Partagez | 
 

 Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Lun 1 Déc - 23:04

Elle avait atterri dans son lit le cœur battant. Avant ça elle avait fermé toutes les serrures de sa porte y compris celles qui ne servaient théoriquement que pour les alertes de sécurité. Elle en avait réchappé. Avec le recul elle se rendait compte combien la situation avait été risquée. Comme lorsqu’on se retourne après avoir descendu une piste noir en ski et qu’on se trouve face au mur qu’on vient pourtant de dévaler. Au fond elle était contente de s’en être tirée sans s’être rendue encore plus ridicule qu’elle ne l’était déjà. C’était fini. Tout ce qu’elle avait à faire était d’éviter Ridley… probablement pour plusieurs années. Elle avait connu pire. Et puis de toute façon elle ne le croisait pas tout le temps. Voire même jamais. Il ne sortait jamais de son bureau avant qu’elle soit endormie tellement il travaillait tard. Il suffisait de fermer cette maudite porte.
Tout aurait pu en rester là, elle aurait presque pu se rendormir à force de faire taire l’idée de la solitude à nouveau. Elle était habituée à repousser ces soudains accès de désespoir. Mais brusquement une petite pensée tout bête était venue la troubler dans sa lutte pour retourner son sérieux à travers la sauvagerie de ses émotions. Qu’avait-elle posé sur le siège de son bureau juste après être rentrée ? Son gilet ? Non elle n’avait pas mis son gilet avant de sortir évidemment puisqu’elle dormait. Elle passa un petit moment à y penser, à scruter la forme indistincte dans la pénombre de la chambre. Il fallut du temps pour que l’évidence arrive jusqu’à elle.
La blouse. C’était la blouse de Ridley.
Miranda eut un gémissement terrorisé et se retourna face au mur dans ses draps. Elle ferma les yeux très fort et les rouvrit même si elle savait très bien que cela ne changeait rien à la situation. Cette maudite blouse… Elle était partie si vite. Pourquoi n’avait-elle tout simplement pas penser à la faire tomber au détour d’un couloir ? Elle n’aurait jamais du l’enfiler en premier lieu, elle aurait du savoir que quelque chose d’aussi gentil lui couterait quelque chose, elle y avait même pensé sur le moment et alors, elle s’était faite avoir. Maintenant elle était là, trônant sur le dossier de sa chaise, elle aurait donné n’importe quoi pour qu’elle disparaisse.
C’était du domaine du possible ça finalement non ? La faire disparaître. Après tout ça ne devait pas être la seule blouse de Ridley n’est ce pas ? Qu’est ce que ça pouvait lui faire ? Miranda se retourna sur le dos, presque soulagée. C’était facile. Demain matin elle irait tout simplement jeter cette blouse dans les grandes poubelles au bout du couloir. Il lui suffirait de sortir la sienne en même temps, histoire de pouvoir dissimuler son forfait. Et ni vu ni connu. Elle doutait que Ridley la poursuive juste pour une blouse. N’est-ce pas qu’il n’allait pas s’en faire pour ça ? Elle essaya vainement de se convaincre qu’il n’avait que faire de sa blouse et qu’il n’allait pas juger utile de la lui réclamer, mais à mesure que le temps passait l’angoisse montait et l’idée qu’il allait finalement revenir vers elle lui semblait la plus probable. Elle dirait simplement qu’elle ne savait pas ce qu’elle était devenue, cette blouse, avant de s’éclipser. C’était facile. Aussi bien elle ne le reverrait jamais. Tout allait bien.
Elle allait presque fermer les yeux de nouveau avant de se souvenir qu’alors qu’elle courrait, elle avait cru entendre comme un cliquetis. Elle essaya de se convaincre qu’elle avait imaginé ça mais à mesure qu’elle se repassait le bruit pour en déterminer la provenance, il lui apparut de plus en plus clairement qu’il y avait quelque chose dans la poche de son lit. Brusquement elle se redressa. Même dans la pénombre, elle le voyait, l’objet faisait une petite bosse de tissu blanc. Rageusement elle se leva, comme quand on craint le monstre sous le lit et qu’on veut se prouver qu’il n’existe pas.
Mais il était bien là. Le monstre en question était une carte d’accès. LE truc le plus important au SCP, le truc qu’il ne fallait surtout pas perdre.

⎯ Oh non oh non oh non oh non se lamenta-t-elle.

Pour la énième fois elle se demanda pourquoi elle n’avait pas eu la bonne idée de refuser d’enfiler cette blouse. Elle s’imagina mille fois en train de la laisser dans le couloir pendant sa course en espérant que cette image finisse par devenir réalité. Elle ne ferma pas l’œil de la nuit. Elle n’avait pas le choix, elle était au pied du mur. Elle allait devoir demander, aller frapper chez lui.
Elle aurait aimée que ce jour là ne soit pas un samedi. Elle aurait au moins eu l’excuse de repousser l’événement jusqu’au soir en prétextant qu’elle était occupée avec ses consultations. Mais elle ne travaillait pas le samedi. Elle n’avait hélas rien d’urgent qui avait eu la bonne idée de lui tomber dessus ce matin là. Elle tourna dans son lit jusqu’à dix heures du matin, essayant de se convaincre qu’il avait de toute façon besoin de récupérer de sa courte nuit. Finalement la tension devint trop insupportable alors elle se leva, pris une douche, s’habilla, se prépara en essayant vainement de prendre son temps. Elle lut un peu mais très vite cela s’avéra complètement impossible alors elle finit par attraper la blouse et la carte et chercher sur le plan où se trouvait la chambre de Ridley. Il s’avérait qu’elle était très exactement au même endroit que son bureau. On s’était après que les gens d’ici soient tous des accrocs au travail…
Elle parcouru les couloirs au pas de course essayant de dissimuler au mieux son malaise. Elle allait faire comme si la nuit précédente n’avait pas existé. Avec un peu de chance il aurait la politesse de faire de même. Elle s’imaginait en train de dire « Je ne vois pas de quoi vous parlez » tout en sachant très bien qu’elle ne serait probablement pas capable d’articuler deux phrases cohérentes. Au fond peu importait. Elle était là juste pour la blouse. Juste. Pour. La. Blouse. Hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 2 Déc - 10:10


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : Owi nouveau rp http://pbl-rpg.forum Je modifierai le codage de l'en-tête en rentrant je peux pas chercher des zoulies images sans que mon ordi souffle et en cours c'est pas pratique.






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley avait cogité tout le long du trajet pour revenir à sa chambre, laissant ses pieds le guider sur ce chemin à présent bien familier, à force de l’avoir fait et refait en long, en large et en travers pendant des années. Plus il s’éloignait de la cafétéria et de Miranda et plus il regrettait de n’avoir pas réagi plus vite pour la rattraper. En même temps, la dernière fois qu’il l’avait vue, même si c’était il y a moins d’une heure, elle s’enfuyait en pleurant. Si les portes ne s’étaient pas ouvertes à ce moment là, il aurait pu la réconforter un minimum au moins. Cela le frustrait un peu mais la promesse de devoir la revoir pour récupérer ses affaires l’apaisait légèrement. Il aurait une seconde chance, même si elle ne voudrait certainement pas en reparler. Et qu’ils ne risquaient pas de rester bloqués à nouveau. Statistiquement, on était proches de zéro. Perdu dans ses pensées et trop habitué à utiliser sa carte pour ouvrir les portes, il manqua de se cogner le front lorsqu’il arriva devant son bureau mais se rattrapa de peu. Preuve était faite qu’il était temps de dormir un peu même si, l’heure à laquelle il se couchait était l’heure à laquelle il se réveillait habituellement. Il allait gratter quelques heures et puis tant pis, on n’était pas lundi.

Le chercheur referma donc la porte de son bureau derrière lui et fila se réfugier dans sa chambre juste à côté. Il se dépêcha d’enfiler un pyjama avant de se glisser sous les draps et soupira profondément. Avant même d’avoir pu décider d’une heure sur laquelle régler son alarme-réveil, il s’endormit mais la fatigue ne l’empêcha pas de dériver vers des rêves trop dangereux pour le perturber. Alors il se réveillait en sursaut puis s’endormait aussitôt et ainsi de suite. Tout s’acharnait pour qu’il travaille plus tard que prévu demain, ces cauchemars incessants adorant le fatiguer encore plus. Il espérait au moins que les rayons du soleil l’éveilleraient à une heure décente mais même là, il ne pouvait pas y compter, Harp avait débarqué vers huit heures, se préparant déjà comme à son habitude à lui dire d’arrêter de bosser parce qu’on était samedi mais en le voyant endormi comme un bébé, il les lui avait fermés. Ridley allait bouder. Et traficoter ses volets pour qu’ils fassent du bruit et le réveillent dès qu’on y touchait, non mais.

Il était tard lorsqu’il émergea enfin, horriblement tard, presque midi pour lui-même si, à voir le verre à moitié vide, il ne daignait pas faire remarquer qu’on se rapprochait plus des onze heures. Encore endormi, il ne se demanda pas vraiment pourquoi sa chambre était plongée dans la pénombre, ou ce qui avait bien pu le réveiller, il tâchait juste de ne pas se rendormir. Il entendit toquer à la porte et cela suffit à le faire bondir hors de son lit. Quel idiot de faire attendre les gens devant son bureau comme ça, c’était peut être même une urgence, tout ça parce qu’il n’était pas fichu de se réveiller à l’heure franchement. Oubliant que sa tignasse ressemblait à un nid d’oiseau et qu’il portait un pyjama des plus raffinés avec des nounours partout digne d’un gosse de huit ans, il s’empressa de traverser son bureau pour aller ouvrir. Le ridicule ne tuait pas après tout, il préférait qu’on le voie dans un pyjama offert par sa mère que tout trempé ou tout aussi pire, avec rien sur le dos. Ridley ne savait pas à quoi ou plutôt à qui il s’attendait mais absolument pas à Miranda. Au moins ils étaient quittes avec leurs pyjamas même si celui de la jeune femme était largement plus classe que le sien. Il ne pensait pas qu’elle viendrait, plutôt qu’il devrait aller la retrouver et ne put empêcher un grand sourire d’étirer ses lèvres tant il était heureux et soulagé de la voir. Il aurait pu lui faire trois fois le tour du visage s’il n’avait pas tant été inquiet de son état. Si lui semblait endormi parce qu’il sortait du lit, elle, avait la même tête que lui quand il ne dormait pas. Il reconnaissait les signes.

— Bonjour Miranda ! Désolé d’avoir mis du temps à vous ouvrir je n’avais pas prévu de dormir aussi tard… Vous allez bien ?


Ridley se doutait qu’elle n’était là que pour lui rendre sa blouse et sa carte et qu’elle risquait de s’enfuir à nouveau comme un chat qu’on tentait d’apprivoiser. Mais lui voulait tout faire pour qu’elle reste un peu sans pour autant paraître collant ou menaçant… Il voulait se rattraper pour hier soir, pour l’avoir laissée partir sans la retrouver et la réconforter. Sachant que sourire comme un idiot n’allait pas l’inciter à rester plus longtemps, il essaya de le cacher mais ce ne fut pas chose facile.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mer 3 Déc - 16:12


Elle avait fait bien trois fois le tour d’elle-même avant d’oser frapper. Elle avait attendu d’être certaine d’être a peu près capable de garder son calme. C’était facile. Dire bonjour, donner la blouse en expliquant le problème, sourire, partir. C’était juste ça. Dans une dizaine de seconde son calvaire serait terminé et elle pourrait reprendre sa vie là où elle l’avait laissée. Ce temps allait passer vite comme dans un manège à sensation. Il allait ouvrir, hocher la tête, récupérer ses affaires et sans doute retourner se noyer sous sa masse de travail comme il avait l’habitude de le faire.
Pendant tout le temps elle avait supplié pour qu’il n’ouvre pas et qu’il ouvre en même temps. S’il ouvrait il allait falloir affronter la situation. S’il n’ouvrait pas, il faudrait attendre elle ne savait quand pour se débarrasser enfin de cette blouse.
Finalement il ouvrit après un long moment pendant lequel l’angoisse avait eu le temps de monter. C’était pire que tout ce qu’elle avait imaginé. Il venait très visiblement de se réveiller. Surpris ainsi dans son intimité au saut du lit, dans ce pyjama littéralement couvert de nounours, il devait être plus que mal à l’aise. Elle manqua de faire demi-tour mais finalement être réveillé était sans doute moins pire que d’être réveillé pour rien. En essayant vainement de sourire, le regard tombant sur ses chaussures, elle tendit la blouse sans oser parler. Il le dit pour elle :

-Bonjour Miranda ! Désolé d’avoir mis du temps à vous ouvrir je n’avais pas prévu de dormir aussi tard… Vous allez bien ?

Le peu qu’elle avait vu de son visage la dissuadait de le regarder d’avantage. Elle tendit la blouse à nouveau. Elle aurait mieux aimé qu’il râle parce qu’elle venait de le tirer du sommeil mais au lieu de cela, il s’excusait. Il s’excusait alors que c’était elle qui était en faute d’avoir garder cette blouse et d’avoir frapper à cette porte.

- Oui ça va, dit-elle très vite.

C’était un mensonge mais elle ne le savait déjà plus vraiment. L’angoisse avait pris le pas sur la tristesse. Elle irait déjà beaucoup mieux quand cette histoire serait réglée. Elle voulait juste oublier la soirée de la veille. Faire une croix dessus. Si elle pouvait en plus de cela oublier qu’il était venue la chercher sur son lit d’hôpital c’était parfait. Elle ajouta tout aussi rapidement, les yeux toujours rivés sur le sol.

-Je suis venu vous rendre vos affaires…

Pourvu qu’il la prenne. Qu’il la prenne qu’elle puisse fuir à nouveau. S’il ne le faisait pas, elle allait finir par la laisser sur place, là par terre, histoire de mettre fin à cela. Elle voulait juste disparaître de son esprit. Qu’il oublie jusqu’à son existence, son visage, son nom si possible. Elle se sentait tellement honteuse, ridicule, idiote, la liste de ces mots blessants adressés à elle-même n’avait tout simplement pas de fin. En tout cas, il était impossible pour elle de relever les yeux. Tout ce qu’elle voulait c’était que cette blouse disparaisse de sa vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Jeu 4 Déc - 9:47


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : Un peu court mais j'espère que ça plaira ^^"






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥


Ridley hésitait sur ce qu’il devait faire. Il avait la sensation étrange que dès qu’il aurait sa blouse en main, elle s’enfuirait à nouveau en quatrième vitesse. Allait-elle réellement aussi bien qu’elle le disait ? Il ne voulait pas remettre en cause sa parole mais les questions flottaient tout de même dans sa tête. Est-ce qu’il s’y était si mal pris que ça hier soir ? Non mais il l’avait prédit, qu’elle l’éviterait. Cette idée le rendait juste triste parce qu’elle se privait elle-même de compagnie alors qu’elle semblait si désespérément en vouloir. Si elle continuait de baisser les yeux ainsi, il allait croire qu’elle allait se remettre à pleurer.

— C’est gentil d’y avoir pensé, merci…


S’empêcher de sourire face à elle était clairement un exercice très difficile. Autant il avait l’habitude de l’inverse pour devoir le faire à chaque conférence Skype, surtout avec les russes, autant se forcer à ne pas sourire c’était une première. Comment faire donc pour prendre sa blouse et l’empêcher de s’enfuir à la seconde près où elle quitterait ses mains ? Il n’allait certes pas se mettre à la regarder bêtement en attendre de trouver la solution miracle alors il essaya une petite moue toute triste et toute mignonne à la fois. Elle marchait bien avec sa mère, il pouvait tenter le coup. Soit c’était gagné, soit c’était raté et quitte à pousser sa chance déjà maigre plus loin, il s’empressa de faire correctement ce qu’il n’avait pas eu le temps d’exécuter hier soir, la serrer dans ses bras. Au pire il se prendra une baffe et devra retourner s’excuser mais ça ne lui fera qu’une énième excuse pour la revoir et lui rendre ce qu’elle lui avait donné hier soir.

— Vous ne voulez pas rester un tout petit peu au moins ?


Certes elle avait peut être des choses plus importantes à faire, autre chose de prévu, un peu de travail à terminer après tout il ignorait ce qu’elle faisait de son samedi.  Il n’allait pas insister, qu’elle emploie un prétexte ou pas, la forcer ne mènerait à rien mais qui ne tente rien n’a rien et parler d’hier lui semblait important. Même si elle avait l’air de ne pas en avoir envie du tout vu qu’elle cherchait à le fuir.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Jeu 4 Déc - 18:40

Elle n’osait pas lever les yeux, de peur de voir toujours ce même sourire en coin sur son visage. Elle voulait juste qu’il prenne son vêtement pour qu’elle puisse s’en aller.  Mais plus le temps passait et plus elle se rendait compte de bien évidemment il en avait décidé autrement. Alors elle leva un tout petit peu le regard pour le baisser à nouveau. Il souriait toujours hélas elle n’avait rien appris. Elle se demanda un instant s’il prenait plaisir à observer sa gêne.

- C’est gentil d’y avoir pensé, merci…

Si c’était si « gentil » alors pourquoi ne pouvait-il tout simplement pas prendre cette maudite blouse de ses mains et la laisser partir ? Désespérée elle se força à lever les yeux à nouveau pour apercevoir une sorte de moue triste sur son visage. Elle ignorait ce que cela signifiait mais elle préférait presque son sourire. Le cœur alourdi elle baissa les yeux de nouveau, attendant encore vainement qu’il la débarrasse du fardeau qui lui pesait sur les bras. Mais il n’en fit rien et la honte lui brûlait les joues de plus en plus franchement. Elle allait faire un pas en arrière, elle se préparait à laisser la blouse là et à fuir mais brusquement elle sentit ses bras se serrer autour elle. Elle resta figée sans oser respirer. Paralysée par la peur mais aussi par la gêne.

- Vous ne voulez pas rester un tout petit peu au moins ?

Non, Miranda ne voulait pas rester. Elle aurait trouvé pratique de se liquéfier sur place tout à coup. Un de ses patients pouvait faire ça et présentement elle l’enviait. Même si son corps remerciait Ridley pour ce qu’il avait fait, même si la chaleur du contact la faisait fondre à l’intérieur la honte avait encore le dessus. Il lui fallut un moment pour lutter contre l’engourdissement de la douceur. Après tout qu’est ce que ça voulait dire ? Qu’est ce qu’il lui voulait en réalité ? Il ne pouvait pas être juste désintéressé. Personne ne serrait les autres dans leurs bras du jour au lendemain comme ça, sans raison. Elle était si ridicule qu’il ne pouvait pas vouloir qu’elle reste juste comme ça pour parler, ou parce qu’elle lui avait fait une scène la vieille. Reprenant le dessus sur sa tristesse, l’instinct de survie la poussa à se dégager brusquement. Elle leva vers lui des yeux pleins de larmes. Un câlin, c’était un moyen vraiment cruel de s’en prendre à quelqu’un.

- Laissez moi tranquille,
supplia-t-elle presque avant de s’éloigner précipitamment à reculons cette fois.

Ses bras avaient lâché la blouse qui était tombée sur le sol. Elle s’en fichait. Il fallait tout simplement déguerpir en vitesse. Dans son esprits elle se repassait toutes les fois où on l’avait serré dans ses bras pour ensuite mieux la blesser. Jusqu’à l’apoptose de la honte. Non décidément, elle ne voulait plus rien tenter, ni risquer. Pas maintenant qu’au moins elle était à peu près bien à son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Ven 5 Déc - 10:55


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : Bwahaha nul et court que demander de plus *se pend*






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Pour un début de weekend ça partait très mal, pire que les lundis. Tellement mal que Ridley avait soudain bien envie de se cloitrer dans son bureau, de ne parler à personne et de ne plus rien manger pendant quelques jours tant il s’en voulait de ce qu’il avait causé. Alors qu’il voulait juste essayer d’aider Miranda, de la faire se sentir mieux un minimum, il s’y prenait comme un manche à balai et c’était l’inverse qui se produisait. Certes pour lui c’était peut être un petit câlin amical mais il aurait pu la frapper qu’elle l’aurait regardé de la même façon. Comme un monstre quoi. Il ne savait pas comment faire, la seule chose certaine c’était qu’il était un gros crétin. Autant se planquer dans son imbécilité et sa honte plutôt que de sortir. Il voyait mal comment arranger les choses, se prendre une baffe ou se faire casser le nez aurait été moins compliqué. Elle voulait qu’il la laisse tranquille. Comme s’il était un gros pervers qui cherchait à la harceler ou un russe venu la torturer. Non vraiment bien joué Ridley. Médaille d’or et première place du podium des crétins pour lui, félicitations, allez un discours.

— Je voulais pas vous faire pleurer Miranda… Juste me rattraper pour hier soir parce que j’ai pas réussi à vous retrouver pour vous réconforter comme vous l’avez fait pour moi… Désolé si je m’y prends mal…


Voila, c’était expliqué. Maintenant elle allait à nouveau s’enfuir en pleurant et crier au bout du couloir avant de détaler aussi à chaque fois qu’il aurait la chance de l’apercevoir. Maintenant elle risquait de ne pas être à l’aise ici aussi par sa faute, il était franchement génial. Pourquoi faisait-il le mal alors qu’il était plein de bonnes intentions ? Pourquoi ceux qui faisaient le mal pour ‘‘faire le bien’’ selon leur avis s’en sortaient bien ? Le monde allait déjà mal comme ça si en plus tout le monde se prenait des bâtons dans les roues en essayant d’aider autrui, l’humanité allait vite couler ou se faire assommer d’antidépresseurs et devenir un légume.

— Je suis juste idiot et je sais pas comment faire avec ça, voila tout…


Certes c’était avec les bêtises qu’on apprenait mais Ridley était bien placé pour savoir qu’il y avait d’autres modes d’apprentissage, légèrement mieux puisque certaines erreurs étaient irréparables. Étrangement il en venait à penser que celle-ci en faisait partie. Les yeux baissés il réprima son envie de lâche d’aller se planquer derrière sa tonne de travail qu’il n’avait de toute façon déjà même plus envie de commencer. Fallait assumer maintenant.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Sam 6 Déc - 23:37

Elle s’était dégagée mais elle se sentait à peine mieux. C’était épuisant à longue de vivre des émotions si contradictoires. L’affection était un vrai poison lorsqu’elle était utilisée d’une mauvaise façon. Même une fois la source de l’infection partie, la souffrance restait. Le déchirement et l’envie d’y croire au lieu de voir la vérité. Par ce geste une fois de plus il lui rappelait qu’elle ne pouvait pas vivre seul, et qu’elle aurait besoin que quelqu’un la serre dans ses bras pour de vrai.

- Je voulais pas vous faire pleurer Miranda… Juste me rattraper pour hier soir parce que j’ai pas réussi à vous retrouver pour vous réconforter comme vous l’avez fait pour moi… Désolé si je m’y prends mal…

Tous ces mots qu’il disait, elle les avait déjà entendu. Pour elle ils signaient sa culpabilité. De nombreuses fois elle avait vu des amis, ou des prétendants prétendre qu’ils étaient maladroits et désolé. C’était une excuse trop facile. Beaucoup s’en servait pour lui faire du mal, après il suffisait de dire « je suis qu’un con » pour qu’elle pardonne. Mais cette fois elle avait trop peur elle ne tomberait pas dans le piège qu’il lui tendait même si une partie d’elle lui criait qu’elle avait tort de ne pas chercher à aider quelqu’un qui avait l’air de sentir aussi mal et coupable. Elle recula un peu, avec toujours ce même regard remplis de larmes.

-Je suis juste idiot et je sais pas comment faire avec ça, voila tout…

Idiot. Mais bien sûr. Personne n’était jamais idiot. Tout le monde savait très bien comment s’y prendre pour la faire plier, pour l’attendrir, la pousser à être ce qu’elle était le plus souvent : gentille. Pour lui faire croire que quelqu’un s’intéressait à ce qu’elle pouvait vivre, à elle, pour qu’elle se dise que cette nouvelle rencontre était une exception. Mais en réalité, tout finissait toujours de la même façon. Il n’y avait pas de raison que ça soit différent cette fois.

-Qu’est ce que vous attendez de moi exactement Ridley ? Vous allez me le dire maintenant et très précisément. Je suis idiote certes mais pas à ce point là. Qu’est ce que vous me voulez en réalité ?


Elle aurait voulu être en colère et que cela apparaisse dans sa voix. Le fait était qu’elle ne l’était pas. Elle trouvait juste normal avec le temps de passer par tout cela. Au fond, elle pouvait s’estimer heureuse, elle venait de couper court au tour de piste cette fois. Cela dit, c’était une question ouverte qu’elle venait de poser. Qui savait si elle n’allait pas croire ce qu’il allait lui répondre. Elle se prépara mentalement à faire un effort colossale pour décrédibiliser ce qu’il allait dire. Cela promettait d’être difficile. Elle ne faisait même pas peur, elle sanglotait juste tellement que sa phrase avait du être difficilement compréhensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Lun 8 Déc - 9:53


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : Attention y'a du dialogue xD






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley avait eu du mal à comprendre sa question. A la cerner, à savoir pourquoi elle se présentait dans un moment comme ça. Ce qu’il attendait d’elle ? S’était-elle placée dans cette optique depuis le début alors que clairement, il n’attendait rien en retour ? Malgré ses mots elle ne semblait pas en colère mais peut être que les sanglots qu’il venait de provoquer y étaient pour quelque chose. Non vraiment, il aurait préféré qu’elle lui en colle une, lui casse le nez ou lui balance un coup de pied bien placé. Ça il aurait géré. Les larmes il ne gérait pas. Il voulait les voir disparaitre le plus vite possible tout en doutant y arriver parce que c’était de sa faute si elles étaient là. Génial de faire pleurer quelqu’un pour ensuite tenter d’effacer ça, quel courage. Mais quitte à couler un peu plus autant balancer la vérité, sans tact, sans tourner autour du pot. Qu’y pouvait-il si elle ne voulait pas le croire et le pensait absurdement méchant ? Il voulait croire qu’il n’avait rien fait de mal pourtant.

— Ce que je vous veux ? Très franchement ? A la base je comptais venir vous voir pour récupérer ma blouse et peut être vous proposer d’aller faire un tour par la même occasion, histoire de discuter comme deux connaissances le feraient un samedi si vous n’aviez pas autre chose de prévu mais vous m’avez devancé, pour une fois que j’avais une excuse pour pas bosser.


Il poussa un léger soupir, devoir s’expliquer ainsi l’agaçait alors que plus c’était gênant pour elle, plus ça l’était pour lui aussi mais paraître pour ce qu’il n’était pas aux yeux de quelqu’un d’autre ne lui plaisait guère, surtout quelqu’un qui l’avait quasiment vu craquer et qui l’avait réconforté. Clairement pas. De ses mots, elle ferait ce qu’elle voudrait mais au moins ils seraient clairs et ils seraient prononcés.

— Vu comme vous avez disparu hier soir sans qu’on puisse terminer cette discussion somme toute légèrement importante, au départ je voulais vous inviter à venir boire un truc dans mon bureau même si à part le thé je sais pas faire grand-chose et que je sais pas trop ce qui vous plait mais non seulement j’ai bien compris que vous aviez envie de vous sauver en courant comme si j’avais un monstre absolument terrifiant juste derrière moi ou que j’en étais un donc que je n’aurais pas le temps de poser la question et que de toute façon si je la posais, vous seriez partie aussi.


Il n’était même pas énervé non plus, juste à court de solutions pour l’aider. Se sentir aussi démuni n’était pas dans ses habitudes parce qu’il n’en avait pas le droit habituellement. Ridley attrapa sa blouse rapidement et la balança sur son bureau rapidement, parce qu’il n’en avait pas encore fini.

— Je me sentais pas de vous dire que j’avais effacé les bandes de vidéo surveillance de ce qui s’est passé hier soir au beau milieu du couloir mais il semblerait que je n’ai pas le choix. Pas que ça me dérange mais j’ai pas envie que ce qui s’est passé tombe entre les mains de personnes que ça ne regarde pas, Bright par exemple qui se serait fait un plaisir de se méprendre sur ce qui s’est passé avec un article de trois pages, photos à l’appui qui vous aurait bien embêtée. Moi pas forcément parce que j’ai l’habitude il photoshoppe même des photos qui n'ont rien à voir pour soutenir ce qu’il invente à propos de moi. Vu que vous ne semblez pas aller si bien que ça, je préférerais éviter que ça vous mette encore un coup au moral, ou que vous pensiez que j’ai fait exprès, que c’était une mise en scène pour vous manipuler et vous couvrir de honte, vu la piètre opinion que vous avez de moi. Vous me demandez ce que j’attends de vous ? A ça je réponds rien libre à vous d’y croire ou non mais que voudriez vous que j’exige parce que vous allez bien ? Si vous avez connu des gens assez ignobles pour faire ça je suis vraiment navré de l’apprendre mais ne me mettez pas dans le même panier qu’eux.


Voila, c’était dit. Il pouvait difficilement trouver quelque chose d’autre à dire pour la convaincre à coup sûr. Certes il avait bien envie d’aller chercher des mouchoirs dans un tiroir mais elle se serait sauvée à peine serait-il revenu devant la porte. De toute façon même si elle ne le croyait pas il allait difficilement lâcher le morceau. Et si elle disparaissait en pleurant il ferait de même quelques jours dans son bureau. A moins qu’il aille faire le pied de grue devant sa porte. Une fois enfermée dans sa chambre elle n’allait pas lui ouvrir de toute façon. Et d’un côté il ne voulait pas qu’elle tienne un siège parce qu’il était là et se laisse mourir de faim. Donc il ne savait vraiment pas quoi faire de plus.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Lun 8 Déc - 17:46

Elle aurait préféré être en colère, tellement. Elle n’en pouvait plus de pleurer ainsi devant les autres. A force de verser toutes ces larmes elle allait finir par fondre, ce n’était pas à la petite cuillère qu’on allait la ramasser mais avec une serpillère. Pourquoi fallait-elle toujours qu’elle fasse dans le mélodrame ? Souffrir en silence, prendre sur elle, voilà qui pouvait être ajouté à la liste interminable des choses que Miranda ne savait pas faire. La serrer dans ses bras, il n’en fallait pas plus pour la rendre à moitié folle. C’était ce qui faisait déborder par ses yeux ce vase toujours à deux doigts d’un tsunami. Mais au moins, avait-elle eu le courage de demander à Ridley de s’expliquer au lieu de fuir sans demander son reste. Une partie d’elle voulait-elle toujours croire que tout ceci pouvait bien finir ? C’était inévitable. C’était toujours cet espoir, ce léger doute qui avait raison d’elle ce petit « et si c’était vrai ? »  bien caché à l’arrière de son esprit mais que rien ou presque ne pouvait détruire. Le poison qui la rongeait.

-Ce que je vous veux ? Très franchement ? A la base je comptais venir vous voir pour récupérer ma blouse et peut être vous proposer d’aller faire un tour par la même occasion, histoire de discuter comme deux connaissances le feraient un samedi si vous n’aviez pas autre chose de prévu mais vous m’avez devancé, pour une fois que j’avais une excuse pour pas bosser.

Discuter comme deux connaissances le feraient un samedi. C’était peut-être la norme pour lui. C’était quelque chose de tout à fait inimaginable pour elle à présent. Tout ce qu’il cherchait après tout c’était une excuse pour ne pas travailler comme un forcené. C’était certes peu glorieux mais moins pire que ce qu’elle avait pu penser. Il n’était pas question de tenir le rôle d’une simple distraction cela dit. C’était trop de risque. Incapable de trouver quoi répondre elle se tut simplement. La voir pleurer l’exaspérait visiblement comme cela exaspérait tout ceux qui l’avait côtoyée d’assez près pour vouloir s’enfuir. Elle détestait cela.

-Vu comme vous avez disparu hier soir sans qu’on puisse terminer cette discussion somme toute légèrement importante, au départ je voulais vous inviter à venir boire un truc dans mon bureau même si à part le thé je sais pas faire grand-chose et que je sais pas trop ce qui vous plait mais non seulement j’ai bien compris que vous aviez envie de vous sauver en courant comme si j’avais un monstre absolument terrifiant juste derrière moi ou que j’en étais un donc que je n’aurais pas le temps de poser la question et que de toute façon si je la posais, vous seriez partie aussi.

Oui elle avait disparu c’était justement l’idée elle ne voulait pas finir cette conversation. La fin n’allait pas lui plaire tout simplement. Elle se fichait éperdument de ce qu’il voulait lui offrir à boire elle ne voulait juste pas qu’il lui offre quelque chose. Mais son discours lui faisait prendre conscience du spectacle pitoyable qu’elle offrait depuis l’extérieur. Oui elle avait peur. Elle avait peur parce qu’elle était tout simplement incapable de tenir tête à qui que ce fut. Surtout pas à lui à qui elle devait sa place ici. Effectivement elle était tout à fait ridicule à reculer comme ça, parfaitement incapable d’aligner deux mots cohérents, deux pensées paniquées dans son esprit transit de terreur. Elle avait peur des autres êtres humains. C’était un comble pour une psychologue. Elle craignait par dessus tout l’attention qu’ils pouvaient lui accorder. Ça n’avait pas de sens alors elle baissa reculant un peu, prenant lentement conscience que qu’elle ait tort ou raison, elle venait de le blesser par son comportement. Rien ne lui donnait le droit de faire cela.

-Je me sentais pas de vous dire que j’avais effacé les bandes de vidéo surveillance de ce qui s’est passé hier soir au beau milieu du couloir mais il semblerait que je n’ai pas le choix.


Un instant son esprit avait cessé tout mouvement. Les caméras. Elle n’avait pas pensé aux caméras. La pensée que quelqu’un avait pu voir ce qui s’était produit la glaça et elle s’imagina toute une série de scénarios catastrophe. Dans ce que Ridley disait il était question de Bright et de mensonges qu’il pouvait inventer. Parmi tout ce qui pouvait se passer d’horrible le pire scénario était sans doute lui suivant : Ridley lui reprochait d’avoir mis au grand jour son problème. Qu’avait-il dit déjà ? Que les bandes avaient été effacées… effacées… Tout était résolu de ce côté là. Il fallait vraiment qu’elle apprenne à comprendre le sens d’une phrase avant de s’emporter de la sorte.

-…je préférerais éviter que ça vous mette encore un coup au moral, ou que vous pensiez que j’ai fait exprès, que c’était une mise en scène pour vous manipuler et vous couvrir de honte, vu la piètre opinion que vous avez de moi. Vous me demandez ce que j’attends de vous ? A ça je réponds rien libre à vous d’y croire ou non mais que voudriez vous que j’exige parce que vous allez bien ? Si vous avez connu des gens assez ignobles pour faire ça je suis vraiment navré de l’apprendre mais ne me mettez pas dans le même panier qu’eux.

Il avait fait ça pour elle alors ? En tout cas il se représentait plutôt bien ce qu’elle aurait pu s’imaginer. Elle se croyait un mur ou personne ne pouvait voir mais elle s’était bien trompée. Il avait vu clair dans sa manière de penser mais en même temps, on ne pouvait pas espérer rester un mystère quand on fondait en larmes de la sorte. Elle voulait expliquer que c’était pas lui qu’elle avait un piètre opinion mais plus d’elle-même au fond. Mais c’était vrai qu’elle l’avait jugé à l’emporte pièce, parce que son comportement lui avait fait peur. Pire que ça même, il l’avait glacée. Les yeux toujours rivés sur le sol, elle recula d’un pas comme une gamine prise en faute. Elle puis elle se força à lever le regard à nouveau. Après tout elle venait de commettre une faute et du faire du mal à quelqu’un dont elle n’arrivait plus vraiment à déterminer s’il lui voulait du mal ou non.

- Je suis désolée…

Elle pris une sorte d’inspiration, pour calmer ses pleurs et essayer de tenir un discours qui ressemble à celui que tiendrait une adulte, même si présentement elle ne se sentait pas vraiment telle.

- J’ai juste… pris peur… je suis… Un peu…invivable hein ?

Cette fois son regard tomba elle ne pouvait pas le soutenir bien plus longtemps.

- C’est juste que… j’en suis venue à penser... Enfin...je vous ais mal compris. Mais vous avez raison, je ne devrais pas tout mélanger.

Une nouvelle marrée de larmes monta dans ses yeux.

-Je ne sais pas en fait…comment font les gens.

Elle ne voulait pas s'aventurer plus loin sur ce terrain glissant cela dit alors elle acheva:

-Merci...pour les caméras...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 9 Déc - 10:01


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : J'espère que c'est pas trop bof ^^ Demain je vais p'tet voir le Hobbit je sais pas comment sera ma motivation ensuite >.<






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Certes Miranda avait continué de pleurer mais au moins, même si elle avait reculé, elle n’était pas partie en courant. C’était déjà ça de gagner et Ridley qui s’imaginait qu’elle pourrait le planter là en plein milieu de sa tirade, fut soulagé qu’elle ne bouge pas trop. Même s’il ne criait pas et n’était pas plus énervé que ça, il avait l’impression d’engueuler une petite fille prise en faute, ou de lui faire la morale et cela lui fendait le cœur. Vestige d’une éducation parentale où lui-même se faisait rarement crier dessus, voire jamais. Autant engueuler des adultes responsables qui avaient commis une erreur toute conne avec des conséquences dramatiques ça ne lui posait pas de problème mais là ce n’était pas le sentiment qu’il avait. Ça le dérangeait. Et lorsqu’elle parvint à relever la tête vers lui, même si ce moment ne fut que temporaire, il dut se faire violence pour ne pas venir essuyer ses larmes. Il détestait l’eau, celle qui coulait là devait disparaitre aussi. A tout jamais.

- Je suis désolée… J’ai juste… pris peur… je suis… Un peu…invivable hein ?


Ridley soupira. De quoi s’excusait-elle alors qu’ils s’étaient enfoncés à deux dans cette situation ? De l’avoir mal jugé ? D’après Harp lui faisait ça tout le temps avec les médecins mais il avait ses raisons. Miranda avait les siennes et tout ce qu’il pouvait faire c’était les contrer.

— C’est pas grave… j’aurais peut être du être plus clair et m’y prendre autrement… désolé aussi.


Il y avait des gens autrement plus invivables qu’elle. Bright, les russes, les chefs d’état à la con qui l’appelaient avec des prétextes idiots tout ça pour qu’il cède des informations ou exigeant qu’il leur vende des armes. A force de se faire appeler à deux heures du matin par un dignitaire qui n’en a rien à foutre de l’heure convenue pour les appels, il le plaçait vite dans la case invivable.

— Oh si vous saviez à quel point certaines personnes sont plus invivables que vous… Franchement, ce n’est pas votre cas, c’est pas comme si vous le faisiez exprès ni rien.


— C’est juste que… j’en suis venue à penser... Enfin...je vous ais mal compris. Mais vous avez raison, je ne devrais pas tout mélanger. Je ne sais pas en fait…comment font les gens. Merci...pour les caméras...


Ridley était peut être un peu mal placé pour cette remarque. Lui dire de ne pas tout mélanger. Ça lui arrivait aussi, ça arrivait à n’importe qui ayant vécu quelque chose dans sa vie. Ce qu’elle en était venue à penser, il ne savait pas s’il voulait l’entendre. Tout simplement parce que ce n’était pas la réalité mais il allait devoir se faire attentif.

— Oui enfin c’est pas forcément facile de ne pas tout mélanger dans certaines situations… Donc je vous en veux pas c’est des choses qui arrivent, je comprends. Il fallait juste que je clarifie ça. Et puis me remerciez pas pour ça, c’était le moins que je puisse faire.


Il n’était pas certain de sa réaction concernant les caméras en plus mais heureusement tout semblait aller au mieux. Si on oubliait qu’elle pleurait encore et toujours.

— Vous voulez vraiment pas entrer même si c’est juste pour vous chercher des mouchoirs ? Après je vous laisse tranquille si vous voulez mais ce serait mieux de sécher tout ça non ?


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 9 Déc - 13:26

Tout ça pour ça. Finalement elle s’était excusée. D’avoir tout mélangé de l’avoir sans doute mal jugé. Mais qu’est ce qu’elle en savait au fond ? Dans le doute mieux valait ne pas s’en prendre à quelqu’un qui peut-être n’avait rien demandé à personne et qui cherchait juste à être gentil. Elle se détestait pour avoir fait cela. Elle se détestait aussi pour rester là et ne pas fuir. Elle se détestait pour être ridicule de la sorte. Pourquoi ce qui était si facile pour les autres était-il si compliqué pour elle ? Elle aurait tellement voulu avoir ce détachement. Se dire qu’après tout cette conversation, une balade dans un parc n’engageait à rien. Même si tout ceci se passait mieux que prévu, elle ne serait guère plus qu’un chewing-gum à sa chaussure. Il s’était excusé lui aussi. Il pensait s’y être mal pris. Peut-être…comment aurait-elle pu dire ce qu’il fallait faire ou non dans ce genre de situations ?

- Oh si vous saviez à quel point certaines personnes sont plus invivables que vous… Franchement, ce n’est pas votre cas, c’est pas comme si vous le faisiez exprès ni rien, poursuivit-il.

Immédiatement, Miranda repensa à ce qui lui était arrivé à lui. Elle songea que sans doute quelqu’un lui avait fait du mal. Ce n’était pas juste un accident qu’il avait vécu. On s’en était pris à lui sans doute et c’était à cela qu’il faisait référence. Il pensait qu’elle était très différente de ces gens. C’était tant mieux. Mais elle y voyait une raison de plus pour le laisser tranquille et cesser de l’importuner. Il devait avoir tellement d’autres choses à faire et à penser que de discuter de gamineries futiles au beau milieu du couloir.

Elle s’était encore une fois excusée d’avoir sans doute mélanger des choses qui n’avaient rien à voir entre elles. Elle avait amorcé une justification qu’elle n’avait pas terminée. Elle ne voulait pas raconter ce qui lui était arrivé. Ce n’était pas grand-chose après tout. Son vrai problème c’était sans doute celui de ne pas arriver à gérer ses émotions et de cela, elle était la seule responsable. Elle l’avait aussi remercié pour les caméras, dans l’espoir de changer de sujet.

- Oui enfin c’est pas forcément facile de ne pas tout mélanger dans certaines situations… Donc je vous en veux pas c’est des choses qui arrivent, je comprends. Il fallait juste que je clarifie ça. Et puis me remerciez pas pour ça, c’était le moins que je puisse faire, avait-il répondu.

Pas facile… c’était le moins qu’on pouvait dire. Il fallait qu’elle essaye pourtant sinon elle ne cesserait de se mettre dans ces situations tout à fait ridicules. Au moins à présent les choses étaient claires. Il n’avait pas pris ombrage de sa suspicion, elle s’était expliquée. Il ne restait plus qu’à trouver un moyen non violent et à peu près socialement acceptable de mettre fin à cette conversation pour retourner à sa tranquille solitude.


-Vous voulez vraiment pas entrer même si c’est juste pour vous chercher des mouchoirs ? Après je vous laisse tranquille si vous voulez mais ce serait mieux de sécher tout ça non ?


Sur le moment elle ne pensa pas, elle renifla un peu histoire d’arrêter de sangloter sans grande efficacité. Il y avait vraiment des jours où elle souhaitait que ses yeux soient aussi sec qu’un désert. De cette façon même horrible triste elle ne pourrait pas pleurer.

-Euh… d’accord…souffla-t-elle d’une petite voix.

Quelle idiote elle faisait. N’avait-elle pas dit qu’elle voulait mettre fin à cette conversation. N’aurait-elle pas pu simplement dire « ça va aller au revoir ». A présent elle n’allait pas revenir sur cette première décision sous peine de sembler encore plus perdue et immature.

-Mais… je ne reste pas… j’ai… moi aussi un peu de travail à finir.

Elle décida du mieux qu’elle put de ne pas rester longtemps. Mais qui savait ce qu’il pouvait encore dire ou faire pour la faire changer d’avis. Elle n’était certes pas certaine qu’il lui voulait du mal, mais on ne pouvait pas dire qu’elle fut rassuré. Lentement les sanglots se tarissaient et elle ne savait dire finalement si c’était une bonne chose ou non.  L’espoir qu’il se passe quelque chose sans sa vie, quoique ce soit, n’était pas bon, elle le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 9 Déc - 14:50


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : Ça doit être nul mais bon les profs m'ont énervée à me forcer à aller en cours demain pour un truc de merde et j'essaye de me retenir de péter un câble donc voila... Désolé si c'est court






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley ne put s’empêcher de sourire un peu quand elle accepta qu’il lui donne au moins des mouchoirs pour stopper cette inondation. Au pire si vraiment son antre monstrueuse appelée bureau lui faisait peur il aurait pu les lui amener dans le couloir mais tout ce qu’il souhaitait, c’était la certitude de ne pas revenir pour découvrir bêtement qu’elle s’était sauvée. Il s’était donc écarté gentiment pour la laisser passer. Et, au cas où elle se mette à penser qu’il allait la séquestrer, autant garder un peu la porte ouverte hein.

— Mais… je ne reste pas… j’ai… moi aussi un peu de travail à finir.


Le chercheur hocha la tête. Il ignorait si c’était vrai ou s’il s’agissait juste d’une excuse mais ça ne le regardait pas et il n’irait pas vérifier. Au moins ce qu’il avait cherché à dire était dit et la situation était clarifiée. Il sentait que, présentement, il ne fallait pas en demander beaucoup plus.

— D’accord… J’ai pas envie de vous déranger ou de vous ralentir.


Il s’éclipsa dans sa salle de bain pour lui chercher un bon paquet de mouchoirs et finit sa course dans sa petite cuisine largement inutilisée et juste bonne à prendre la poussière pour lui apporter un verre d’eau et des biscuits. Il les gardait dans ses placards en cas de fringale en plein milieu d’une bonne après midi de travail ou pour se faire un gouter rapide de temps en temps. Il essaya cependant de masquer son sourire quand il vint lui tendre tout ça. Certes il était soulagé et content qu’elle se laisse aider, si on pouvait appeler ça de l’aide mais elle n’appréciait apparemment pas donc bon…

— Ça va un peu mieux quand même ?


Déjà, elle ne pleurait plus trop, voire plus du tout, c’était une évolution. Tout n’était peut être pas parfait mais il allait s’accrocher et attraper tout ce qu’il pouvait.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 9 Déc - 21:50

Miranda avait accepté de rester un peu, le temps de se calmer. Après tout elle ne pouvait pas sortir dans les couloirs dans cet état. Encore deux semaines à ce rythme et bientôt tout le SCP la prendrait pour une folle. En contrepartie, elle avait dit avoir du travail à finir, une excuse pour s’éclipser rapidement. En réalité elle allait juste lire. C’était important certes, mais elle pouvait le faire un peu n’importe quand, quand elle en avait le temps. Cet après midi cela dit, elle aurait besoin de lire longtemps. Cela avait tendance à calmer son esprit, que ses problèmes concernent ses patients où elle même. Il avait hoché la tête. Soit il ne mettait pas sa parole en doute, soit il voulait éviter de la mettre mal à l’aise. Dans un cas comme dans l’autre, elle était reconnaissante.

- D’accord… J’ai pas envie de vous déranger ou de vous ralentir.

Elle esquissa un pâle sourire avant de se rendre compte qu’il y avait peu de chance qu’il le voit étant donné qu’elle regardait toujours le sol. Maintenant qu’elle était là, elle se sentait un peu mal à l’aise de s’immiscer ainsi dans son intimité. Ce pyjama n’aidait en rien. Elle ne s’était jamais aventurée à s’imaginer à quoi ressemblait le pyjama du grand patron du SCP, mais si elle l’avait fait, elle aurait été tellement loin de la vérité. Il ne semblait pas avoir honte ou être gêné pourtant. Elle l’admirait pour cela.
Il la laissa là un instant où elle s’efforça de ne toucher à rien de dangereux ou d’important. Il revient avec des mouchoirs, de l’eau et des gâteaux. Elle sourit un peu plus, elle se forçait un peu, mais elle voulait montrer que tout allait bien pour ne pas avoir à rester trop longtemps. Cela dit, cette marque d’attention avait bien manqué de soulever un nouveau tsunami dans ses yeux, elle le contint juste à temps et s’essuya les joues.

-Ça va un peu mieux quand-même ? demanda-il encore.

Miranda osa prendre un gâteau du bout des doigts et attrapa le verre d’eux baissant les yeux à nouveau. On n’avait sérieusement pas idée d’être aussi gentil. A nouveau elle trouva cela suspect tout en se disant que c’était parfaitement irrationnel.  Elle croqua dans le gâteau pour montrer sa bonne volonté. Il était bienvenu elle avait évidemment oublié de manger ce matin là.

-Oui…je me sens mieux maintenant.

Elle acheva son gâteau ainsi que son verre d’eau tranquillement avant d’ajouter. Elle avait manqué d’ajouter que mieux elle se sentait, plus elle trouvait le comportement qu’elle venait d’avoir ridicule mais elle tint sa langue. Il avait bien évidemment lui dire que ça ne l’était pas, quel intérêt sinon faire encore qu’il s’inquiète pour elle ?

-Bon… eh bien je crois que je vais vous laisser…

Cette fois elle avait résolu de ne pas partir brusquement, elle voulait faire comme les gens normaux, attendre qu’il acquiesce et dise « au revoir » lui aussi. Elle n’était plus une enfant craintive, du moins elle voulait se le faire croire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Jeu 11 Déc - 10:59


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : C'est court, c'est nul, c'est tout moi xD






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley était soulagé, il avait peur que les biscuits fassent de trop et qu’elle se sauve mais elle n’avait pas bougé. Vu tout ce qu’elle avait pleuré un peu de sucre lui ferait du bien, il ne manquerait plus que Miranda fasse un malaise au beau milieu d’un couloir. Quelle histoire…

— Oui…je me sens mieux maintenant.


Son sourire revint à la charge, il était définitivement trop difficile à masquer. Cette fois il la croyait. Certes peut être que tout n’allait pas mieux mais au moins la situation l’était et son état aussi. Malgré ses yeux et ses joues rouges, plus aucune larme ne coulait. C’était tant mieux.

— Bon… eh bien je crois que je vais vous laisser...


Cette fois ce fut un soupir que Ridley retint. Oui, c’était inévitable. Cette fois plus d’excuses pour aller la voir, soit ce serait de la chance, soit il faudrait qu’il attrape son courage à deux mains et trouve la motivation de quitter son ordinateur et ses rapports pour aller toquer chez elle en espérant ne pas la déranger. Mais il la reverrait, c’était clair.

— Vous voulez que je vous raccompagne ? Bon, vu le super pyjama que j’ai ça risque de déranger et je vais perdre en crédibilité et en autorité mais c'est pas grave.

Il lâcha un petit rire, c’était raté, crédible et autoritaire il ne l’était pas du tout merci maman. Mais ce n’était pas très important au final. Il préférait un pyjama avec des nounours plutôt que de se balader torse nu devant tout le monde. Miranda pouvait bien le répéter si elle voulait ça ne le dérangeait pas. Et puis ils étaient quittes, même si celui de la psychologue restait largement plus classe que le sien.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Jeu 11 Déc - 14:11

Elle avait docilement accepté de prendre une verre d’eau et un gâteau, elle avait au moins un surface, rassérénée. Il était temps de partir. Elle essayait de le faire sans contrevenir aux conventions sociales malgré tout. Si pour une fois elle pouvait éviter de se rendre ridicule elle ne s’en sentirait que mieux. Elle était fatiguée de ne pas avoir quoi faire ou quoi dire, de pleurer, de faire un drame de peu de choses. Maintenant elle essayait de se faire croire qu’elle maîtrisait la situation. Il n’y avait pas de raison qu’il la retienne ici. Comme elle dit qu’elle allait partir il soupira. Qu’avait-elle dit pour qu’il le prenne pour lui encore ? Elle voulait juste s’en aller il n’y avait pas de quoi en faire une histoire si ? Ou il pensait encore qu’elle avait peur ? Sans doute. Une crise de larmes aussi spectaculaire de s’effaçait pas en quelques instants, il fallait qu’elle tâche de s’en souvenir la prochaine fois.

-Vous voulez que je vous raccompagne ? Bon, vu le super pyjama que j’ai ça risque de déranger et je vais perdre en crédibilité et en autorité mais c'est pas grave.

Il voulait la raccompagner. Ne pouvait-il pas juste la laisser tranquille et cesser d’être gentil de la sorte ? Apparemment pas. Il n’était pas décidé à la laisser tout simplement mettre fin à cette conversation. Elle esquissa un sourire malgré tout, il suffisait de refuser, c’était facile. Il n’y avait rien de compliqué là dedans. Elle n’avait pas à se sentir prise au piège de la sorte. Juste à dire non. C’était simple.

-Je ne voudrais pas vous forcer à sortir… dans cette tenue là. Moi-même je n’apprécie pas de savoir que je suis sortie en pyjama hier soir…


Elle se félicita intérieurement. Elle s’en sortait bien. Elle pris une inspiration discrète et essayant de continuer de sourire. Il n’allait pas insister n’est-ce pas ? Il allait comprendre que tout ce qu’elle voulait c’était juste lui fausser compagnie.

-Je pense réussir à retrouver ma chambre… mais merci quand-même.

Souriant toujours sans pour autant lever complètement les yeux, elle reculait en direction de la porte, pour bien faire comprendre son intention de partir. Elle ne se retourna pas complètement non plus, pour ne pas avoir l’air de fuir comme la dernière fois. Elle était libre de ses mouvements, elle faisait bien ce qu’elle voulait. Il fallait impérativement qu’elle reste calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 351
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 16 Déc - 10:47


❝ Juste pour la blouse hein ?❞


HRP : Beuh 399 mots pour un RP c'est nuuuuul =w= j'arrive pas à faire long...






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥


Ridley se doutait que Miranda refuserait qu’il la raccompagne. Il en était quasiment sûr mais il avait proposé quand même parce qu’on ne savait jamais. La prochaine fois il s’arrangerait pour être habillé de façon un peu plus chic pour faire cette demande là. Certes ça aurait été bien, ils auraient pu discuter encore un peu, passer du temps ensemble parce qu’il lui semblait compté présentement. Il ne savait pas quand il pourrait la revoir et n’avait malheureusement pas le temps de la chercher partout au lieu de travailler. Ce qui devait l’arranger en fait, du moins il le pensait.

— Je ne voudrais pas vous forcer à sortir… dans cette tenue là. Moi-même je n’apprécie pas de savoir que je suis sortie en pyjama hier soir… Je pense réussir à retrouver ma chambre… mais merci quand-même.


Le chercheur haussa les épaules, souriant gentiment pour répondre à celui qui apparaissait timidement chez la psychologue, bien qu’elle préférât encore et toujours regarder ailleurs.

— Faut se l’avouer, le vôtre était quand même plus classe que le mien hein… mais c’est vous qui voyez.


Il se doutait qu’elle réussirait à retrouver sa chambre, là n’était pas le problème. Il n’y en avait pas d’ailleurs, de problème. C’était juste une envie de faire un bout de chemin avec elle pour s’occuper. Au lieu de ça, ben il allait s’installer à son bureau et bosser à nouveau toute la journée. Pour une fois pourtant, il n’en avait presque pas envie. Mais au moment même où il retournerait dans sa chambre pour s’allonger, allumerait sa télévision, flemmarder deviendrait intolérable compte tenu de tout le retard qu’il avait et il retournerait à ses rapports de toute façon.

— Rentrez bien dans ce cas et passez une bonne journée.


Il aurait aimé lui demander quand il pourrait la revoir mais sa question était restée en suspend, bloquée. Ce n’était pas la peine, elle allait s’enfuir à nouveau. Il voyait bien qu’il l’embêtait, il n’allait pas la retenir plus longtemps. Il verrait bien quand la chance lui sourirait à nouveau.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

I am
Rapports écrits : 180
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]   Mar 16 Déc - 22:10

Elle venait de refuser poliment qu’il la raccompagne. C’était facile, il avait suffit d’invoquer l’allure de son pyjama. Si elle avait été le patron du SCP pour rien au monde elle n’aurait sorti ne serait-ce qu’un orteil dans cette tenue. Et ce d’autant plus que l’endroit était truffé de caméras. Elle essayait de ne pas laisser transparaître a timidité ni sa gêne. De sembler normal au moins sur la fin de cette conversation qui avait mal commencé. Elle voulait se rendre une contenance avant de disparaître, histoire de ne pas avoir l’air de fuir comme la dernière fois. Elle évitait son regard certes mais elle parvenait à sourire, elle ne s’en sortait pas si mal en réalité.

- Faut se l’avouer, le vôtre était quand même plus classe que le mien hein… mais c’est vous qui voyez.

Cette fois elle eut un rire. « Classe » c’est bien le dernier mot qu’elle aurait employer pour décrire son pyjama. « Trop court » peut-être. « Ridicule » pourquoi pas. Rien de positif en tout cas. En plus de cela, elle était presque sûre qu’un pyjama comme celui là était un cadeau, probablement d’un parent qui se représentait mal que son enfant était devenu une adulte. Elle aurait voulu que quelqu’un lui fasse ce genre de cadeau déplacé. Rien que pour ça… elle le trouvait sympa ce pyjama.

- Rentrez bien dans ce cas et passez une bonne journée, reprit-il.

Elle osa relever les yeux une fraction de seconde avant de les détourner à nouveau. Non vraiment ce sourire était insupportable. Elle ne l’avait pas regardé assez longtemps pour s’expliquer pourquoi cela dit. Elle dansa un peu d’un pied sur l’autre avant d’oser reculer. Ça ne paraissait pas trop étrange maintenant qu’il venait de lui dire au revoir.

- Bonne journée à vous aussi… finit-elle par dire comme elle était presque dehors, bon courage…

Cette fois elle s’en alla le plus tranquillement possible. Elle referma la porte du bureau doucement avec finalement le sentiment d’avoir sauvé les meubles. Tranquillement elle rejoignit sa chambre où de la lecture l’attendait. Brusquement alors qu’elle marchait, elle se demanda pourquoi elle avait dit non. Maintenant qu’elle était seule seulement, hors de danger, elle se rendait compte que la compagnie de Ridley aurait pu lui être agréable si elle n’avait pas été aussi anxieuse. Au fond, c’était tout de même un sacré gâchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Juste pour la blouse hein ? [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Juste pour rire
» Juste pour la postérité [abandonné]
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !
» Juste pour rire
» Juste pour du rire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The SCP Foundation :: Les Lieux :: Lieux de Détente :: Logements-