Partagez | 
 

 Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Ven 13 Fév - 23:14

- Aaahhh... soupira Dieu. Quelle belle nuit j'ai passé...

Pour la première fois de toute son existence, Sigma avait expérimenté le sommeil d'un point de vue interne. Il savait que le sommeil était considéré comme confortable et apaisant chez les Hommes, mais jamais n'avait-t'il pratiqué le sommeil lui même. Le fait d'avoir pût passer une nuit entière dans un état reposant avait comme, ravifié son esprit. Pour calmer son esprit auparavant, il avait l'habitude de créer des systèmes solaires dans d'autres dimensions temporaires, mais Sigma trouvait maintenant que le sommeil allait être beaucoup plus simple que de créer des planètes, même si cela allait rester son hobbie favori.

Sigma resta un instant allongé, sur son lit, contemplant le lieu et la situation dans laquelle il s'était trouvé. Sigma se regarda tout d'abord. L'effet mémétique montrait qu'il portait un costume, apparent aux Gentlemans de l'Angleterre Victorienne. La chambre n'avait pas changé depuis le changement personnel que Sigma avait opéré. Un lit confortable, un espace gris mais spacieux, tout ce qui était nécessaire pour se sentir normal. Sauf que, bien sûr, Sigma pouvait se permettre de l'extravagance. Pourquoi pas?

En quelques dizaines de secondes uniquement, et par la seule force de la pensée, Sigma arriva à changer totalement le décor de la pièce. Une table basse apparaissa à côté du lit, le sol, le plafond, et les murs changèrent aussi entièrement de couleur et de texture. Le plafond devint une surface boisée, les murs se changèrent en tapisseries et le sol fut boisée et recouvert de tapis Arabiques. La porte d'entrée elle aussi fut changée entièrement pour devenir une jolie porte en bois, avec une poignée ronde et en or massif. Une grande bibliothèque à plusieurs étagères recouvraient un des murs adjacents à la porte d'entrée. Une cheminée apparut de l'autre côté, donnant un air de confort en plus à ce lieu. Sigma se sentait maintenant beaucoup mieux.

Un dernier détail le gênait encore. La caméra de sécurité l'avait filmé toute la nuit, et Sigma en était conscient. Sigma ne voulait plus être observé. Il avait supporté cette caméra, jusqu'à maintenant. Mais personne n'allait empêcher le Créateur d'être gêné, surtout à cause d'une vidéo de télésurveillance. Il fallut donc un seul petit claquement de doigts pour que la caméra disparaisse instantanement. Aucune trace ne s'était déposé, la caméra avait tout simplement disparu. Sigma se dit alors que des membres de la Fondation allaient sûrement venir l'interroger ou inspecter sa cellule, pour tenter de trouver ce qui n'allait pas avec la caméra. Et bien sûr, ils allient découvrir la caméra manquante. Ne jamais tenter de contrôler Dieu.

Sigma savait exactement dans quelle situation il était. Il était au sein de la Fondation SCP, dans la base la plus importante, situé au Groenland, et contenant pratiquement... Toutes... Toutes les créatures et objets, qu'il... N'avait jamais créer. Sigma... Dieu... Était désormais dans la gueule du loup. Tout autour de lui, il y avait des centaines d'objets et de créatures sur lesquels il n'avait aucun contrôle, et il devait normalement avoir peur.

Depuis quand Dieu devrait t'il avoir peur? Sigma est celui qui peut, et qui doit contrôler l'univers, pas ces choses là! Dieu ne devait pas fuir, mais rappeler à l'ordre ces créatures ayant décidé de semer le mal et de porter préjudices au lois Universelles. Il était clair pour Sigma que se retrouver dans la Fondation lui donnait une opportunité. L'opportunité de garder le contrôle de l'univers.

Sigma eut le temps de finir de penser à ces choses là qu'il entendit et senti une présence. Cette présencese manifestait par des pas, qui semblaient résonner dans le couloir d'en face. Il semblait clair que quelqu'un avait bien été ordonné de venir dans la salle de confinement. Sigma, s'il le voulait, pouvait savoir qui c'est. Mais de toute façon, il allait le savoir. Ces pas commençaient à s'approcher de plus en plus de l'ancienne cellule.

Il était clair que Sigma allait recevoir de la compagnie. Dieu décida alors de s'asseoir sur le lit et décida de patienter pour cette personne, qui ne tarderait pas à ouvrir la porte presque en or...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Sam 14 Fév - 22:57

Au SCP le secret faisait partie intégrante de la vie et du travail. Mais cette fois tous les psychologues de la réunion clinique étaient abasourdis. En silence, les uns après les autres ils se faisaient passer ce qui ressemblait à une note de service. Dessus, il était noté uniquement cette simple phrase.

« Le SCP-343 nécessite une évaluation et un suivi »

Et c’était tout.
Evidement quelqu’un s’était rué sur un des écrans tactiles qui ornaient en divers endroits la grande table ovale mais l’accès s’était vu refusé, bien évidemment. La seule information qu’ils avaient pu avoir était le lieu où était confiné ce SCP dont personne ne savait rien.

- Attendez, essaya Miranda timidement, je vais essayer avec mes codes.

La tablée entière se tourna vers elle et quelque part au dessus de sa tête un des nombreux néons à la lumière laiteuse rendit l’âme soudainement. Elle déglutit douloureusement.

- Avec vos codes ? Pourquoi vos codes marcheraient mieux que les notre ? demanda un des plus vieux psychologue de la réunion.

Miranda baissa les yeux malgré elle.

-Je suis accrédité au niveau 3,528.

Il y eut un silence de mort. Tous les psychologues se posaient la même question elle le savait. Comment se faisait-il que cette petite jeune à peine arrivée, possède un niveau d’accréditation meilleure que tous les autres ? Elle-même se la posait souvent. Les voix de l’accréditation étaient souvent impénétrables au SCP. Miranda soupira imperceptiblement attendant que quelqu’un se décide à dire quelque chose.

-Bon ben essayez Miranda hein on va pas y passer la nuit.

Elle se déplaça précipitamment devant un des écrans et pianota dans un silence total. Finalement l’accès lui fut refusé à elle aussi. Elle resta un instant sidérée. C’était la première fois qu’on lui refusait une information dont elle avait pourtant besoin. Elle secoua la tête, honteuse.

-C’était bien la peine… commenta quelqu’un.

Le silence persista encore avant qu’un autre psychologue ne dise :

-Qu’est ce qu’on fait de ça alors ?

Personne ne répondit à cette question, tous se regardèrent entre eux. Miranda qui s’était assez ridiculisée n’osa rien dire non plus.

-Roh et puis ils abusent à la fin, commença un autre psychologue qui n’avait pas pour habitude de s’exprimer de façon aussi familière, on ne va pas faire tout ce qu’ils veulent comme ça, sans informations, sans rien !

-En même temps, argua quelqu’un d’autre, imaginez que ce SCP ait une vraie demande, ou nécessite vraiment un suivi ?

Le silence se fit à nouveau et peu à peu tous les regards se  tournèrent vers Miranda qui baissa de nouveau les yeux, le cœur battant.

-Miranda… après tout c’est vous qui avez le plus haut niveau d’accréditation non ? Quelque chose d’aussi secret est forcément de votre ressort.

Miranda soupira, la pointe de mépris dans la voix de son interlocuteur ne lui avait pas échappée. Ceci dit, si personne ne voulait s’y risquer, elle voulait bien. Elle hocha simplement la tête et la chose fut entendue.


Elle s’était un peu perdue en se rendant sur place. Apparemment ce n’était pas une zone à haut risque ce qui la rassura un peu. Elle avait franchement le trac. Rencontrer de nouvelles expériences et se débrouiller pour faire alliance avec elles était souvent compliqué. Mais là, elle n’avait aucune idée de ce à quoi elle devait s’attendre. Elle tira un peu sur sa robe, replaça son sac sur son épaule. Dedans elle avait emporté un ensemble de test dont elle ne se servait que rarement. Elle avait eu l’impression de parer à toute éventualité, mais à présent qu’elle arpentait les couloirs elle se disait qu’elle n’avait paré à rien du tout. Elle espérait juste qu’elle n’allait pas se mettre en danger, que le chercheur mystérieux qui avait rédigé cette note s’était demandé si elle risquait sa vie ou non.
Apparemment pas. La zone était fermée par une simple porte. Mais fait étrange, alors que toutes les portes étaient identiques au SCP, celle-ci était faite de bois et la poignée était dorée. Elle hésita un peu avant de frapper poliment. Après tout, rien ne disait que ce SCP avait fait la demande de voir un psychologue. Elle essaya malgré tout de se dire que si le chercheur avait demandé à ce que quelqu’un passe le voir, c’était qu’il était plus ou moins inquiet. Si on ne voulait pas lui parler, alors elle s’en irait tout simplement. Le temps qu’on lui réponde elle essaya de chasser toutes ces pensées de son esprit. Elle avait grand besoin d’un peu de concentration. Elle entra quand on lui répondit, timidement.

Elle se trouvait en face d’un être humain qui semblait en tout point normal. La chambre en revanche n’avait rien d’une zone de confinement classique. Elle essaya de cacher sa surprise au mieux.

- Bonjour, je m’appelle Miranda. Je suis psychologue pour les expériences au SCP. Vous seriez d’accord pour qu’on discute un peu de comment vous vous sentez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 15 Fév - 20:47

Sigma patientait sans s'agiter, s'attendant à ce que la porte soit ouverte d'une minute à l'autre. Il savait à qui il allait sûrement faire face. Sûrement une chercheuse, qui allait interroger Sigma sur tout à propos de lui. Bien sûr, Sigma aimait parler avec d'autres personnes, mais celles de la Fondation étaient suspectes. Sigma ne pouvait pas déterminer exactement si toutes les personnes de la Fondation étaient les mêmes, mais la plupart étaient des chercheurs égocentriques qui étaient conscients du fait que la Fondation utilisait le personnel de Classe D à des fins d'expérimentations. Et bien sûr, Sigma détestait cela.

Et ce que Sigma détestait le plus chez la Fondation, était leur manière de se prendre pour lui, de se prendre pour Dieu. Non seulement la Fondation n'utilisait pas des méthodes acceptables, mais le simple fait de vouloir le faire était insensé. C'était le travail de Sigma de prendre en charge l'univers ainsi que les objets et créatures anormales, pas celui des hommes! Mais à quoi bon tenter de raisonner quiconque? Il avait déjà créer l'univers, et il l'avait déjà abandonné, il ne pouvait rien y faire, mise à part s'amuser avec...

Les pensées de Sigma continuèrent à divaguer jusqu'à que les pas s'arrêtèrent devant la porte. La personne se mit ensuite à toquer gentiment. Ce simple petit geste fit plaisir à Sigma. Sigma était maintenant plus rassuré quand à la personne avec qui il allait faire face. Sigma s'était attendu à une personne brute, qui allait éviter la politesse, sous peine que Sigma n'était rien de plus qu'un SCP. Mais le frappement à la porte prouvait le contraire, et cela rendit heureux Sigma, intérieurement. Sigma, à voix haute, autorisa donc la personne à ouvrir...

La porte s'ouvrit alors, révélant alors une jeune femme, d'apparence corpulente, et un visage semblant rempli de surprise. Sigma n'était pas vraiment étonné par l'attitude que semblait apporter la jeune femme en entrant dans la salle. Et Sigma savait exactement pourquoi... Cette femme travaillait pour la Fondation, et avait l'habitude de voir des SCPs n'ayant peu ou aucune influence sur leur lieu de confinement. Voir que Sigma avait de plutôt bonnes conditions de confinements devait sûrement l'impressionner.

- Bonjour, je m’appelle Miranda. Je suis psychologue pour les expériences au SCP. Vous seriez d’accord pour qu’on discute un peu de comment vous vous sentez ?

Tout était clair maintenant dans l'esprit de Sigma. Miranda Smith, psychologue employé dans la Fondation SCP. Cette pauvre femme avait eu un passé douloureux. Sigma se souvenait que cette jeune femme avait été réprimé par ses parents et par son employeur. Sigma comprenait que cette fille avait voulu trouver un avenir possible dans la Fondation SCP. Mais la Fondation SCP ne devait pas être l'endroit où elle aurait dû aller...

Sigma fut étonné de savoir que la psychologue voulait un dépistage psychologique sur lui. Sigma se sentait parfaitement bien, et il n'avait pas demandé de rendez-vous avec un psychologue pourtant. Mais, de toute façon, Sigma ne voulait pas renvoyer cette personne. Au contraire, depuis son arrivée sur terre, Sigma n'avait pas réellement parlé avec un autre être vivant. Sigma se disait donc que c'était l'occasion d'entamer une discussion...

Sigma se leva de son lit et se plaça debout sur un des tapis qu'il avait fait apparaître, avant de se redresser et de s'adresser à Miranda.

- Je m'excuse, mais je ne me souviens pas avoir demandé un dépistage psychologique... Sigma fit une petite pause avant de reprendre. Mais ne vous en faites pas. Nous pouvons discuter. Je vais vous ramener une chaise et un support.

Sigma avait maintenant l'occasion de créer des conditions confortables pour lui et Miranda. En un claquement de doigts, une grande table en bois et deux chaises semblant luxueuses apparurent, séparant Miranda de Sigma. En même temps, la cheminée s'alluma et réchauffa vite la pièce, donnant des très bonnes conditions de confort. Sigma adressa un sourire à la fois volontaire et involontaire, avant de s'asseoir sur une chaise, tout en observant la réaction de Miranda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 15 Fév - 22:11

La pièce n’avait rien à voir avec une cellule de confinement classique. Il semblait que l’être calme et tranquille qui se tenait en face d’elle avait fait cela. Elle doutait d’ailleurs qu’il souffre, à le voir se tenir face à elle tranquillement. Mais sans doute valait-il mieux éviter de se fier aux apparences. Après tout, elle n’avait aucune idée de qui il était, elle n’avait presque aucune information. Elle savait juste qu’il se dégageait de lui une sorte d’aura spirituelle, un peu comme un moine tibétain ou un religieux. Ceci dit, il n’en avait aucunement l’apparence.  Elle s’était présentée rapidement, vaguement mal à l’aise, attendant de voir. Il se leva sans se presser.

-Je m'excuse, mais je ne me souviens pas avoir demandé un dépistage psychologique... Sigma fit une petite pause avant de reprendre. Mais ne vous en faites pas. Nous pouvons discuter. Je vais vous ramener une chaise et un support.

Elle n’était pas surprise d’apprendre qu’il n’avait formulé aucune demande. Effectivement, elle avait rarement rencontré quelqu’un d’aussi serein. Ceci dit, si le chercheur lui avait demandé d’intervenir il devait bien y avoir une raison. Cependant elle ne poursuivrait pas outre mesure si cela lui semblait inutile. Elle s’attendait à le voir sortir de la pièce. Comme aucune mention n’était faite au dessus de la porte, elle pensait que cette expérience probablement de type safe pouvait aller et venir. D’ailleurs, il était surprenant qu’un être apparemment sans danger soit entouré de tant de secret.  Elle était en train de se demander quelle était la particularité de cet homme en face d’elle quand soudain il claqua des doigts, la tirant de ses réflexions.

Une table et deux chaises se matérialisèrent de nulle part. Miranda recula, un peu effrayée. Le feu grandit dans la cheminé, enveloppant la pièce d’une chaleur agréable. Elle dut cligner des yeux et calmer son souffle que la surprise avait coupé.

- Euh… balbutia-t-elle sans vraiment savoir comment continuer cette phrase qui n’avait finalement pas vraiment commencé.

Lentement, elle s’approcha de sa chaise, elle fut surprise de constater que sa prise sur le bois était ferme lorsqu’elle posa sa main sur le dossier. Ce n’était pas une illusion. Ou alors si c’était le cas rien ne l’empêchait malgré tout de s’asseoir sur cette chaise sans chuter. Elle finit par le faire justement, assez lentement parce qu’elle s’attendait à ce qu’un autre phénomène étrange se produise tout à coup. Elle essaya de chasser au mieux de sa tête toutes les questions qui pouvaient surgir à ce sujet. C’était le travail du chercheur de se demander de quoi il s’agissait et comment une telle chose était possible. Ce qu’elle devait faire, sa seule tâche, était de se soucier de la personne qui se trouvait en face d’elle et de son bien être. Et à bien y réfléchir son patient aussi était soucieux du sien, de cette façon un peu spéciale, il avait eu à cœur qu’elle se sente bien et accueillie. Alors, elle eut une sorte de sourire.

- Euh… merci… c’est pas ce à quoi je suis habituée mais merci. Maintenant on est bien installés.

Elle posa la mallette près d’elle, se disant qu’elle ne serait sans doute pas très utile. Elle reprit, plus posément.

- Je vois que vous cherchez à être gentil avec moi, mais il faut savoir que rien de tout ceci n’est obligatoire. Cela dit si je suis là, c’est sans doute parce quelqu’un s’inquiète pour vous. Ce que vous me confiez restera entre nous, même si je peux communiquer à votre chercheur des informations avec votre accord évidemment. Donc en fait… on peut parler de ce que vous voulez.  Je suis là pour parler avec vous de ce qui peut être difficile à vivre,  ou vous aider adapter au SCP par exemple…

A mesure qu’elle parlait avait de plus en plus la sensation de prêcher un convaincu. Elle n’était pas habituée à être reçue de cette façon. Elle était tout à fait curieuse de voir comment cette conversation allait tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Lun 16 Fév - 23:19

Sigma riait intérieurement, observant attentivement les gestes de la femme face à ce qui se présentait devant elle. Sigma avait prédit sa réaction, et la comprenait parfaitement. Toutefois, il ne pouvait s'empêcher de rire intérieurement et de sourire extérieurement. La réaction de Miranda donnait en Sigma un sentiment de satisfaction, ainsi qu'un sentiment de puissance. Ce n'était pas la première fois que Sigma montrait ses vraies capacités à un simple être humain. Il l'avait fait deux fois ces derniers jours: une fois devant la petite foule à Prague et une fois devant les gardes qui l'ont escorté devant sa cellule. Mais cette fois ci, son acte était plus intéressant que les autres, car Sigma savait qu'il allait non seulement voir Miranda, mais discuter avec elle.

Sigma attendit Miranda, qui observait et sentait avec ses doigts la toute nouvelle chaise qui était apparu. Miranda paraissait déconcerté, et semblait douter la nature de la chaise devant elle. Sigma, patiemment, resta assis sur sa chaise et jeta un regard sur la valise situé dans la main de Miranda. Qu'étais donc cette valise? Sigma devait normalement le savoir, mais sur le coup, il avait un trou de mémoire, dû à des altérations de l'espace-temps. En effet, il lui arrivait, à Sigma, de ne plus se rappeler de quelque chose pendant un instant, dû au modifications de l'espace-temps qu'il apportait de temps en temps. Ce n'était pas du tout dangereux, mais sur le coup, cela lui faisait oublier le contenu de la mallette... Rien de grave, mais uniquement gênant.

Sigma écoutait la phrase de remerciement de Miranda, et cette phrase contribua au plaisir de Sigma. Non seulement pour lui, mais pour elle. Sigma voulait faire attention à Miranda, et il ne comptait pas la brusquer ou la gêner.

Regardant Miranda poser la mallette près d'elle, sans qu'elle y prenne grande importance, celle-ci commença à s'adresser à Sigma, qui décida d'écouter attentivement. Et cela pouvait être tout à fait compréhensible, étant son premier dialogue avec une de ses créations...

- Je vois que vous cherchez à être gentil avec moi, mais il faut savoir que rien de tout ceci n’est obligatoire. Cela dit si je suis là, c’est sans doute parce que quelqu’un s’inquiète pour vous. Ce que vous me confiez restera entre nous, même si je peux communiquer à votre chercheur des informations avec votre accord évidemment. Donc en fait… on peut parler de ce que vous voulez.  Je suis là pour parler avec vous de ce qui peut être difficile à vivre,  ou vous aider à vous adapter au SCP par exemple…

Sigma, face à cette courte présentation de la situation, décida de répondre point par point, surtout parce-que plusieurs point, voir presque tous, présentaient des situations à expliquer clairement.

- Ne vous inquiétez pas à propos la gentillesse que je porte, je la porte de mon plein gré. Mais bon, ceci était une parenthèse...

Sereinement, Sigma commença à expliquer la suite de ce qu'il avait à préciser.

Je comprend que l'on puisse s'inquiéter de moi, mais il est inutile de s'inquiéter à vrai dire, et cela pour diverses raisons. Tout d'abord, je n'ai rien à cacher donc vous pourrez tout communiquer à votre chercheur, je n'ai aucun problème avec cela. Je n'ai pas spécialement de grande difficulté de vie non plus, inutile de focaliser sur ce point. Trio, je suis sûr que je n'aurais aucun problème d'intégration dans votre système d'opération...

Enfin, à vrai dire, sans pour autant sembler dangereux, vous devrez vous adapter à mes besoins. Voyez-vous, si vous voudrez je pourrais vous expliquer pourquoi, je n'ai aucune limite connu à mes actes, donc il me serait préférable de me laisser la libre circulation au sein de votre Fondation, ainsi que de me laisser examiner n'importe quelle objet que vous avez en votre possession, uniquement comme signe de politesse. Je ne ferais rien à vos précieux objets.

Cependant, comme je l'ai dit, ne me voyez surtout pas comme une personne, ou plutôt ce que vous utiliser comme terme, un SCP dangereux. Je ne suis en aucun cas une personne vous voulant de vous et votre Fondation du mal. Je ne suis pas du tout comme 682 ou 106, si vous voyez ce que je veux dire. Je coopérerais éventuellement avec vous si vous me respectez...


Sigma mit ses mains sur la table, fixant et écoutant avec attention l'éventuelle réponse de Miranda...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mar 17 Fév - 22:28

Miranda avait finalement consenti à s’asseoir à cette table qui venait d’apparaître de nulle part. Et maintenant qu’elle l’avait fait sans se retrouver sur le sol, elle se sentait plutôt bien. Etant donné la sensible bienveillance de l’être qui se trouvait en face d’elle, c’était sans doute logique. Aussi, elle lui souriait gentiment, pendant qu’il lui parlait.

- Ne vous inquiétez pas à propos la gentillesse que je porte, je la porte de mon plein gré. Mais bon, ceci était une parenthèse...


Miranda ne comprit pas vraiment ce qu’il voulait dire par là. S’il semblait parfaitement calme, elle commençait à trouver que son contact était un peu étrange. Elle avait l’impression d’avoir affaire à un extraterrestre parachuté de nulle part. Personne ne s’inquiétait de la gentillesse en général. Elle le laissa poursuivre tranquillement.

- Je comprend que l'on puisse s'inquiéter de moi, mais il est inutile de s'inquiéter à vrai dire, et cela pour diverses raisons. Tout d'abord, je n'ai rien à cacher donc vous pourrez tout communiquer à votre chercheur, je n'ai aucun problème avec cela. Je n'ai pas spécialement de grande difficulté de vie non plus, inutile de focaliser sur ce point. Trio, je suis sûr que je n'aurais aucun problème d'intégration dans votre système d'opération...


Alors là, les choses devaient vraiment étrange. C’était bien la première fois qu’un SCP n’était pas soucieux que son chercheur puisse apprendre trop de choses sur le contenu des entretiens. N’avait-il donc aucune intimité ? Accédait-il seulement à ce concept ? Sa façon de penser, tranquille et méthodique lui faisait une impression de plus en plus bizarre même si elle continuait de penser que cet entretien était pour le moment assez agréable. En tout cas, il lui semblait que les inquiétudes du chercheur était assez injustifiées. Apparemment tout allait bien. Certes, il était étrange mais on ne pouvait pas attendre d’un SCP qu’il ait un contact tout à fait normal. Ceci dit, elle allait quand-même bien s’assurer qu’elle ne pouvait pas être utile.

- Enfin, à vrai dire, sans pour autant sembler dangereux, vous devrez vous adapter à mes besoins. Voyez-vous, si vous voudrez je pourrais vous expliquer pourquoi, je n'ai aucune limite connu à mes actes, donc il me serait préférable de me laisser la libre circulation au sein de votre Fondation, ainsi que de me laisser examiner n'importe quelle objet que vous avez en votre possession, uniquement comme signe de politesse. Je ne ferais rien à vos précieux objets.

Miranda conclut donc que pour le moment il n’était pas question pour lui d’expliquer le pourquoi du comment. En temps normal elle aurait pris cette absence de limite pour un aspect un peu délirant. Mais étant donné ce qu’il venait de se passer, mieux valait se poser des questions. Elle avait la sensation qu’une table et une paire de chaises n’étaient rien comparé à ce qu’il pouvait faire sans trop pouvoir expliquer pourquoi. Ceci dit, il allait falloir négocier sans doute. Se promener dans le SCP si on n’était pas hostile était une chose, accéder aux expériences en était une autre.

- Cependant, comme je l'ai dit, ne me voyez surtout pas comme une personne, ou plutôt ce que vous utiliser comme terme, un SCP dangereux. Je ne suis en aucun cas une personne vous voulant de vous et votre Fondation du mal. Je ne suis pas du tout comme 682 ou 106, si vous voyez ce que je veux dire. Je coopérerais éventuellement avec vous si vous me respectez...

Malgré son calme qui n’était peut-être qu’apparent au fond, Miranda sentait que ce SCP redoutait de faire peur ou d’être mal compris. Peut-être pourrait-elle le conseiller dans ses relations avec le SCP pour que tout se passe au mieux ? En attendant elle allait devoir reprendre deux trois choses quand-même. Chose étrange cependant, il lui semblait qu’il était là de son plein gré.

- Effectivement, vous n’avez pas franchement l’air d’aller mal. Ceci dit, il faut que vous compreniez que l’adaptation devra être réciproque. Contrairement à vous, nous ne pouvons pas tout et ici il y a des règles auxquelles personne ne déroge, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’on va vous manquer de respect. Apparemment pour le moment, vous êtes libre de vos mouvements et pas considéré comme dangereux. Cela dit accéder aux expériences classés confidentielles va être une autre paire de manche sans doute… Moi-même... je ne vois pas vraiment de quoi vous parlez étant donné que je ne dispose pas des informations sur 682 ni le 106. Je sais juste que c’est un SCP très dangereux de même que pour le 106. Après, je n’ai aucun poids dans les décisions qui sont prises, ce n’est pas avec moi qu’il faut négocier mais avec votre chercheur référent.


Elle prit un petit moment pour réfléchir.

- Vous savez, d’ordinaire, les expériences arrivent ici contre leur gré mais cela ne semble pas être votre cas. Si vous ne voulez pas m’expliquer comment cette table, ces chaises, ou cette pièce entières sont apparus de nulle part, peut-être que vous pouvez me dire ce que vous êtes venu faire ici ? Ou me dire en quoi je peux vous être utile ? C’est comme vous voulez.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Jeu 19 Fév - 16:29

Tout en parlant, Sigma voyait et ressentait chez la jeune femme une expression d'incertitude face à ce qu'il disait. Sigma ne souhaitait pas du tout gêner Miranda, malgré qu'il ait déjà provoqué de l'incertitude avec son tour de magie avec les chaises et sa proposition d'obtention d'objets paranormaux. Mais pour Sigma, il était nécessaire de pouvoir accéder à ces objets paranormaux. Il était le Créateur de l'Univers, et il se souvenait que la seule chose qu'il n'avait pas créer était l'ensemble des entités paranormales de son univers. Il devait se trouver en face d'un de ces objets sans encombre de la part de la Fondation, et voir pourquoi n'avait t'il aucune influence sur eux.

Après sa longue explication, Sigma se mit en place et écouta attentivement la réponse de Miranda, réponse qui allait l'éclaircir sur plusieurs points...

- Effectivement, vous n’avez pas franchement l’air d’aller mal. Ceci dit, il faut que vous compreniez que l’adaptation devra être réciproque. Contrairement à vous, nous ne pouvons pas tout et ici il y a des règles auxquelles personne ne déroge, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’on va vous manquer de respect. Apparemment pour le moment, vous êtes libre de vos mouvements et pas considéré comme dangereux. Cela dit accéder aux expériences classés confidentielles va être une autre paire de manche sans doute… Moi-même... je ne vois pas vraiment de quoi vous parlez étant donné que je ne dispose pas des informations sur 682 ni le 106. Je sais juste que c’est un SCP très dangereux de même que pour le 106. Après, je n’ai aucun poids dans les décisions qui sont prises, ce n’est pas avec moi qu’il faut négocier mais avec votre chercheur référent.

Face à cette réponse précise, Sigma eut quelque peu de satisfaction, mais pas trop non plus. Le fait qu'on lui avait accordé le libre-mouvement ainsi que la considération qu'il n'était pas dangereux allait faciliter sa tâche. Bien sûr, Sigma aurait put tout de même circuler s'il était considéré dangereux, mais pas sans être interrompu par des gardes par-ci et par-là. Sigma était donc largement satisfait sur ce point.

Les négociations avec les humains n'étaient pas le centre d'intérêt de Sigma, et il était déçu par la limitation de son accès aux expériences dangereuses, qui devaient pourtant livrer leurs secrets. Mais Sigma allait tout faire pour convaincre le "chercheur référent" en question. Hors de question pour lui de ne pas résider dans la Fondation sans réel connaissance. Il devait savoir à tout prix ce que cachait ces objets paranormaux, plus étrange les uns que les autres, dont Sigma n'en connaissait l'origine.

Cependant, il était clair pour lui d'éviter le contact avec des créatures tels que 682 ou 106. Non seulement n'en connaissait t'il pas l'origine, mais ces entités présentaient un danger constant pour son univers. Mieux alors fallait t'il éviter toute interaction.

- Vous savez, d’ordinaire, les expériences arrivent ici contre leur gré mais cela ne semble pas être votre cas. Si vous ne voulez pas m’expliquer comment cette table, ces chaises, ou cette pièce entières sont apparus de nulle part, peut-être que vous pouvez me dire ce que vous êtes venu faire ici ? Ou me dire en quoi je peux vous être utile ? C’est comme vous voulez.

En effet, Miranda Smith avait raison. Sigma était arrivé dans la Fondation de son plein gré, pour comprendre les objets et entités paranormales et... Éventuellement... Reprendre le contrôle de l'Univers? Sigma n'était pas sûr de la dernière possibilité, mais la première devait être au moins accompli. Cependant, la jeune femme semblait vouloir en savoir plus sur Sigma lui-même. Ceci était compréhensible, et Sigma n'hésiterait pas à dévoiler le fait qu'il est le créateur de non seulement un, mais plusieurs univers. Mais cela allait tenir qu'à la jeune femme. Tenait t'elle vraiment à savoir que Sigma était le créateur de l'Univers? Et si oui, allait t'elle le croire?

- Et bien... Pour expliquer la raison de ma présence, cela nécessiterait que j'explique moi-même qui je suis, donc ceci est à vous de voir si vous voulez savoir qui je suis. Sinon, vous pourrez m'être utile si vous pouvez appeler de ma part mon chercheur référent en question. Je l'invite ici à s'arranger quand à la question de si je peux examiner les objets que votre Fondation possède.

Cette dernière proposition était encore une fois délicate, mais Sigma allait tenir jusqu'au bout dans ses intérêts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Sam 21 Fév - 0:20


Miranda venait de proposer à cet étrange personnage qui se trouvait en face d’elle de lui expliquer ce qu’il venait faire ici ou encore de formuler en quoi sa présence pouvait lui être utile. La chose bizarre était en effet qu’il semblait être à la fondation de son plein gré, par conséquent il devait bien y avoir une raison à cela. Il disait vouloir accéder aux expériences dangereuses, aux objets du SCP. C’était là un souhait pour le moins étrange. Il parlait du 682 et du 106. Miranda ne savait rien de ces entités, elle savait juste que pour tous elles inspiraient la terreur ou le dégoût. Pourquoi voudrait-il ainsi se jeter dans la gueule du loup ? Elle venait aussi de lui dire que pour parvenir à ses fins, il faudrait gérer le problème avec son chercheur référent. Elle doutait qu’il parvienne à quoique ce fut cela dit. Mais au SCP mieux valait toujours se méfier. Après ce qu’elle venait de voir, elle n’était pas vraiment sûre que ce projet soit si délirant que cela. Ce qui le motivait en revanche restait un mystère.

- Et bien... Pour expliquer la raison de ma présence, cela nécessiterait que j'explique moi-même qui je suis, donc ceci est à vous de voir si vous voulez savoir qui je suis.


Miranda songea qu’elle aurait du s’en douter. C’était logique. La nature de sa particularité avait forcément quelque chose à faire avec sa présence ici. Elle avait sans doute laissé la curiosité l’emporter sur le souci de l’autre. Cela ne lui arrivait que trop souvent mais en l’occurrence ça n’était pas vraiment grave. Elle ne voulait pas aborder ce sujet en posant une question. Expliquer en quoi elles étaient différentes était souvent compliqué et douloureux pour les expériences.

-Sinon, vous pourrez m'être utile si vous pouvez appeler de ma part mon chercheur référent en question. Je l'invite ici à s'arranger quand à la question de si je peux examiner les objets que votre Fondation possède.


Un bref instant, Miranda fut un peu vexée. Elle pensait avoir rendu sa fonction claire et s’être correctement présentée mais apparemment cela n’était pas vraiment suffisant. Elle était psychologue pas secrétaire. Juste après elle se mis à repenser à cette sensation d’étrangeté. Il avait pris soin d’elle lors de son arrivée, il ne voulait sans doute pas la brusquer. L’explication logique était qu’il ne savait tout simplement pas comment s’y prendre. Il fallait juste clarifier la situation.

-Ecoutez... je ne vais pas appeler votre chercheur référent. Je ne pense pas que vous avez besoin de moi pour cela et ce n’est pas exactement comme cela que les choses fonctionnent. A mon avis, une décision telle que celle-ci va demander du temps et de la réflexion. Il viendra forcément vous voir de toute façon, lorsqu’il en aura le temps.

Elle prit une minute pour peser ses mots.

-Dites-moi… j’ai la sensation que… vous n’avez pas l’habitude de communiquer avec des êtres humains ? Je me trompe ?

Un instant elle eut peur qu’il soit vexé à son tour. Elle allait bien voir. Elle avait déjà rencontré des êtres aux habitudes relationnelles particulières, mais elle avait l’impression d’avoir affaire à quelque chose de totalement nouveau et avait décidé de se fier à cette sensation.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 22 Fév - 1:22

Sigma n'aimait pas du tout s'attarder dans une quelconque affaire, mais une fois qu'il persévérait, il continuait à persévérer. Il tenait réellement à voir de près un de leurs objets, un des objets de la Fondation. Les objets de la Fondation étaient la raison de la présence de Sigma au sein du Site-17, donc abandonner sa "quête" d'objets étaient abandonner la raison de sa présence dans cet univers. Il ne désirait pas du tout abandonner... Mais malheureusement, la jeune femme était plus têtu qu'il le pensait.

-Ecoutez... je ne vais pas appeler votre chercheur référent. Je ne pense pas que vous avez besoin de moi pour cela et ce n’est pas exactement comme cela que les choses fonctionnent. A mon avis, une décision telle que celle-ci va demander du temps et de la réflexion. Il viendra forcément vous voir de toute façon, lorsqu’il en aura le temps.

Sigma ne perdait pas tout espoir, mais cette première tentative le décevait. Il s'était sûrement adressé à la mauvaise personne, ou celle-ci avait décidé de ne pas se focaliser sur ce sujet. Pour accéder aux objets de la Fondation, il devait donc attendre pas mal de temps. Sigma allait arrêter d'insister sur la jeune femme qui, par le ton de sa voix, semblait ne pas se spécialiser dans ce sujet précis. Mais c'était clair: Sigma n'abandonnait pas. Il allait retenter sa chance plus tard. Sigma se remit en place sur s chaise et continua à écouter ce que Miranda voulait dire.

-Dites-moi… j’ai la sensation que… vous n’avez pas l’habitude de communiquer avec des êtres humains ? Je me trompe ?

Venant de n'importe qui, cette question aurait pu impressionner ne serait-ce qu'un petit peu Sigma, mais venant d'une psychologue, cette question ne faisait que le rendre un peu déconcerté, non pas parce qu'elle avait tort ou parce que Sigma était triste, mais parce que Miranda disait la vérité. Sigma n'avait pas l'habitude de parler avec des humains. Ils les connaissaient tous, et il savait exactement comment chacun d'eux marchait, mais jamais Sigma n'avait t'il interféré directement avec une vie humaine.

Devait t'il dire cela à Miranda? Devait t'il dire la vérité, en disant qu'il n'avait jamais parlé avec un humain? Devait t'il mentir, disant qu'elle avait tort? Sigma prit une fraction de seconde pour réfléchir, sa capacité mentale ayant accéléré depuis son réveil. Après cette fraction de seconde, Sigma allait décider de répondre, mais de rester vague. Ce n'était pas pour lui qu'il faisait ça, mais pour elle...

- Hmmm... Non... Vous ne vous trompez pas... Je n'ai pas vraiment l'habitude de parler à des humains... Non...

Sigma restait assis, une expression déconcerté sur son visage, tout en écoutant la jeune femme devant lui. En espérant que cette réponse allait la satisfaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mar 24 Fév - 21:34

Miranda venait de refuser d’appeler le chercheur référent et elle avait été vexée, puis étonnée. Pensait-il qu’un simple coup de fil serait suffisant pour obtenir l’accès au SCP qui se trouvaient ici ? Après seulement un jour de présence ? Si ce patient n’avait pas l’air fou, cette idée là en revanche ne tenait pas debout. De là elle avait déduit que sans doute, il n’avait pas l’habitude des contacts humains, ce qu’elle lui avait fait remarqué.

- Hmmm... Non... Vous ne vous trompez pas... Je n'ai pas vraiment l'habitude de parler à des humains... Non...


Son impression se confirmait. Sans doute qu’il était maladroit dès lors et c’était bien normal. Enfermé avec soi-même, on perdait l’habitude de se mettre à la place de l’autre, de se demander comment ce qu’on disait pouvait être pris ou compris. Plus largement on perdait l’habitude de mobiliser son affectivité. Et même si ce SCP était agréable, prévenant, de tout ceci résultait cette bizarrerie qu’elle ressentait depuis qu’elle était entrée. Miranda était toujours un peu désolée d’apprendre ce genre de choses. Cela ne pouvait être que le résultat d’une longue période, voire très longue période que cette entité avait passé complètement seule. Elle éprouvait toujours un peu de compassion dans ces cas là.

- Cela se voit dans la manière dont vous agissez. Ce manque d’habitude va vous rendre maladroit, je pense. Et peut-être que là dessus je vais pouvoir vous aider, si vous estimez cela intéressant.


Elle reprit, après une courte hésitation.

- Je pense que nous pourrions parler des rapports que vous entretenez avec les autres, de ce que vous en comprenez et de ce que cela vous fait vivre. Pour le moment vous allez bien, mais je crains que ça ne dure pas si vous vous heurtez trop durement à ceux qui vous entourent, vous comprenez ? Dans le meilleur des cas, nos rencontres pourraient vous aider à comprendre comment tenir compte des autres dans vos projets.

En effet Miranda imaginait très bien que dans peu de temps, on pourrait se moquer de lui. Elle savait que les gardes pouvaient être cruels parfois avec les entités coopératives. S’il continuait de réclamer l’impossible comme si c’était une chose naturelle, sans tenir compte de la réalité, il pourrait très bien rencontrer des réactions violentes. De toute façon, se rendre compte tout un chacun maîtrise un code social qui nous échappe générait forcément de la souffrance à plus ou moins long terme. Pour une fois au moins, elle arrivait avant qu’une vraie catastrophe ne se produise. Un peu de prévention ne faisait pas de mal pour une fois. Il restait seulement à attendre de voir s’il y avait d’autres choses qui pouvaient lui poser problème. En tout cas, elle s’imaginait que c’était cette étrangeté du comportement qui avait poussé le chercheur à adresser ce patient pour une évaluation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 25 Fév - 14:55

Après tout ce que dit Miranda, Sigma était surpris de connaître et de réaliser les capacités poussés d'analyse de la jeune femme. Sigma devait être aussi redevant pour cette femme, qui, à travers ses paroles, semblait vouloir l'aider. Mais malheureusement, Sigma n'était pas un humain. Sigma était le créateur de l'univers, et ce concept là était abstrait pour les humains. Chaque chose que Sigma faisait renvoyait à son origine, et Sigma était persuadé qu'expliquer son comportement, ou n'importe quoi venant de lui, expliquait qu'il était Dieu.

Sigma était confronté à un dilemme. Ne pas dire qu'il est Dieu ne ferait pas progresser sa relation avec les humains en général. La solitude l'avait rongé depuis les ténèbres de l'avant-Univers, et ne rien partager avec ses créations n'allait en rien progresser cette situation. D'un autre côté, s'il disait qui il était, une confusion régnerait chez les hommes, et leurs esprits si carré n'accepteraient pas un tel concept. De plus, si ce concept de "Dieu" circulait au sein de la Fondation, qui saurait si une des créatures n'aurait pas entendu que Dieu est dans la Fondation?

Sigma allait expliquer ce qu'il ressentait, même si cela risquait pour la jeune femme de ne pas comprendre. Il avait encore besoin de réflexion et d'énergie pour connaître ceux qui seraient réceptifs au concept de Dieu.

- Et bien... Je sais que cette information va semer en vous de la confusion, mais je souhaite dire que je connais et comprends à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur une simple personne aléatoire, même si je ne l'ai pas encore rencontré...

Sigma douta une seconde sur la réponse à donner, puis continua. Il savait que cette réponse allait être risquée, très risquée, délicat à manipuler. Mais Dieu avait ce côté qui aimait le risque. Mais Miranda n'allait peut être pas apprécier...

- La seule... Difficulté? Oui, la seule difficulté que je rencontre est que, si moi je connais entièrement tout sur vous, vous ne connaissez rien sur moi. Je connais par exemple où vous êtes née, Miranda Smith. Je sais ce qui vous a poussé à venir travailler pour cette Fondation. Je connais tout sur tout ceux qui sont présents ici dans la Fondation. Je connais ce cher monsieur Ridley, je sais que vous possédez une machine à café "spéciale", des centaines d'autres objets et entités anormales, et je sais encore d’innombrables choses sur cette Fondation, et ce qu'il y a à l'extérieur...

Sigma prit une profonde inspiration après avoir énoncé la partie la plus risquée de son explication, puis passa à la suite.

- Mais vous... Vous tous en général... Vous ne pouvez pas savoir tous... Aucun d'entre nous n'a plus de connaissances que moi... Et cela me rend... Seul...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 25 Fév - 23:11

Miranda venait d’essayer d’expliquer à Dieu qu’il était important qu’il puisse communiquer avec autrui en tenant compte de son point de vue. Il n’avait pas l’air d’être capable de faire cela, composer avec d’autres points de vue et les exigences des autres, mais plus largement leur sensibilité. Elle n’était pas très sure de sa réaction. Il avait reconnu ne pas avoir l’habitude du contact humain. Ce qui voulait nécessairement dire qu’il avait passé du temps seul. Pour l’instant, il ne semblait pas souffrir mais elle éprouvait tout de même de la compassion. Finalement l’entité poursuivit et elle espéra qu’elle allait s’exprimer un peu plus clairement.

- Et bien... Je sais que cette information va semer en vous de la confusion, mais je souhaite dire que je connais et comprends à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur une simple personne aléatoire, même si je ne l'ai pas encore rencontré...

Oui… cette information suscitait la confusion chez Miranda. Il connaissait et comprenait tout ce qu’il y avait à savoir chez les gens. Cela il n’était pas le seul à s’en targuer. En revanche sans avoir rencontrer la personne en question, cela lui semblait impossible. Mais elle avait affaire à un SCP. Il valait mieux se garder de toute conclusion hâtive. Elle attendait juste de comprendre alors d’un signe de tête, et affichant sans doute un regard d’incompréhension, elle le laissa poursuivre.

- La seule... Difficulté? Oui, la seule difficulté que je rencontre est que, si moi je connais entièrement tout sur vous, vous ne connaissez rien sur moi. Je connais par exemple où vous êtes née, Miranda Smith. Je sais ce qui vous a poussé à venir travailler pour cette Fondation. Je connais tout sur tout ceux qui sont présents ici dans la Fondation. Je connais ce cher monsieur Ridley, je sais que vous possédez une machine à café "spéciale", des centaines d'autres objets et entités anormales, et je sais encore d’innombrables choses sur cette Fondation, et ce qu'il y a à l'extérieur...

L’espace d’un instant son esprit se rebella contre l’idée. Elle eut envie de frapper du poing sur la table et de dire. « Ah vous savez tout ? Alors dites moi ou je suis née ? ». Et juste comme elle formulait ce scénario dans sa tête elle se rendait compte que dans tous les cas, il connaissait l’adresse exacte. Autrement dit, elle y croyait à son discours et c’était ce qui lui faisait peur. Cela voulait dire qu’elle était à nu devant lui. Il savait ce qu’elle était venu chercher ici et donc ce dont elle était désespérément dépourvue. Il savait tout d’elle, vraiment. Il avait tout compris. Il savait très exactement qu’il fallait dire cela pour qu’elle le sente. Elle appréciait au fond qu’il n’en ait pas dit plus long.

La brûlure de la solitude, les gens dans le métro, les larmes, la boite en carton avec toutes ses affaires, il fallait mettre tout cela de côté. Maintenant. Et se concentrer de toute urgence.

Il avait des informations sur le 682 alors qu’il se plaignait qu’on lui refusait des accès. Il n’y avait presque pas de doute possible au fond, compte tenu de la table et des chaises apparues de nulle part. Elle était confuse vraiment et désarçonnée alors elle le laissa poursuivre encore.

- Mais vous... Vous tous en général... Vous ne pouvez pas savoir tous... Aucun d'entre nous n'a plus de connaissances que moi... Et cela me rend... Seul...

Cette dernière phrase eut pour effet de la remettre à sa place de psychologue tout aussi brusquement qu’elle l’avait quittée. Peu importait au fond la bizarrerie de la situation. Sa souffrance était réelle, pareille que celle des humains, elle demandait à être prise en compte. C’était son travail. Pour une fois il n’était pas si difficile de le faire. Elle soupira un peu, en essayant de lui faire un sourire plein de compassion. Elle en ressentait effectivement.

- D’après ce que j’en comprends, parce qu’effectivement ça n’est pas évident, vous avez une façon d’expérimenter le monde très différente de la mienne et de celle des êtres humains en général. Vous savez… tout… ou au moins beaucoup de choses… Nous ne savons que ce que nous avons appris. C’est une disparité qui nous sépare, vous avez raison. Et il y a de quoi se sentir seul en effet. D’autant plus que j’imagine que vous avez passé beaucoup de temps vraiment seul.

Miranda marqua une pause puis reprit.

- Cela dit, vous savez les êtres humains ne savent pas tout les uns des autres et il peut y avoir d’énormes différences dans la manière dont ils perçoivent le monde. Si vous savez beaucoup de choses, vous savez que nous sommes nombreux à nous sentir seuls.

Elle essaya de ne pas penser qu’il n’était sans doute pas sans savoir qu’elle faisait parti du lot. Elle essayait de ne pas douter qu’il aurait la délicatesse de ne pas aborder le sujet.

- Mais je reste convaincue que ça n’est pas irrémédiable, quelque soit les divergences de nature qui nous séparent. Le tout… C’est d’oser parler de ce qu’on vit…Vous savez peut-être beaucoup de choses sur les êtres humains. Mais expérimenter, c’est très différent, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 1 Mar - 19:17

Sigma s'inquiétait à propos de la réponse qu'il avait donné. Sa réponse témoignait un sentiment plutôt unique, car très peu d'humains ressentaient cette sensation de ne pas être avec quelqu'un qu'ils connaissaient. Normalement, Miranda devait être une psychologue bien sûr, mais allait t'elle pouvoir comprendre ce que Sigma souffrait, malgré la complexité de son sentiment de solitude?

Sigma était aussi inquiet de sa réaction et de l'expression de son visage, témoignant une incomfortabilité de sa part. Sigma sentait que Miranda était déstabilisé, probablement par le fait qu'il avait énoncé qu'il connaissait tous sur elle. Mais de toute façon, il était considéré en tant qu'objet d'étude, en tant que SCP, donc elle ne devait normalement pas être tant surprise que ça, non? Hélas, pas tous les SCP avaient les pouvoirs de Sigma, ce qui expliquait toujours sa réaction.

Sigma, un instant, pensait avoir embourbé de plus en plus la jeune fille mais l'avait en fait éclairci, et cela le surprit.

D’après ce que j’en comprends, parce qu’effectivement ça n’est pas évident, vous avez une façon d’expérimenter le monde très différente de la mienne et de celle des êtres humains en général. Vous savez… tout… ou au moins beaucoup de choses… Nous ne savons que ce que nous avons appris. C’est une disparité qui nous sépare, vous avez raison. Et il y a de quoi se sentir seul en effet. D’autant plus que j’imagine que vous avez passé beaucoup de temps vraiment seul.

Sigma fut surpis de savoir que Miranda avait absolument raison sur tous les points énoncés. L'écart entre Sigma et les hommes était très grand. De plus, Sigma avait passé une dizaine de milliards d'années seul. Sans personne avec qui parler. C'était la première fois qu'un humain impressionait Sigma par sa capacité analytique. Cependant, cela n'allait pas montrer si Miranda le comprenait entièrement.

- Cela dit, vous savez les êtres humains ne savent pas tout les uns des autres et il peut y avoir d’énormes différences dans la manière dont ils perçoivent le monde. Si vous savez beaucoup de choses, vous savez que nous sommes nombreux à nous sentir seuls.

La complexité de la vie intelligent avait toujours fasciné Sigma. Il avait l'habitude d'observer les hommes du Néolithique, développer des caractères et des personnalités au dessus du principe de survie. Et en effet, certains se sentaient seul lors de cette transition. Cela révéla à Sigma que Miranda avait l'habitude de comprendre la solitude en général. Une psychologue hors-pair?

- Mais je reste convaincue que ça n’est pas irrémédiable, quelque soit les divergences de nature qui nous séparent. Le tout… C’est d’oser parler de ce qu’on vit…Vous savez peut-être beaucoup de choses sur les êtres humains. Mais expérimenter, c’est très différent, non ?

Encore une fois, Miranda avait raison. Dieu connaissait tout sur son univers, l'ayant observé d'un point de vue externe, mais jamais n'avait t'il interargit avec l'univers en quoi que ce soit jusqu'à aujourd'hui. En effet, sa "visite" dans son univers allait lui nécessiter une application réelle, et non seulement des connaissances. Allait t'il y arriver, et si oui, avec Miranda?

- Vous avez raison. Je connais la théorie, mais je ne fait pas la pratique. Je n'ai jamais interféré avec qui que ce soit depuis très longtemps, jusqu'à maintenant. Je ne possède pas l'envie d'être brusque dans mes gestes, ce qui me contraint à réfléchir avant d'agir. Je connais, mais je n'ai jamais fait depuis longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Lun 2 Mar - 13:48


Miranda venait de mettre en lumière la classique distinction entre savoir et savoir faire. Ici cela dit, il était plus question de savoir vivre. Si cette entité savait beaucoup de choses, si elle pouvait beaucoup de choses, il ne pouvait pas se créer de nulle part des relations harmonieuses avec autrui.  Après tout, un individu capable de faire apparaître une table et une chaise, de transformer son environnement de la sorte pourrait sans doute aller ou bon lui semblait à la fondation sans que personne ou presque n’y puisse rien. Cela dit, ce n’était pas sa volonté. Sa volonté était d’obtenir un accord car cette entité était venue avec le désir que les choses se passent sans accros. Et sans doute avec un désir plus fort, mais aussi beaucoup plus inconscient, d’échapper à sa solitude. Il avait parlé de million d’années. Elle se sentait un peu ridicule avec sa vie minuscule.

- Vous avez raison. Je connais la théorie, mais je ne fais pas la pratique. Je n'ai jamais interféré avec qui que ce soit depuis très longtemps, jusqu'à maintenant. Je ne possède pas l'envie d'être brusque dans mes gestes, ce qui me contraint à réfléchir avant d'agir. Je connais, mais je n'ai jamais fait depuis longtemps...

Miranda sourit un peu. Elle n’était pas surprise par cette réponse.

-J’ai bien vu oui, que vous cherchiez à éviter de brusquer les gens. Je ne suis pas sûre la réflexion seule suffise à vous éviter de commettre des erreurs.  Vous allez vite vous rendre compte qu’entrer en relation avec des gens va impliquer vos émotions et des choses que contrairement à ce qui semble être votre habitude, vous ne pourrez pas maîtriser.

Effectivement l’émotion semblait manquer. Miranda percevait la sagesse de cet être en face d’elle, qu’il était d’une certaine façon bien plus vieux et expérimenté qu’elle. Cependant, il ne se dégageait de lui rien qui s’apparente à l’humanité. Son humanité, elle l’avait déduite de sa conduite lorsqu’elle était arrivée et qu’elle avait été bien accueillie, ainsi que d’un manifeste désir de bien faire. Malgré cela, elle avait l’impression d’avoir affaire à une machine, ou à un robot, le visage sans expression. Elle pensait qu’il allait falloir faire attention. Elle savait que la perception des émotions se construisait dans la petite enfance, à travers le regard de l’autre. Peut-être que cette entité n’avait pas l’air de souffrir. En tout cas elle n’en avait pas conscience. Mais le contact d’autrui pourrait bien réveiller en elle, toutes sortes de choses enfouies. Et elle savait que les entités avaient rarement une vie facile. Rien que la solitude que celle là avait traversée en elle-même aurait pu la rendre folle. Mais l’homme se tenait là, en face d’elle, tranquille et calme. Mieux valait sans doute le prévenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 4 Mar - 17:34

Sigma, ayant expliqué la relation qu'il entretenait avec son environnement (son univers), espérait une réponse qui allait être clair et précise pour lui, et pour pouvoir s'habiliter parmi les hommes. Pendant trop longtemps, Dieu était resté invisible, dans l'ombre, à l'extérieur même de son univers. Sigma comprenait maintenant, et bien clairement, l'enjeu de s'habituer à être avec des êtres humains.

- J’ai bien vu oui, que vous cherchiez à éviter de brusquer les gens. Je ne suis pas sûre la réflexion seule suffise à vous éviter de commettre des erreurs.  Vous allez vite vous rendre compte qu’entrer en relation avec des gens va impliquer vos émotions et des choses que contrairement à ce qui semble être votre habitude, vous ne pourrez pas maîtriser.

Malheureusement, malgré qu'il y avait du vrai dans ce que Miranda avait répondu, il y avait aussi du faux. Miranda parlait d'émotions, un concept que Sigma comprenait mais qu'il n'arrivait pas à le comparer avec lui même. Les émotions étaient faites en rapport avec des informations reçus du monde extérieur, pour ensuite les compléter avec plusieurs réaction, comme fuir en cas de peur car on a vu une ombre s'approcher.

Sauf que, pour Sigma, y avait t'il réellement un monde extérieur? Il était lui-même l'extérieur, et il savait tous sur tous les univers qu'il avait créer, et il était à l'extérieur de ces univers là. Avoir des émotions lui nécessitaient de voir quelque chose d'autre, quelque chose de plus grand que lui. Mais il n'y avait rien plus grand que lui, et il ne pouvait ressentir que le fruit de son travail... Et l'inquiétude des objets et entités paranormales.

Et oui, malgré tout ce que pouvait dire Miranda, Dieu avait créer l'univers, mais ne le maîtrisait plus à son habitude. Le comportement des hommes était devenu trop complexe à prédire et à réguler, ayant provoqué ce qu'il n'avait jamais voulu: des extinctions de plusieurs espèces, comme les Dodo ou ceux qui étaient appelés par la Fondation "SCP-1000", des guerres, de la pollution, et autres choses innombrables encore... Les entités paranormales n'étaient pas devenu mieux, et s'étaient amusé à manipuler la réalité même.

Dieu était triste, qu'il n'ai pas réussi à garder le contrôle et à divaguer l'univers hors de ses mains. Sigma ne savait pas vraiment quoi dire à la jeune femme, mais ne pas répondre allait tout simplement être insolent. Sigma savait que Miranda n'allait pas vraiment comprendre, ni agir pour lui, vu qu'il était Dieu. Mais cela était t'il une raison d'arrêter la discussion?

- Contrairement à ce que vous croyez, d'habitude, je n'arrive jamais à me maîtriser, et cela a rendu mon environnement que partiellement maîtrisable. Je suis sûr et certain que la réflexion ne m'aidera point dans mes relations avec vous autres. Mais je n'ai rien d'autre qui s'exprime en moi, que de la réflexion. Et si je n'ai que ça, et bien je pense que l'on puisse pas vraiment faire quelque chose pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Jeu 5 Mar - 14:04

Il fallait prévenir cette entité que dans les relations, elle ne pourrait pas tout maîtriser. Dans cette chambre, l’homme pouvait ajouter ce qu’il souhaitait, la rendre confortable, à son goût.  En revanche, il n’aurait pas la même influence sur les gens. Et s’il l’avait, de toute façon cela équivaudrait à se trouver seul à nouveau. Il n’avait pas le choix, pour entrer en relation il fallait se confronter à l’altérité, dans toute sa complexité et aussi nécessairement, à sa propre émotivité. Simplement, il ne semblait pas convaincu que cela était possible.

- Contrairement à ce que vous croyez, d'habitude, je n'arrive jamais à me maîtriser, et cela a rendu mon environnement que partiellement maîtrisable. Je suis sûr et certain que la réflexion ne m'aidera point dans mes relations avec vous autres. Mais je n'ai rien d'autre qui s'exprime en moi, que de la réflexion. Et si je n'ai que ça, et bien je pense que l'on puisse pas vraiment faire quelque chose pour moi...

Elle avait oublié qu’il n’était visiblement pas né de la dernière pluie. Effectivement, il savait bien que la réflexion ne menait à rien ou presque en terme de relations sociales. Le constat qu’il faisait avait quelque chose de touchant. L’absolu vide interne qu’il décrivait était terrible et à nouveau Miranda se rendait compte qu’elle ne pouvait pas se représenter ce que c’était d’avoir était complètement seul tout ce temps. En revanche elle ne comprenait pas bien quel lien il faisait entre son environnement et son état. Cela avait sans doute un lien avec sa capacité. Elle ne savait pas pourquoi, mais Miranda pressentait qu’elle était beaucoup plus importante que ce qu’elle en imaginait. Souvent les capacités des SCP étaient rattachées à leur affectivité. Etait-ce un effet semblable qu’il avait senti ? Elle voulait le croire car alors, c’était la preuve de l’existence de cette affectivité. Mais comme elle n’en savait rien, elle préféra garder cette idée pour elle. A nouveau il fallait un peu d’espoir.

-Ce n’est pas parce que rien d’autre ne s’exprime en vous qu’il n’y a rien d’autre que la réflexion. A être seul aussi longtemps, vous auriez pu devenir fou, non ? Si vous ne l’êtes pas devenu, c’est peut-être que vous avez mis vos émotions en sourdine non ? Voire que vous ne les avez jamais laissé émerger tout ce temps ?

Elle essaya de lui sourire un peu. Vraiment elle se sentait triste pour lui. Elle se demanda si cela aussi, il le savait ou non.

- Vous êtes capable de me dire que vous vous sentez seul. Une phrase telle que celle-ci n’a pas de sens en l’absence d’émotion si ?

Miranda était presque entièrement sûr d’elle. Cette entité était spéciale certes mais finalement sa plainte n’avait rien d’extraordinaire. Beaucoup d’expériences se posaient cette même question de leur capacité à éprouver des sentiments humains. Elle n’en avait jamais vu une seule qui en soit réellement incapable. Elle reprit.

-Vous dites que vous n’arrivez pas à vous maîtriser… je ne suis pas sûre de ce que vous voulez dire par là mais… si vous n’étiez vraiment que réflexion… je doute qu’un problème de cette sorte se présenterait à vous, non ?

Elle eut un autre sourire.

-Tout ça pour dire qu'en ce qui vous concerne, je n'ai pas l'intention de baisser les bras.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 8 Mar - 0:05

Face à ce que Sigma avait dit, celui-ci redoutait que sa situation n'allait pas s'améliorer. Tout ce temps passé seul, sans rien vraiment pouvoir exprimer quelque chose mais que de la réflexion... Cela vaudrait t'il le coup d'aller plus loin? De continuer à tenter de développer des relations avec les hommes? Une partie de lui le disait que les hommes ne le comprendraient pas, qu'il le trouverait vide d'émotions ou tout simplement qu'ils ne voudront pas de lui, et qu'il fallait donc pas qu'il ne perde son temps.

Mais devait t'il prendre cette décision? Non, Sigma la refusait absolument. Sigma n'avait pas créer les hommes pour ne pas partager quelque chose de commun avec eux. Sigma n'avait pas créer l'univers pour ne rien faire. De plus, sa solitude avait assez duré. Sigma était convaincu que Miranda était le moyen de pouvoir parvenir à enfin communiquer avec les humains. Sigma voulait pouvoir aussi démontrer à la Fondation ce qu'il était vraiment.

-Ce n’est pas parce que rien d’autre ne s’exprime en vous qu’il n’y a rien d’autre que la réflexion. A être seul aussi longtemps, vous auriez pu devenir fou, non ? Si vous ne l’êtes pas devenu, c’est peut-être que vous avez mis vos émotions en sourdine non ? Voire que vous ne les avez jamais laissé émerger tout ce temps ?

Miranda avait raison de se poser cette question, qui était totalement logique, étant donné qu'elle ne comprenait pas comment quelqu'un ne pouvait ne pas avoir d'émotions. Sigma ne savait pas s'il expérimentait réellement des émotions, mais il pouvait dire en tout cas qu'il n'était pas humain, et qu'il pouvait possiblement contrôler ses émotions. Peut-être avait t'il des émotions qu'il arrivait à détruire, faute à leur nature négative? En tout cas, Sigma pouvait dire qu'il avait réussi à tenir bon tout seul, tout ce temps...

- Vous êtes capable de me dire que vous vous sentez seul. Une phrase telle que celle-ci n’a pas de sens en l’absence d’émotion si ?

Sigma réfléchit attentivement à cette phrase, qui fit répondre ses questionnements. Peut-être Sigma avait t'il donc des émotions, mais uniquement négatives. L'absence d'émotions positives peut être le rongeait intérieurement? Peut être que Sigma avait réussi à vivre sous des émotions négatives, qu'il n'avait pas remarqué jusqu'à maintenant? Tant de questions qui en faisaient soulever beaucoup d'autres...

-Vous dites que vous n’arrivez pas à vous maîtriser… je ne suis pas sûre de ce que vous voulez dire par là mais… si vous n’étiez vraiment que réflexion… je doute qu’un problème de cette sorte se présenterait à vous, non ?

Sigma se disait que la présence seule de réflexion était bien la source du problème. Cela était parce que Sigma n'était que réflexion qu'il n'arrivait pas à maîtriser son environnement. Ou... Etait-ce qu'à cause de cela? Plus Sigma avançait dans les questionnements qu'il se posait, plus il s'éloignait du but... Etait t'il dans une impasse? Heureusement, Miranda ne comptait pas l'emmener dans une impasse...

-Tout ça pour dire qu'en ce qui vous concerne, je n'ai pas l'intention de baisser les bras.

Cette phrase fit chaud au coeur à Sigma, qui savait maintenant que dans son voyage, il allait être accompagné. Peut être éprouvait t'il de la satisfaction, du bonheur. Peut-être des émotions positives se dévoilaient enfin?

- Je ne sais moi même comment j'ai pus faire pour tenir bon jusque là, je sais uniquement que j'ai tenu bon. Je pense avoir du garder mes émotions de côté, mais je pouvais en parler à personne de toute façon. Je pense peut être avoir des émotions, mais je craint que ce ne sont pas des émotions positives. Et ce sont ces émotions là qui me font déraper, et qui me font perdre le contrôle sur mon environnement.

Sigma se reposa quelques instants.

- Je vous remercie, Miranda, de tenir à ce que je m'intègre ici. J'ai passé beaucoup de temps à être seul, et peut-être me suffit t'il uniquement un petit peu de temps pour m'adapter?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 8 Mar - 22:06

Le SCP-343 prétendait n’être que réflexion, se trouver vierge d’émotion. Point par point, elle avait relevé tout ce qui lui faisait dire que ce n’était pas vrai. Elle avait souvent vu des expériences de plaindre de se sentir vides, froide, inhumaines. Elle avait souvent vu des prisonniers en faire autant ou des patients psychiatriques. La bonne nouvelle était que ce SCP semblait réceptif à ce qu’elle essayait de faire. Après tout, il était passé d’un discours selon lequel il allait très bien, mais il voulait bien parler avec elle, à cette idée de vide émotionnel assez rapidement. D’ordinaire, il fallait un long travail pour passer de l’un à l’autre. Mais peut-être que quand on savait autant de chose qu’il semblait en savoir, on ne pouvait pas vraiment mobiliser les mêmes mécanismes de défense. Ce qui voulait dire que ce qu’elle dirait, il ne pourrait peut-être pas s’en défendre. Mais pour le moment, Miranda se sentait tranquille.

- Je ne sais moi même comment j'ai pus faire pour tenir bon jusque là, je sais uniquement que j'ai tenu bon. Je pense avoir du garder mes émotions de côté, mais je pouvais en parler à personne de toute façon. Je pense peut être avoir des émotions, mais je craint que ce ne sont pas des émotions positives. Et ce sont ces émotions là qui me font déraper, et qui me font perdre le contrôle sur mon environnement.

Pour quelqu’un qui disait ne pas ressentir d’émotions, elle trouvait tout de même que quelque chose apparaissait sur son visage jusque là si froid. Ce n’était pas grand chose, mais c’était bien présent. Elle-même se sentait étrangement émue par ce qu’il disait. C’était juste là, pas loin. Evidement, aucune émotion n’émergeait dans la solitude la plus totale. Les émotions concernaient les autres de toute façon et quoi qu’il advienne, qu’ils soient présents ou non. Par sa présence aujourd’hui, elle espérait leur permettre d’apparaître. Il avait marqué une petite pause dans son discours. Il reprit tranquillement :

- Je vous remercie, Miranda, de tenir à ce que je m'intègre ici. J'ai passé beaucoup de temps à être seul, et peut-être me suffit t'il uniquement un petit peu de temps pour m'adapter?


Entendre cela lui faisait chaud au cœur. C’était sans doute sa première vraie rencontre avec quelqu’un. Sa première rencontre au sens psychologique du terme en tout cas. C’était quelque part une espèce d’honneur.

-Cela va plus loin que cela. Il ne s’agit pas juste de s’intégrer. Vous pouvez être plus que toléré et compris.


Elle s’interrompit un peu. Elle s’apprêtait à résumer les relations humaines en quelques mots. Ce n’était pas une mince affaire. Finalement elle s’abstint de le faire. En plus d’être réducteur, cela aurait retiré tout son charme à la chose.

-Vous verrez au fur et à mesure qu’il y a en fait beaucoup de choses que pourrez expérimenter.


Elle sourit et poursuivit.

-Effectivement il ne s’agit sans doute que d’une question de temps. Je ne sais pas si vous avez vraiment toujours été seul, mais les émotions, elles ont besoin des autres pour s’exprimer en quelque sorte, et effectivement si vous n’aviez personne avec qui les partager, c’était difficile. Je pense aussi que vous avez raison quand vous vous demander si elles ne sont pas l'origine de vos.. pertes de contrôle. Mais je pense vraiment que cela peut changer du tout au tout maintenant que vous êtes là.

Elle avait entendu qu’il était inquiet alors elle ajouta.

-Il est possible que vous soyez d’abord confronté à des émotions négatives… celles que nous ne vous autorisez pas à vivre dans l’épreuve que vous avez vécue par exemple, mais la capacité à ressentir forme un tout. Alors les autres suivront je pense… De toute façon, si vous êtes d’accord, nous allons traverser ça ensemble.


Elle aussi se sentait très contente de cette conversation alors elle osa demander.

-Là tout de suite… vous ressentez quelque chose ? Comment vous vous sentez par rapport à tout ce que nous venons de dire ?

Elle même se sentait étrangement satisfaite, elle comptait sur le fait que cette satisfaction était réciproque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 11 Mar - 19:16

Alors que Sigma finit sa phrase, ce dernier commença réellement à réfléchir sur son passé et à le regarder. Auparavant, Sigma avait l'habitude de se plaindre de ses créations, de se sentir frustré et dégoûté par ses univers, et spécialement celui-ci. Sigma avait l'habitude de créer d'autres univers, de tenter de se raisonner, et autres innombrables méthodes pour cacher sa folie et sa mauvaise humeur. Sigma avait l'habitude d'être triste.

Sigma fixa attentivement Miranda, et réalisa alors que c'était la première fois qu'il parlait avec une autre personne. Une autre personne. Comment n'avait t'il pas put le réaliser plus tôt? Sigma avait appris lors de cette discussion qu'il avait passé trop de temps seul et triste. Pourquoi n'avait t'il pas réalisé plus tôt sa solitude? Jamais Sigma n'aurait pensé qu'il avait été rempli d'émotions négatives et de solitude s'il n'était pas descendu sur terre.

Alors que Sigma réalisa cela, il vit devant lui une lumière. Figurativement, il vit une lumière. Etait-ce alors la fin de ses problèmes? Le début de la fin de ses problèmes? Une période précédant une ère de bonheur et de prospérité? Sigma le savait enfin. Non seulement pouvait t'il le savoir, mais Sigma pouvait le ressentir.

Sigma ressentait le début du bonheur. Sigma commençait à flotter dans un nuage de prospérité

Sigma continua à entendre attentivement ce que Miranda disait, mais tout en se focalisant sur le vrai bonheur qu'il expérimentait. Alors que Sigma divagua dans son nuage, entendant les paroles de Miranda en tant qu'échos angéliques, sa joie commença à se manifester dans son environnement et dans sa chambre.

Le feu de la cheminée débuta alors à prendre une allure vive. Les couleurs des tapis arabiques commencèrent à s'accentuer, tandis que, comme par pure enchantement, les petits personnages situés dans les tapisseries prirent vie et commencèrent à montrer diverses interprétations du bonheur. Sigma continua à écouter les paroles de Miranda, résonnant toujours comme des paroles angéliques. Sigma ressentait maintenant le début du bonheur. Et rien n'était encore fini pour lui.

-Là tout de suite… vous ressentez quelque chose ? Comment vous vous sentez par rapport à tout ce que nous venons de dire ?

Bien sûr, Sigma ne pouvait ressentir qu'une seule chose.

- Ceci est la première fois que je parle à un vrai être humain. Et je me sens illuminé, dans un état magique. Il y a plusieurs minutes encore, je perdait un petit peu espoir, mais ceci est la première fois que je suis réellement heureux. J'ai encore besoin d'être guidé, comme je vous dit, mais je suis sûr que ce n'est que le début.

Sigma ne savait pas s'il avait été louche dans sa dernière phrase, mais elle était justifié par son bonheur. Le début de la fin d'une longue période de solitude. Le début du début du bonheur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 11 Mar - 21:29

Il semblait ne pas avoir vraiment tout entendu de ce qu’elle disait. Sur le fond ça n’avait pas d’importance, il semblait qu’ils étaient d’accord. Les mots étaient maladroits mais elle se sentait envahie par l’affect.  Autour d’elle, le décor changeait lentement. Elle avait pensé à lui faire utiliser une médiation, si le surgissement de l’émotion ne se faisait pas, mais ça n’était même pas la peine. Le décor était sa médiation, cette pièce son lieu de création. Elle s’y sentait bien. Elle-même avait eu pour habitude de se sentir seul et l’atmosphère semblait entière faire pour chasser cette sensation glacée qui se mourrait dans la chaleur des flammes. Sur les murs de petits personnages se retrouvaient comme s’ils se voyaient pour la première fois. Elle aurait sans doute trouvé la scène un peu niaise si elle n’avait pas représenté très fidèlement ce qu’ils étaient en train de vivre.

Elle lui avait demandé comme il se sentait mais la question semblait superflue. Cela dit, elle voulait qu’il mette des mots là dessus, comme si cela pouvait le rendre plus vrai et plus durable sans doute.

- Ceci est la première fois que je parle à un vrai être humain. Et je me sens illuminé, dans un état magique. Il y a plusieurs minutes encore, je perdait un petit peu espoir, mais ceci est la première fois que je suis réellement heureux. J'ai encore besoin d'être guidé, comme je vous dit, mais je suis sûr que ce n'est que le début.

Miranda se demandait pourquoi diable personne n’était venu parler à ce SCP avant elle. Est-ce que les gens en avaient peur ? Elle ne comprenait pas bien pourquoi parce qu’elle se sentait bien. Elle avait regardé autour d’elle les changements qui s’opéraient autour d’eux. Elle lui souriait de plus en plus largement. Elle ne s’attendait pas au fond à ce que les émotions positives se manifestent d’abord de la sorte, encore moins à ce qu’elles surgissent tout à coup, aussi vivement. Ce patient était un des plus faciles qu’elle ait jamais eu.

- Je dois dire que je me sens particulièrement bien aussi. Vous avez raison tout ceci n’est qu’un début.

Elle sourit à nouveau s’approchant un peu de lui, penchée par dessus la table.

-Vous allez probablement rencontrer encore beaucoup de monde.

Brusquement Miranda éprouva une certaine inquiétude. Après tout, cela était nouveau pour lui. Ce début de bonheur était peut-être fragile. Elle redoutait le moment de mettre fin à l’entretien. Elle redoutait qu’il rencontre quelqu’un de méchant qui lui ferait du mal. Elle savait que si on s’en prenait à lui elle se mettrait sans doute très très en colère. Il fallait chasser l’angoisse. C’était sans doute la sienne celle là. La crainte qu’on fasse du mal, la peur de la trahison et du ridicule. Il était tout à fait possible que rien de mauvais ne se produise, et que se séparer d’elle ne lui semble pas insurmontable. Toujours était-il qu’elle n’avait aucune envie de mettre fin à cet entretien.

-Et quoi qu’il arrive je vous accompagnerais jusqu’à ce que vous sentiez en capacité  de vous débrouiller sans être guidé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Sam 14 Mar - 12:44

Un profond état de transe remplissait Sigma... Un profond état d'émotions positives, et de relaxation. Quelque chose de nouveau commençait pour lui, et enfin une vraie nouvelle chose. Sigma avait éradiqué sa dépression caché depuis longtemps en quelques minutes de discussion, alors qu'un humain aurait prit sans doute beaucoup plus de temps. Mais ceci n'était pas l'important. Sigma ressentait le bonheur. Parler à quelqu'un d'autre était une expérience qu'il aurait dû vivre beaucoup plus tôt. Mais maintenant, il l'avait fait. Sigma n'était plus seul.

Alors qu'il continua à parler doucement à Miranda, il fit attention à ce qui l'entourait autour de lui. La cheminée, brûlante et rempli de couleurs teintés de rouge, réchauffait confortablement la pièce et dégageait une certaine odeur de fumée. Non pas une fumée qui semblait hostile, mais une fumée agréable à l'odorat. De plus, elle illuminait la pièce d'un orange vif, alors que les ombres de la table et des deux personnages se projetèrent sur le mur opposé.

Sigma fit aussi attention aux différents personnages, situés dans différentes sections des tapisseries. Près de la porte d'entrée, Sigma pouvait observer un petit homme debout sur une chaise, tournant délicatement ce qui semblait être une ampoule dans un plafond. L'ampoule, une fois tourné, prit une couleur blanche et illumina légèrement la salle d'un teint blanc. Et à travers ce teint blanc, Sigma pouvait apercevoir l'homme sourire.

Plusieurs autres personnages figuraient des scènes de bonheur. Une petite fille s'amusant avec son chien par ici, un petit garçon lançant ce qui semblait être un frisbee avec son père dans ce coin là, une vieille femme lisant un livre qui lui plaisait tout là-bas... Toutes les scènes représentaient le bonheur. Cependant, une seule correspondait avec ce que Sigma vivait.

Au dessus de son lit, le long de la tapisserie bien sûr, Sigma pouvait observer un tunnel, vue de profil. Ce tunnel était très sombre et hostile à gauche, lumineux et réconfortant à droite. Dans le côté sombre marchait un vieil homme, triste, avec une expression maussade sur son visage tandis qu'un groupe de personnes errait dans la lumière, avec une expression inquiète sur leurs visages. Le vieil homme continua à marcher du côté sombre du tunnel, quand il se mit à courir les larmes aux yeux, avec un grand sourire, en direction de la lumière. Le groupe en questions vit ses nombreux visages sourire à la vue du vieil homme, avant de l'accueillir du côté de la lumière.

Sigma eut fini de regarder cette petite scène s'offrir à ses yeux, quand il ne put s'empêcher d'être ému. Sigma n'avait que vagabondé dans l'obscurité, sans parler à personne, pendant tout ce temps. Pouvoir enfin parler à d'autres personnes lui procurait autant de sentiments que celui du vieil homme. Se réfugier de l'obscurité, et aller dans la lumière était ce qu'il avait voulu depuis tout ce temps, mais il ne l'avait pas sût. Malgré tout ce temps passé, Sigma se disait qu'il ne fallait plus penser au passé. Sigma devait revenir au présent, et aller de l'avant. De plus, Sigma entendit Miranda le confirmer. Ce n'était que le début...

- Vous allez probablement rencontrer encore beaucoup de monde.

Alors que Sigma entendit cela, il commença progressivement à sortir de sa rêverie. Petit à petit, et au fur et à mesure, les personnages commencèrent à reprendre leur place. L'homme, une fois qu'il ait bien ajusté et changé l'ampoule, se remit assis sur sa chaise, et resta immobile. La petite fille s'allongea sur le sol, emmenant le chien à ses pieds, et resta immobile. Le petit garçon, suivit de son père, emporta le frisbee avant de se caler dans un coin de la pièce et de rester immobile. Tous les autres personnages firent des actions diverses, mais tous devinrent immobiles à la fin. La cheminée commença elle même à se calmer un tout petit peu, la ramenant à son statut initiale...

Alors que tous ces changements opérèrent, ils signifièrent que Sigma était de retour à la réalité. Son état de bonheur restait en lui, mais il commença à réfléchir à ce que voulait dire Miranda. Beaucoup de monde... Oui, bien sûr, Miranda n'était pas la seule humaine à qui il allait parler. Mais tous les humains étaient t'ils tous aussi compréhensifs que Miranda? Sigma redoutait que cela n'allait pas être le cas...

- Et quoi qu’il arrive je vous accompagnerais jusqu’à ce que vous sentiez en capacité  de vous débrouiller sans être guidé.

... Mais... De toute façon, Sigma n'allait pas découvrir les nombreux comportements humains seul, et cela le rassurait. Miranda était le guide de Sigma dans ses relations futurs avec les hommes. Il allait pouvoir découvrir toutes les facettes de l'humain. Et s'ils étaient assez réceptifs et sympathique, qui disait qu'il ne pourrait pas, eux, découvrir les différentes facettes de Sigma? En tout cas, et de toute façon, Sigma allait être heureux. Il n'allait pas être seul.

Sigma se tint sur la table avec les coudes, croisa ses bras et regarda Miranda avant de l'adresser, parlant lentement et faisant des pauses à toutes les phrases.

- J'ai tellement de choses... Encore à expérimenter... Comme je disait, ça faisait longtemps que je suis seul, et maintenant je ne le suis plus. Je ne sais pas comment vous remercier, Miranda. Grâce à vous, j'ai peut être enfin trouvé le sens de ma vie.

Quelle ironie. Sigma, qui lui était pourtant le créateur incontesté de l'univers, n'avait pas découvert le sens de son existence depuis très très longtemps. Mais ce temps là était fini. Sigma n'allait plus jamais être seul. Plus jamais. Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Dim 15 Mar - 16:16

Miranda avait un peu perdu son patient. Elle s’imaginait que sa manière d’être conscient dans le monde devait être différente de la sienne à ce moment précis. En tout cas il semblait en quelques sortes connecté avec l’extérieur de telle sorte qu’elle ne représentait peut-être qu’une petite partie d’un tout à ses yeux. Elle comprenait et respectait cela.

Si l’entité en face d’elle ne lui parlait plus, le décor semblait s’exprimer à sa place. Il faisait agréablement chaud, l’odeur de la fumée lui rappelait de bons souvenirs qu’elle ne semblait pourtant pas avoir vécu. C’était comme comprendre qu’on venait de rentrer chez soi après un long voyage. Comme des formes bougeaient sur les murs, elle observa le détail de ces petits éléments qui parcouraient les murs.  Quelque part un homme changeait une ampoule et sourit dans la lumière, satisfait de lui. Une gamine jouait avec un gros chien. Un fils et son père jouaient au frisbee, une vieille femme lisait un livre. Tout cela respirait la quiétude et la tranquillité, les gestes, les images exprimaient très exactement leur sentiment partagé aussi elle s’attarda à les observer un peu.

Mais une autre image encore plus pertinente accrocha son regard. Un homme sortait d’un tunnel pour aller à la rencontre d’une petite foule qui se tenait de l’autre côté. Le tunnel semblait être un lieu froid et hostile et ému, l’homme s’avançait vers la lumière. Ceux qui l’accueillaient semblaient inquiets, soucieux de son sort mais l’émotion qui traversait son visage était plutôt rassurante. Elle pensait que cette scène ressemblait  à une naissance. Elle correspondait mieux à ce qu’il était en train de vivre. Les autres scènes, il avait l’habitude de les voir et de les connaître mais cette dernière il l’expérimentait, mieux c’était sa première expérience dans le monde et non plus en dehors de celui-ci. C’était la représentation qui contenait aussi la peur, l’angoisse, l’inquiétude et elle semblait plus réelle que les autres. Elle s’arrêta un instant à penser que dans une autre situation, cette scène aurait aussi pu lui faire penser à la mort. Sortir du tunnel, marcher vers la lumière, elle se demandait si l’entitée en face d’elle partageait ce symbolisme ou non. Si oui, cela pouvait vouloir dire qu’il n’était pas aussi tranquille et heureux qu’il voulait le faire croire.

Ou alors c’était elle qui n’était pas tranquille. Tout cela lui semblait trop évident, trop facile. Elle se disait que cela ne pouvait pas être aussi simple. Qu’il y avait forcément quelque chose qu’elle avait raté et que lui aussi ne pressentait pas.  Une fois sortie de sa solitude, n’allait-il pas redouter d’ y être plongé à nouveau comme la plupart des gens ? Elle ne pouvait pas croire que tout était si simple et que tout se passait comme prévu. Rien ne se passait jamais comme prévu dans son travail.

Elle hasarda qu’il allait encore sans doute rencontrer beaucoup de gens. Elle ne voulait pas être le seul rempart entre lui et la solitude. C’était trop lourd et ça n’était pas sa place.

Sur les murs les personnages terminèrent leurs actions s’immobilisèrent et son attention sembla se tourner vers elle à nouveau. Lui semblait toujours aussi tranquille et content, mais elle avait besoin de le rassurer alors elle lui signifia qu’elle continuerait de l’accompagner tant qu’il en aura besoin.

Il s’avança vers elle et la regarda bien de front. Il lui parla clairement tranquillement. Elle avait l’impression que ce qu’ils étaient en train de faire était très solennel pour lui. Si c’était une naissance, il lui fallait un baptême, marquer le coup en quelques sortes.

- J'ai tellement de choses... Encore à expérimenter... Comme je disais, ça faisait longtemps que je suis seul, et maintenant je ne le suis plus. Je ne sais pas comment vous remercier, Miranda. Grâce à vous, j'ai peut être enfin trouvé le sens de ma vie.

Miranda baissa les yeux et rougit un peu. Elle avait l’impression que cette rencontre en quelque sorte représentait une trop grande responsabilité, qu’elle occupait une place trop importante. Elle éprouva le besoin de rendre à leur chose leur juste mesure.

-Moi… j’ai l’impression que vous êtes en vie pour la première fois. Un peu comme si vous veniez de naître, en fait… Du coup j’ai envie de vous dire… bienvenue parmi nous, déjà.

Elle hésita un peu avant de poursuivre, repensant au fait que l’homme sortant du tunnel semblait déjà âgé.

- Ce qui est étonnant c’est que vous ayez du attendre tant de temps pour pouvoir faire cette expérience… Peut-être vous pouvez me dire, comment cela est arrivé ?

C’était peut-être parlé de choses moins réjouissantes mais au bon, Miranda sentait le besoin de savoir à quoi elle avait à faire. Malgré qu’elle se sentait toujours à peu près bien, cette solitude vécue allait nécessairement laisser des traces et c’est avec ces traces qu’il faudrait sans doute travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 18 Mar - 17:07

Pour une dernière fois, alors qu'il se dirigeait et marchait dans un nouveau bonheur, Sigma jeta un dernier regard sur son long passé, un passé qui avait été dénudé de tout vrai sentiment, de toute vraie joie, et de toutes vrais émotions. Et il en avait été ainsi depuis avant la création de l'Univers même (la création de "Om" pour les Dharmiques, "les 7 jours" pour les Abrahamiques, le "Big Bang" pour les Athées...), là où il n'y avait que néant.

Sigma n'avait jamais été triste ni heureux avant, tout simplement parce qu'il n'avait jamais rien expérimenté. Il n'avait pas eu de vécus de ne serai-ce qu'une expérience matérielle, et il n'avait pas non plus d'autres "Dieux" avec qui comparer son existence. Cette rencontre avait soulevé chez Sigma un rideau noir, sombre, qui lui avait couvert son regard tout ce temps ci. Désormais, Sigma comprenait quel avait été sa triste existence, comme le vieillard regardant le tunnel derrière lui.

Le sens de l'existence de Sigma se faisait voir dans la lumière qui se présentait devant lui. Pour la première fois, les créations de Sigma lui apportait un sentiment de contentement, de joie. Et bien sûr, Sigma voulait que ce soit tout mais surtout réciproque. Dieu n'allait pas seulement recevoir du bonheur, mais en donner de lui même. Peut-être, pourquoi pas, aider les personnes ayant des difficultés autour de lui. En donner de lui-même, et commencer des discutions avec ces personnes là...

En tout cas, face à cette lumière qui se présentait devant lui, Sigma savait désormais quoi faire. Il devait rompre cette barrière sombre qui le séparait de ses créations. Sigma devait échanger des choses avec ses créations, et ses créations en faire de même. Comme disait très fidèlement Miranda, Sigma pouvait comprendre les humains et être compris. Miranda en avait fait le premier pas, et le simple fait que Sigma ai descendu sur terre était un grand pas, peut être involontaire certes, mais un grand pas.

-Moi… j’ai l’impression que vous êtes en vie pour la première fois. Un peu comme si vous veniez de naître, en fait… Du coup j’ai envie de vous dire… bienvenue parmi nous, déjà.

Cette phrase seule, parmi tant d'autres, confirmait elle même que Sigma était en bonne voie d'échanger des expériences avec les humains. Sigma renaissait, et cette fois-ci parmi les humains. Et comme le disait t'il bien sûr, ce n'était que le début...

- Ce qui est étonnant c’est que vous ayez du attendre tant de temps pour pouvoir faire cette expérience… Peut-être vous pouvez me dire, comment cela est arrivé ?

Cette question pénétra dans la partie la plus intime de Sigma: le fait qu'il était le Créateur incontesté de l'Univers. Sigma était bien sûr en voie de comprendre les humains, et ces derniers allaient sans doute faire pareil. Mais devait t'il donc garder secrètement son identité de Créateur, et ne pas échanger toutes ses informations avec les humains mais garder une part d'intimité? Ou alors devait t'il dire à Miranda qu'il était réellement le Créateur de l'Univers, avec un risque de mal-compréhension?

Sigma réfléchit alors quelques instants. Sigma faisait confiance à Miranda, elle n'allait pas dire qu'il était Dieu à tu-tête, et il croyait totalement que Miranda allait comprendre Sigma. Mais Sigma ne désirait qu'une seule chose, un petit peu plus de temps pour s'habituer à sa nouvelle demeure qu'était la Fondation. Sigma n'hésitait pas: tôt ou tard, il allait dire qu'il était le Créateur de l'univers, mais pas tout de suite encore...

- Et bien... J'aurais aimé tout vous confier sur cet aspect, mais... Disons que cette... Question... Touche une partie intime situé à l'intérieur de moi-même. J'aimerais bien vous le dire, mais... Disons que... Je souhaite uniquement me... Me... M'accommoder au nouveau climat sur lequel je me suis installé...

Sigma émit tout de même un sourire à Miranda, montrant quand même qu'il aimait partager ce qu'il avait gardé au fond de lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Mer 18 Mar - 22:48

Miranda essayait de se réjouir pleinement de ce qui était en train de  se produire. Mais elle n’y parvenait pas vraiment. Tout cela lui semblait fragile. Son patient lui semblait fragile. Elle espérait que ça n’allait pas mal finir. Elle avait la sensation que c’était trop simple et que tout allait basculer. Ou elle doutait d’elle, de sa capacité à faire ce qu’il fallait. Si cela lui semblait facile c’était qu’elle s’était nécessairement trompée. Avec le désir de ne pas occulter trop vite ce qui avait pu être difficile et qui pourrait ressurgir, elle l’avait interrogé sur la raison qui l’avait poussé à rester à l’écart jusqu’à présent.

- Et bien... J'aurais aimé tout vous confier sur cet aspect, mais... Disons que cette... Question... Touche une partie intime située à l'intérieur de moi-même. J'aimerais bien vous le dire, mais... Disons que... Je souhaite uniquement me... Me... M'accommoder au nouveau climat sur lequel je me suis installé...

Elle comprenait ça. Sa question avait sans doute été un peu déplacée. En réalité peut-être qu’il fallait juste qu’elle se laisse faire un peu. Après tout tout se passait bien pour le moment. Juste se montrer disponible, attentive, compréhensive. Elle essaya de se rasséréner un peu. A force il risquait de sentir son anxiété qui n’avait pas lieu d’être après tout.

- C’est comme vous souhaitez. On se connaît à peine après tout. Il est normal que vous souhaitiez garder certaines choses pour vous.

Elle laissa là un court silence, incertaine sur quoi dire d’autre. Il lui semblait qu’elle n’avait rien à faire. Elle n’y était pas habituée. Au fond, peut-être qu’il était temps de mettre fin à cet entretien. Il devait être l’heure. Et puis finalement mieux valait se quitter maintenant plutôt que quand quelque chose de difficile aurait été abordé.

-Bon… eh bien si vous n’avez rien d’autre d’important à me dire pour l’instant, je pense que je vais vous laisser maintenant. Mais nous nous reverrons.

Elle se leva en souriant et lui tendit la main, en se demandant s’il savait ce que cela signifiait et ce qu’il était sensé faire en réponse. Dans le pire des cas, elle lui expliquerait. Elle sentait que ça n’était pas très grave, dans le fond, il avait compris ses intentions et son rôle. C'était là l'essentiel.

-D’ici là, explorez autour de vous, rencontrez du monde, et comme ça, je pourrais vous guider au milieu de toute cette nouveauté, d’accord ?

Elle lui dit au revoir quand ils se séparèrent. Elle se sentait légère. Elle avait réussit à faire alliance, à accueillir cette entité auprès des humains. Malgré ce qu’elle pouvait craindre, elle était contente d’elle. C’était une chose particulièrement rare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Créateur de l'Univers

I am
Âge : Infiniment agé
Rapports écrits : 54
Arrivé à la Fondation le : 11/02/2015
Localisation : A l'extérieur de tous les univers
Est occupé à : Créer des univers


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 20

MessageSujet: Re: Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]   Ven 20 Mar - 18:53

Pour Sigma, tout était une question de temps pour ses relations envers les hommes. Il fallait tout simplement attendre, et ne pas espérer de résultat immédiat, malgré le fait que le dialogue avec Miranda était une grande étape. Il ne devait pas se soucier de quoi que ce soit. Le passé était derrière lui, et le futur n'était pas encore arrivé. Sigma devait tout simplement réfléchir et prendre des initiatives progressivement, pour achever et espérer avoir de réels relations avec les hommes.

Alors que la discussion arriva à sa fin, Sigma réfléchissait alors à quelque chose qui lui était très important. Au tout début, Sigma avait pensé que son seul objectif de sa présence sur terre était de protéger son univers de toutes ces expériences qu'il n'avait pas créer. Mais en même temps, un nouvel objectif se présentait devant lui: interagir avec son univers et combattre sa tristesse qu'il avait occulté tout ce temps.

La réelle question était: quel objectif devait t'il faire passer en premier? Protéger son univers, ou interagir avec pendant qu'il en avait encore le temps? Cette question n'était pas absurde, mais elle était délicate. Peut être devait t'il aussi voir cet aspect là plus tard?

Alors que Sigma continua à écouter Miranda, il décida alors la réponse à la question à laquelle il venait de se poser. Peut-être... Peut-être qu'en fonction de ce qui allait se passer, son esprit allait être plus clair au niveau de ce sujet là? Peut-être fallait t'il aussi qu'il ai patience sur ce sujet là? Qu'l y ai aussi une question de temps?

Alors que Sigma conclu qu'il fallait qu'il voit comment allait se passer les choses, il vit Miranda se lever et tendre la main, en guise d' "au revoir". Sigma se leva alors de sa chaise et mit sa main dans la paume de Miranda, avant de la serrer. Sigma ne pouvait que se sentir redevable devant Miranda, qui avait réussi à le guider en dehors de cette obscurité. Face à ce qu'il devait à Miranda, Sigma était sans mot.

-D’ici là, explorez autour de vous, rencontrez du monde, et comme ça, je pourrais vous guider au milieu de toute cette nouveauté, d’accord ?

Sigma répondit sans hésiter à Miranda qu'il allait tâcher de rencontrer du monde, et qu'il allait tâcher de découvrir ses environs. Bien sûr, il n'eut pas dit à Miranda qu'il allait redécouvrir son univers, mais cette fois-ci d'un point de vue extérieur. Mais c'était ce qu'il allait faire. Découvrir la Fondation d'un point de vue... Humain.

Alors qu'il dit au revoir à Miranda et qu'il la vit quitter la salle, Sigma fit disparaître la table et les chaises qu'il avait faites. Il s'allongea tranquillement sur le lit et regarda vers le plafond. Alors qu'il regarda tranquillement autour de lui, Sigma continua à penser à cette nouvelle ère qui se présentait dans son existence. Un nouveau début...

Un tout nouveau début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Peut-on soigner un Dieu? [w/Miranda Smith] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le futur c'est du passé
» Fiche du Commandant Erwin Smith (terminée)
» Des informations, on peut même en trouver dans des lettres [Terminé]
» [Quête du mois] Un apprenti Dieu à la plage [Terminé]
» LE DIEU CARNIVORE-CLARK ASHTON SMITH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The SCP Foundation :: Les Lieux :: Les sites spécialisés :: Sites internes-