley étaient chronométrées, qu’il ne le veuille ou non.

- Vous me voyez ravi de faire votre connaissance aussi, Créateur de l’Univers. J’aurais peut-être dû venir me présenter plus tôt.

Sigma, en vue de ce qu’il venait de penser juste à l’instant, pouvait évidemment comprendre Ridley, et en même temps avoir pitié de lui. Passer toutes ses journées probablement à travailler, travailler, et encore travailler, cela devait être crevant. Mais d’un autre côté, c’était une vie que Ridley avait choisi. Car si cela ne tenait qu’à Sigma, il aurait déjà, en quelque sorte, « prit » le job de Ridley. N’était-ce pas supposé être sa responsabilité après tout ?

- Mon service de sécurité a eu des sueurs froides en vous voyant emprunter le tunnel de maintenance en fait. C’est en partie pour cette raison que je suis là.

Bien sûr. Sigma aurait dû s’en douter, à moins qu’il s’en fût déjà douté dès le départ. En effet, voir un « SCP » parcourir un lieu qui est normalement restreint même à une grande fraction du personnel de la Fondation devait bien sûr attiser les membres-fondateurs, étant les plus hauts classés. Mais Sigma le savait déjà. Depuis sa venue dans la Fondation, il avait remarqué comment le personnel considérait inconsciemment les SCP : comme dangereux, anormaux, qui ne peuvent pas s’intégrer à la vie en société, qui sont inutiles, hostiles, etc… Ce stéréotype leur avait été adressé inconsciemment. Sigma pensait même que cela pouvait être comparable à l’amalgame et au racisme… Mais d’un autre côté, lorsque l’on est habitué à capturer des entités paranormales hostiles, on ne peut que penser cela. Sigma devait donc faire preuve d’ingéniosité et d’intelligence pour convaincre qu’il ne faisait pas parti de ce stéréotype, malgré son intérêt pour SCP-504.

Ce qui captiva cependant le plus dans ce que dit Ridley, fut les mots « en partie ». En partie ? Cela voulait dire précisément que Ridley n’était pas ici uniquement parce que Sigma avait pris un tunnel de maintenance. Et cela impliquait… Que Ridley connaissait peut-être déjà l’intention de Sigma. En effet, lorsque Sigma pensait que Ridley allait tenter de l’arrêter avec son pistolet pour avoir essayé d’entrer dans la cellule de SCP-504, il ne le pensait pas sérieusement. Mais maintenant, l’hypothèse que Ridley savait déjà que Sigma allait vouloir voir SCP-504 était beaucoup plus crédible… Mais bien sûr, Sigma ne savait pas qu’il avait tort, et que Ridley était là uniquement pour savoir ce qu’il faisait à parler avec deux gardes…

Mais quelque en soit les raisons de la venue de Ridley, toutes convergeaient vers le fait que Sigma aura fort à faire pour convaincre que ses intentions n’enfreindront en rien les règles de la Fondation. Son acceptation dans la société de la Fondation était en jeu, et de plus il était un SCP. Ce jeu sera donc long. Sigma espérait juste qu’il sera une victoire de sa part.

- Oui, je vois… En effet, j’aurais dû prévenir un de vous avant de m’embarquer dans ce tunnel, sans compter que j’avais oublié qu’il était restreint. Ceci est ma faute… Je ne veux pas mentir, être prétentieux ni rien, mais vous ne risquez absolument rien avec moi. Mes intentions sont pacifiques, je ne faisais que me promener et discuter agréablement avec ses gardes. Vous pouvez leur demander vous-même, que je ne faisais rien de suspect.

Sigma espérait être crédible, mais s’inquiétait tout de même. Si l’hypothèse que Ridley savait déjà que Sigma était à la poursuite de SCP-504, le jeu allait être très corsée. Si l’hypothèse était fausse, il y avait encore une chance que Sigma prouve qu’il était pacifique sans avoir à franchir de trop dures obstacles. Le problème était qu’il avait demandé aux gardes qu’y avait-il derrière la porte (contenant SCP-504). Ridley allait sûrement demander aux gardes si Sigma leur avait demandé quelque chose de louche. Sigma espérait uniquement que ses gardes n’allaient pas mentionner ce passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Jeu 11 Fév - 9:22


❝ Négociations sur des tomates meurtrières ❞


HRP : Encore une fois pardon du retard, même si je suis impardonnable x.x prends ton temps pour répondre...






Sigma Taurus (SCP 343)
Code couleur : #009900

Une simple discussion de routine, il n’y avait sans doute pas mieux pour rassurer tout le monde. Ridley était déjà un peu plus détendu de constater que pour l’instant, le SCP-343 n’avait pas de si mauvaises intentions. Il n’en avait jamais eues depuis son arrivée à la Fondation, il fallait bien se l’avouer. Recevoir une expérience pacifiste faisait toujours plaisir à tout le monde. C’était juste la puissance liée à l’expérience en question qui inquiétait, ce qu’elle était capable de faire si ça lui chantait. Tant que Sigma respecterait les règles, tout irait bien ceci dit.

— Oui, je vois… En effet, j’aurais dû prévenir un de vous avant de m’embarquer dans ce tunnel, sans compter que j’avais oublié qu’il était restreint. Ceci est ma faute… Je ne veux pas mentir, être prétentieux ni rien, mais vous ne risquez absolument rien avec moi. Mes intentions sont pacifiques, je ne faisais que me promener et discuter agréablement avec ses gardes. Vous pouvez leur demander vous-même, que je ne faisais rien de suspect.


Oui bon, Ridley passait sur sa présence dans le tunnel. Il était nouveau, ça pouvait paraître logique qu’il ait oublié. Après tout, s’il était réellement le créateur de l’Univers, il devait avoir beaucoup d’autres choses à penser. Le chercheur aussi oubliait parfois des choses tant sa tête restait remplie des dossiers à lire. De toute façon il n’était rien arrivé dans ce tunnel, il n’avait pas foutu le boxon alors peu importait. La remarque avait été faite et il le considérait suffisamment intelligent, infiniment intelligent pour en faire quelque chose par la suite. Son équipe de sécurité risquait toujours de le prévenir s’il déambulait dans les couloirs mais l’affolement serait moindre que dans ce fameux tunnel de maintenance. Il avait droit de se déplacer et de toute façon, même si le SCP le lui avait interdit, l’entité pouvait faire ce qu’elle voulait au vu de ses capacités. Mais comme il jouait franc jeu avec lui, il allait rendre la pareille.

— C’est pas grave pour le tunnel, c’est passé et je vous en tiendrais pas rigueur. Je me doute déjà que vous êtes pacifiste, ça s’est vu depuis que vous êtes là et rien que pour ça je vous en remercie parce que c’est pas facile tous les jours autrement. C’est simplement qu’au vu de vos capacités, on peut s’attendre à tout et à n’importe quoi sur un simple coup de tête et l’imprévisible ça à tendance à faire dresser les cheveux sur la tête ici. Mais c’est juste une question de confiance et d’habitude, ça viendra.


Il était sincère en disant cela. Il savait d’ores et déjà que si tout se passait bien, la méfiance finirait par se calmer.  Il fallait juste être certain de ses intentions, ce qui prendrait un peu de temps surtout pour les plus paranos. Dont il faisait peut être partie, il fallait bien se l’avouer mais il tâchait de faire des efforts. Le scientifique tourna son regard vers les gardes que Sigma avait interpellés. Ces derniers se dandinèrent vaguement et semblèrent chercher la meilleure réponse à la situation. Finalement l’un d’entre eux lâcha dans un vague marmonnement.

— Il voulait des informations sur l’expérience dans la cellule patron. Mais c’est tout.


Bon, il fallait relativiser. Ça n’était pas la cellule du 682, juste celle des tomates sans aucun sens de l’humour. Il avait du mal à comprendre ce que Sigma avait à faire avec une expérience telle que celle là. Il sourit un peu, tant qu’il ne s’agissait que de ces fichues tomates, on pouvait écarter la fin du monde.

— Ah ? Vous vouliez voir si ce qui se dit dessus est vrai ?


Suffisait d’avoir un humour de merde et c’était gagné. Après, il n’avait rien avancé sur l’expérience en question mais quelque chose lui disait que le 343 était déjà au courant de la plante étrange qui se trouvait derrière ces murs.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Dim 25 Sep - 11:37

Sigma espérait qu'il allait gagner la confiance de Ridley, du moins dans l'immédiat. Car Sigma se sentait déjà coupable du fait qu'il avait éveillé l'attention des gardes et donc gêner le fondateur dans son travail sur lequel il s'acharnait tout le temps. Sigma, en s'adressant donc à Ridley, espérait le rassurer de toutes ses intentions et sur sa nature. Ridley entreprit alors de délivrer sa réponse. L'avait-il donc rassuré?

- C’est pas grave pour le tunnel, c’est passé et je vous en tiendrais pas rigueur. Je me doute déjà que vous êtes pacifiste, ça s’est vu depuis que vous êtes là et rien que pour ça je vous en remercie parce que c’est pas facile tous les jours autrement. C’est simplement qu’au vu de vos capacités, on peut s’attendre à tout et à n’importe quoi sur un simple coup de tête et l’imprévisible ça à tendance à faire dresser les cheveux sur la tête ici. Mais c’est juste une question de confiance et d’habitude, ça viendra.


La réponse rassurait dans un premier temps Sigma. Le protocole qu'avait appliqué la Fondation n'était donc très probablement qu'un protocole qu'elle aurait pu utiliser pour n'importe quel SCP. Mais en même temps, Sigma ressentait une certaine insulte dans cette procédure. Sigma n'était pas n'importe quel SCP, et pourtant pour l'instant il était traité donc comme tel. Comme Ridley le disait, c'était une question de confiance et d'habitude, mais il y avait donc du boulot à faire pour que Sigma n'ait pas besoin de se justifier pour chacun de ses actes à chaque fois. Il fallait aussi que la Fondation prenne conscience... Qu'il était Dieu, tout simplement, et que l'on devait se contraindre à lui, pas lui se contraindre à son propre univers... En toute logique.

Sigma retournait alors son attention vers les deux gardes qui nous avaient observé jusqu'à là. Ridley attendait une réponse de leur part. Sigma se demandait donc ce que l'un deux allait bien répondre. Et il espérait que ça n'allait pas être quelque chose de trop méchant.

- Il voulait des informations sur l’expérience dans la cellule patron. Mais c’est tout.

Il disait la vérité bien sûr, et il était gentil dans ce qu'il disait. SCP-504 intriguait beaucoup Sigma sur le moment, dans le sens qu'il voulait en connaître plus sur ce qu'il ne connaissait pas. Il ne voulait en aucun cas s'approprier de cet objet, et heureusement que ce garde ne le faisait pas paraître par erreur. Sigma se retourna vers Ridley qui voulait alors lui adresser la parole.

- Ah ? Vous vouliez voir si ce qui se dit dessus est vrai ?

Ridley connaissait donc désormais l'intention de Sigma. Et il semblait bien le prendre, du moins pour l'instant. Sigma se voyait ravi alors de voir que Ridley prenait cette opportunité pour démarrer une discussion. L'occasion pour Sigma de se montrer et prouver à Ridley qu'il n'était pas un danger.

- En effet. Je suis venu ici avec l'intention d'en connaître un peu plus sur l'environnement dans lequel je viens de débarquer. Un environnement rempli de curiosités, de SCPs comme vous dites, qui valent la peine d'en connaître beaucoup plus sur leur fonctionnement. J'en suis un moi-même, même si je considère en être un à tort mais ceci est un autre sujet, mais je souhaite connaître ceux qui le sont, pourquoi ils le sont, d'où ils viennent, qu'est-ce qu'ils peuvent engendrer, etc... Pleins de questions que je me pose, en ce moment même, sur ce SCP-504...

Sigma espérait avoir bien clarifié à Ridley ce qu'il cherchait sans pour autant paraître trop curieux de manière négative. L'idéal serait qu'il lui ouvre la porte pour lui montrer ces fameuses plantes mais pour l'instant SCP-343  devait se douter que cela n'allait pas se passer pour l'instant. Et puis bon, il fallait peut-être mieux connaître les particularités de 504 avant de s'engager dans sa salle...

_________________

Bienvenue dans la lumière de Dieu

Vous êtes perdu mon cher enfant? Voici pour vous guider...
Sanctuaire de la Sacré Présentation / L'Eglise des relations humaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Mer 5 Oct - 16:12


❝ Négociations sur des tomates meurtrières ❞


HRP : Pardon c'est sans doute nul xD j'ai fait au mieux.






Sigma Taurus (SCP 343)
Code couleur : #009900

Ridley avait cette idée qui trottait dans la tête de laisser le bénéfice du doute à Sigma. Accorder sa confiance à une expérience avec de telles capacités n'était sans doute pas sage et d'autres chercheurs l'auraient sans doute réprimandé. Mais s'il ne donnait pas au moins une chance, ça n'était pas bien non plus. Pour l'instant il avait été paisible et curieux, tout sauf agressif. Il n'avait tué personne. Le SCP-504 n'était pas une expérience stratégique ou importante, elle balançait juste des tomates selon son propre jugement de l'humour chez quelqu'un. Le chercheur et la Fondation ne risquaient donc pas grand-chose en cas de fuite d'information et le laisser entrer serait une bonne occasion de voir par la suite s'il était digne de confiance ou non. S'il rapportait quoi que ce soit sur ce SCP, Ridley serait fixé et l'entité n'aurait certainement plus accès à la moindre information pour un temps. Mais pour l'instant, il ne pouvait pas lui refuser, d'autant que les expériences situées dans le parc, toutes plus ou moins de catégorie Safe, étaient accessibles à la plupart du personnel.

— En effet. Je suis venu ici avec l'intention d'en connaître un peu plus sur l'environnement dans lequel je viens de débarquer. Un environnement rempli de curiosités, de SCPs comme vous dites, qui valent la peine d'en connaître beaucoup plus sur leur fonctionnement. J'en suis un moi-même, même si je considère en être un à tort mais ceci est un autre sujet, mais je souhaite connaître ceux qui le sont, pourquoi ils le sont, d'où ils viennent, qu'est-ce qu'ils peuvent engendrer, etc... Pleins de questions que je me pose, en ce moment même, sur ce SCP-504...


Ridley se permit de lâcher un petit rire. Eh bien si Sigma parvenait à répondre à toutes ces questions, la majorité du boulot des employés de la Fondation serait fait. Il comprenait ce souhait de savoir où il pouvait bien être tombé par contre. Même s'il se disait être Dieu et en avait apparemment les pouvoirs, certaines choses lui échappaient. Cela dit, même s'il avait créé la Terre, la vie et l'univers, le chercheur considérait que cette planète leur appartenait maintenant. Qu'il n'avait plus à intervenir et que c'était à eux de s'occuper de ce petit bout d'étoile, de ce refuge dans l'espace, pour survivre. S'ils n'y arrivaient pas, c'était que l'humanité ne le méritait pas. Il se demandait par contre comment cela se faisait que les SCP existent quand bien même il disait ne pas les avoir créés. Cette anomalie promettait d'être intéressante à étudier, s'ils y arrivaient.

— A nos yeux vous en êtes un de SCP, mais je me doute bien que vous n'êtes pas de cet avis. Comprenez nous, vous n'êtes ni humain, ni de cette planète et vous possédez des pouvoirs dépassant toute mesure. Vous considérer comme un SCP, c'est presque la moindre des choses.


Ridley prit donc la responsabilité de sortir sa carte d'accès et de demander aux gardes de retourner à leur poste. Si on l'engueulait parce qu'il n'avait consulté personne par la suite, il aurait ses arguments préparés. Déjà, ce n'était pas quelque chose de dramatique et ensuite, il s'agissait surtout d'un test comme tous les autres exécutés chaque jour ici.

— Si vous arrivez à répondre à toutes les questions que vous vous posez, prévenez nous, on cherche aussi. Allez, venez, mais c'est bien parce que ce n'est pas une expérience très dangereuse. Vous entendrez pas le même son de cloche si vous voulez en voir d'autres.


Il ouvrit donc la porte et attendit que Sigma le suive. Il apprendrait bien assez tôt quelles étaient ses capacités, à ses risques et périls. Ridley savait ce qu'il risquait lui. Mais voir Dieu se prendre une tomate en pleine tronche, ça pouvait avoir quelque chose d'amusant.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Créateur de l'Univers

avatar
I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Mer 19 Oct - 22:49

Sigma se voyait rassuré de voir que Ridley semblait beaucoup plus calme et posé que ce que son intention avait essayé de faire voir. Il repéra même ce petit rire de Ridley une fois qu'il avait fini de parler. Il semblait donc être une personne agréable à fréquenter aux yeux de Sigma, aucune raison donc de s'inquiéter au final, d'autant plus qu'il s'était justifié sur son apparition en face d'un autre SCP. Sigma se devait tout de même de voir comment était expliqué son statut de SCP. Enfin, il devait le savoir, mais venant de la bouche du créateur de la Fondation, n'importe quelle explication allait paraître crédible.

— A nos yeux vous en êtes un de SCP, mais je me doute bien que vous n'êtes pas de cet avis. Comprenez nous, vous n'êtes ni humain, ni de cette planète et vous possédez des pouvoirs dépassant toute mesure. Vous considérer comme un SCP, c'est presque la moindre des choses.

Sigma arrivait donc à comprendre comment est-ce que le SCP faisait pour considérer quelque chose comme étant une anomalie. Ironiquement, Sigma qui lui avait établi les lois de la nature se faisait désormais considéré comme SCP car possédant des pouvoirs "dépassant toute mesure", donc dépassant ces mêmes lois de la nature qu'il avait créer! Cela amusait Sigma, de savoir tout de même qu'il était catégorisé en tant que SCP pour ça. Il se sentait flatté. Même s'il se devait de rajouter tout doucement en clignant de l’œil...

Mais voyons, je ne suis pas à sécuriser, à contenir ou à protéger!

Son commentaire passa tout doux, assez pour que Ridley puisse continuer à dire ce qu'il voulait dire. Qu'allait-il penser donc de la demande de Sigma concernant son accès à SCP-504? Ridley avait déjà ouvert la porte permettant l'accès à ce SCP à l'aide d'une carte et demandé aux deux gardes de retourner à leurs postes. Cela était donc bien parti pour qu'il dise oui à Sigma.

— Si vous arrivez à répondre à toutes les questions que vous vous posez, prévenez nous, on cherche aussi. Allez, venez, mais c'est bien parce que ce n'est pas une expérience très dangereuse. Vous entendrez pas le même son de cloche si vous voulez en voir d'autres.

Sigma n'était pas très impressionné ni intimidé par cette dernière phrase lancé contre lui. Sigma avait confiance, il parviendrait à persuader Ridley de sa nature non-offensive sans préjudice pour pouvoir avoir accès à d'autres SCP potentiellement. Mais Ridley l'avait déjà autorisé à pénétrer la cellule de confinement de 504, donc il devait déjà s'en réjouir. Il allait en apprendre plus sur une anomalie qui était un mystère complet pour lui.

Un petit couloir fut traversé avant que Ridley n'ouvre une seconde porte pour revenir alors dans une autre salle. L'écho avait étrangement changé entre le couloir et la salle, Sigma réalisa alors que c'était parce que les murs étaient insonorisés. Ce SCP devait donc exprimer son anomalie via le bruit, peut-être? Ridley disait que ce n'était pas une expérience dangereuse, mais même si Sigma ne connaissait pas le danger, il se doutait quand même de cette précaution mise en place.

Une longue salle se dévoila alors devant le duo. La salle alternait allées de dalles de pierre et longues parcelles de terre cultivable. Une lumière blanche se rendait présente dans celle-ci, et de longs tuyaux d'arrosage permettaient l'entretien des différentes plantes présentes dans la salle. Sigma observait attentivement. Toutes les plantes, à quelques exceptions près, étaient des tomates. Rien de particulier les démarquaient par rapport à des tomates ordinaires à première vue. Et les talents d'omniscience de Sigma ne permettaient pas d'en savoir plus, car ces tomates ne devaient pas venir de lui si elles possédaient des propriétés hors du commun. En tout cas, pas en toute logique...

- Donc donc... 504, j'aimerais en connaître plus sur 504. Enfin, 504, des tomates. Très sensationnel je trouve. Enfin je veux dire, c'est des tomates, et oh la vache il y en a certaines qui sont rouge! Mais c'est impressionnant mais on dirait de vrais tomates en plus!

Sigma ironisait beaucoup, pensant que Ridley allait le remarquer. Mais tout simplement, Sigma demandait à ce que Ridley lui clarifie ce qu'était 504, tout simplement.

_________________

Bienvenue dans la lumière de Dieu

Vous êtes perdu mon cher enfant? Voici pour vous guider...
Sanctuaire de la Sacré Présentation / L'Eglise des relations humaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)   Mer 9 Nov - 20:24


❝ Négociations sur des tomates meurtrières ❞


HRP : Désolé du retard ! J'ai choisi que Dieu se fasse canarder par des tomates, à toi de calculer les dégats xD Pas taper !






Sigma Taurus (SCP 343)
Code couleur : #009900

Ridley appréhendait tout de même un peu de pénétrer dans la cellule de confinement du SCP-504. Il savait pertinemment que s'il ne s'essayait pas à l'humour, il ne risquait rien. Mais Dieu pouvait-il mourir d'un jet de tomate lancé à vitesse céleste après une blague de mauvais gout ? Voilà une question qui méritait d'être posée. Un Dieu humilié avec du jus de tomate dégoulinant partout, ça pouvait faire des misères à un univers entier impulsivement. Après la courte traversée d'un couloir, ils arrivèrent enfin à la pièce insonorisée contenant les fameux plants de tomates. Le chercheur fronça un peu les sourcils car l'air y était toujours beaucoup plus humide, chose qui, comme tout ce qui avait trait à l'eau, était difficilement supportable à ses yeux. Une fois que Sigma fut à son tour entré, il ferma la porte derrière lui et se tint à bonne distance. Alors qu'il voulait ouvrir la bouche pour le mettre en garde, tout de même un minimum, SCP-343 se permit de le devancer pour faire une remarque.

— Donc donc... 504, j'aimerais en connaître plus sur 504. Enfin, 504, des tomates. Très sensationnel je trouve. Enfin je veux dire, c'est des tomates, et oh la vache il y en a certaines qui sont rouge! Mais c'est impressionnant mais on dirait de vraies tomates en plus!


Bien évidemment, il avait fallu que Dieu en personne fasse de l'humour dans cette situation. L'ironie et le sarcasme étaient parfaitement compréhensibles pour le SCP-504, aussi, dès qu'il vit les belles tomates rouges frémir, le chercheur se jeta au sol, les bras au-dessus de la tête.

— Pas de blagues ! Faut pas faire de blagues ! s'écria-t-il.


L'air siffla dans la pièce et il entendit distinctement deux impacts un peu mous. Il ignorait à quelle vitesse avaient filé les tomates, mais elles avaient volé. Il ne s'était pas pris des gouttes de jus de tomate donc ça ne devait pas avoir explosé avec tant de force que ça. Sigma était sans doute en vie, du moins Ridley l'espérait. Très prudemment, il se redressa et osa se tourner vers son compagnon de fortune, constatant avec tristesse que son visage était couvert des vestiges d'une tomate et que tout cela dégoulinait sur son costume.

— Est-ce que… euh… est ce que ça va ?


Il n'avait pas de mouchoirs pour l'éponger mais au pire, Dieu pouvait en faire apparaître lui-même non ? Ou le faire disparaître lui pour ne pas l'avoir prévenu plus tôt, pour avoir, un peu, eu envie de le voir se prendre une tomate dans la tronche. Mais franchement, jamais il n'aurait pu prévoir que Sigma allait soudain se mettre à ironiser humoristiquement en présence de ces tomates meurtrières. Un autre de leurs effets ? Pousser les gens à faire des blagues ? Ça n'avait jamais été prouvé.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne
 

Négotiations sur des tomates meurtrières (w/Ridley Moran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le cake aux saint-Jacques et tomates cerises
» Tajine de Kefta aux oeufs et aux tomates
» Cake aux tomates séchées, feta, basilic.
» Madeleines aux tomates séchées et au parmesan
» Potage "Tomates/Oignons rouges"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The SCP Foundation :: Les Lieux :: Lieux de Détente :: Le Parc artificiel-