Partagez | 
 

 Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 20 Jan - 11:03

Miranda n’était pas bien réveillée ce matin là. Comme toujours elle commençait sa journée par ouvrir son ordinateur et lire son interminable liste de mails. Souvent des chercheurs lui demandaient comment prendre telle ou telle expérience ou ce qui ne tournait pas rond chez telle ou telle. Elle ne savait en général pas vraiment quoi répondre. Il était difficile de les aiguiller sans révéler le contenu des entretiens. Quelque fois en revanche cela était utile. Ça n’était pas le moment le plus facile de la journée. Les entretiens avec les expériences ne lui posaient en général pas de problèmes à quelques exceptions près. En revanche, le contact avec ses collègues de travail était plus difficile.

Elle s’efforçait de chercher une juste distance et  elle pouvait réfléchir plusieurs dizaines de minutes sur une formule de politesse. Ceci dit, elle n’était pas d’avantage à l’aise avec le téléphone, d’où l’intérêt pour elle de se forcer à répondre plutôt que d’appeler.

Se frottant les yeux, elle avait donc allumé son ordinateur et manqué de piquer du nez le temps que l’écran d’accueil ne daigne s’afficher. Elle avait très mal dormi. Elle s’était réveillée au milieu de sa chambre dans une position invraisemblable. Elle s’était fait mal contre l’évier du moins elle supposait étant donné qu’elle avait été trempée. Elle avait des bleus sur les bras qu’elle avait cachés avec des manches longues. Ce somnambulisme commençait vraiment à lui peser.

Elle bailla, éplucha quelques e-mails distraitement se demandant par lequel commencer quand soudain un objet attira son attention.

« Tu veux voir… ?»

Son cœur se mis à battre, elle cru à une mauvaise blague. Elle était tant habituée à ce qu’on se moque d’elle. Mais l’expéditeur la rassura. Jack Bright, connu pour être farceur mais sans mauvaises intentions. Oui elle voulait voir. C’était la première fois qu’elle avait l’occasion d’interagir avec lui. Elle se mit à sourire et à lire l’ensemble du message.


@Date : Quel jour on est déjà ?

Objet : Tu veux voir... ? Wink

Chère Miranda Smith,

Tout d'abord au nom du bureau des Relations Publiques d’Orientation des nouveaux arrivants dont je suis à la tête tout comme je suis le responsable du SCP Review, du Département des Idées Lumineuses, du Bureau de recherche et de la fondation en générale, je vous souhaite la bienvenue Very Happy
»

Le bureau des relations publiques et d’orientation des nouveaux arrivants, le bureau qu’elle avait fuit à son arrivé au SCP avec toute son énergie. Miranda, ne voulait pas de relations publiques et encore moins être orientée. Elle espérait que Bright ne s’était pas soudain souvenu de son existence pour la convier de force à quelque soirée douteuse. Elle avait soudain brusquement moins envie de « voir » comme il disait.

« Je tiens à me présenter à vous comme étant l'un des membres les plus prestigieux de cette fabuleuse entreprise, le Docteur Jack Bright, premier du nom. Votre arrivée était plus qu'attendu car vous semblez être une personne de talent et justement, nous en avons bien besoin pour redresser la barre avec un patron qui fout rien de ses journées à part bouffer des schtroumpfs et glander fournir un travail exemplaire ! »

Elle eut un sourire malgré tout. Elle savait que Ridley prenait bien les réflexions de Bright à son endroit. Tant qu’il ne l’arrosait pas avec de l’eau. Nul doute que le fait qu’elle soit une personne attendue et de talent était une formule de politesse qu’il réservait à tous les nouveaux arrivants.

« Enfin bref, tout ça pour dire qu'étant en charge d'un certain nombre de SCP, j'aimerais vous solliciter pour évaluer l'un d'eux. Il s'agit du SCP-682, une espèce de petit crocodile un peu excité sur les bords, jamais content. Je pense qu'il à besoin de parler à quelqu'un voyez. »

A présent elle était étonnée. Malgré tout cet humour, Bright était tout simplement en train de faire son travail en la sollicitant pour qu’elle fasse le sien. Elle eut encore un sourire. Il était plus sérieux qu’il en avait l’air. Elle n’avait jamais entendu parlé de 692. En revanche elle avait entendu parlé d’un crocodile ou d’un lézard elle ne savait plus. Mais de ce qu’elle en savait il n’était pas petit, plutôt gigantesque et très dangereux. Intriguée elle lut la suite.

« Pour l'info : c'est un SCP de type : Keter. Procédures de Confinement: [DATA EXPUNGED]. Description: [DATA EXPUNGED]. EDIT : il paraîtrait que pour l'apprivoiser il suffit d'un journal roulé et d'un massage du ventre, je n'ai pas encore eu le temps de tester je suis débordé et surchargé de travail, peut-être pourriez vous essayer et me faire un rapport ? »

Évidement c’était une plaisanterie sans doute. Si on pouvait l’apprivoiser de cette façon quelqu’un avait du essayer. Est-ce que le type était une plaisanterie, elle n’en savait rien. Elle l’espérait. Travailler avec un SCP de type Keter n’avait rien de rassurant à ses yeux. Elle ne savait même pas si ce mail était sérieux en lui-même, où si Bright ne voulait pas pour une raison ou une autre lui faire une blague. Peut-être parce que justement elle avait évité toute les fêtes où on l’avait conviée.

« Bien évidemment, si vous vous renseignez un peu on pourra vous dire tout un tas de truc comme quoi il ne faut pas approcher ce SCP, que c'est mal etc, mais on vous dit ça uniquement pour contrôler votre esprit ! Je sens, étant son responsable que ce SCP à vraiment besoin de s'ouvrir à nous et communiquer. Il a besoin d'entendre quelqu'un lui parler. Je suis chasseur de crocodile vous savez (comme le démontre ma photo envoyé en pièce jointe de moi au côté du SCP-682), je ressens ces choses. »

Peut-être qu’elle ne se trompait pas de SCP finalement. On lui avait dit du mal de ce lézard géant. Qu’il était responsable de beaucoup de brèches de confinement et de blessés. Elle ne savait pas si c’était vrai ou juste une légende. Elle regarda la photo et eut encore un rire. Etait-elle réelle ou non ? Elle ne pouvait le dire. Quand au sixième sens de Bright elle y croyait difficilement. Mais si c’était une vraie demande, il faudrait bien qu’elle s’en occupe. En tout cas qu’elle en ait le cœur net.

« J'espère donc que vous trouverez le temps de vous rendre au Site 19 et si vous rencontrez le moindre souci dite que vous venez sur ordre de Ridley Moran, c'est lui qui m'a demandé de rédiger ce mail car il ne peut se passer de moi, c'est moi qui lui ai tout appris alors lorsqu'il est débordé je ne peux que l'aider à mieux réussir, c'est un bon gars. Je lui ai cédé ma place de chef pour lui faire plaisir, mais bon c'est en interne et pour se faire respecter peu de personnes savent ceci. Alors dites que vous venez sur son ordre et insistez bien, ils sont durs de la feuille à la sécurité depuis qu'ils ont changé de chef pour cette Sarah Sullivan.  

Bien à vous, je vous souhaite un agréable moment parmi nous et puisse le sort vous être favorable !
»

Le site 19… sérieusement, cette fois c’était certain il se moquait d’elle. Très peu de gens avaient accès au site 19. Miranda doutait que Ridley passe par Bright pour s’adresser à elle. La suite était une blague cela ne faisait aucun doute. Ce qui voulait dire que Bright agissait sur sa propre initiative.

« Dr. Jack Bright, le magnifique. »

La signature acheva de la faire sourire. Après cela son premier réflexe fut d’imprimer ce véritable morceau d’anthologie. Elle ne sut pas bien quoi décider. De toute évidence aller s’adresser à la sécurité du site 19 directement était une mauvaise, ils allaient lui rire au nez. Insister n’avait jamais été son fort de toute façon. Il lui fallait un appui, quelqu’un qui puisse l’aider à débrouiller le vrai du faux dans le mail de Bright et de mieux en évaluer le sérieux. Vers qui pouvait-elle se tourner ?

La réponse était simple : Ridley.

Miranda soupira tout en souriant toujours. Elle n’arrivait pas à savoir si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle. Une partie d’elle avait cherché en vain des excuses pour le recroiser à nouveau. Une autre l’avait évité et pour l’instant cette dernière était victorieuse. Mais là, elle ne pouvait pas vraiment y couper.  Elle répondit donc la chose suivante, après hésitation.

« Cher Dr Bright,

Si vous m’écrivez sur les ordres de Mr Moran je suis certaine qu’il sera à même de me fournir les informations nécessaires concernant ce SCP et aussi les conditions de son confinement sans lesquelles je ne peux pas travailler, surtout avec un SCP de type Keter. Je pourrais ainsi mieux évaluer la pertinence et la faisabilité d’un suivi pour votre expérience.

Cordialement,
Miranda Smith.
»

Elle aurait voulu trouver quelque chose de drôle à répondre mais son esprit était blanc quand elle cherchait l’inspiration pour cela. Elle n’avait jamais été quelqu’un de très drôle. Elle n’avait pas vraiment le temps pour cela de toute façon, beaucoup d’autres mails l’attendaient. Elle y répondit beaucoup plus distraitement que d’habitude.

Toute la journée le mail de Bright passa et repassa dans son esprit. Le soir venu elle décida qu’il était temps d’en avoir le cœur net. Après être passé chez elle se rafraîchir un peu, elle s’était rendue droit à son bureau. Heureusement, le contact professionnel avec lui était plus facile que de l’avoir près d’elle à l’infirmerie par exemple. Elle se doutait qu’en plus, le mail de Bright allait provoquer chez Ridley une réaction qui promettait d’être amusante. Elle l’avait donc emporté avec elle.

Prenant son courage à deux mains elle frappa à la porte, en priant pour ne pas le déranger au beau milieu de quelque chose d’important. Lorsqu’il ouvrit elle baissa immédiatement les yeux et eut un sourire maladroit.

- Bonjour j’espère que je ne vous dérange pas… euh… je voulais vous montrer ça… que vous me disiez euh… ce que vous en pensez ?

Les yeux toujours rivés sur le sol, elle lui tendit le mail, espérant qu’il ne se vexe pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 20 Jan - 18:52


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Du coup dans ce rp je parle un peu de celui d'avant mais ça pose pas de problème vu que mon post va le finir xD Thanks à Bright aussi d'avoir supervisé son perso invité d'honneur o/






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley n’allait pas dire que la soirée d’Halloween organisée au Monstre de la Fête avec ses collègues s’était mal passée, même si, comme il l’avait prévu, une pluie de questions l’avait inondé dès qu’il avait posé cet étrange gâteau au chocolat sur la table. Bright en avait évidemment mangé la moitié, déjà bien alcoolisé mais encore conscient de tout ce qui se tramait derrière cette simple pâtisserie. Du moins, conscient de ce qu’il voulait bien inventer. Quand le chercheur avait lâché sans mentir qu’une collègue, une simple collègue, le lui avait donné après qu’il ait pris le goûter avec elle, ce bon Jack serait monté sur la table si Harp ne l’avait pas retenu. Malheureusement, son ami n’avait pas pu empêcher leur collègue bourré de clamer haut et fort qu’il serait le prochain auteur à succès pour son best-seller ; 50 nuances de chocolat, mettant en scène Ridley, un gâteau et cette fameuse psychologue inconnue. Mais surtout du pseudo BDSM pour les filles. C’était ce qui faisait vendre. L’intéressé se serait presque sauvé de honte à ce moment là si les choses ne s’étaient pas calmées. Il avait fait la tête une bonne partie de la soirée, quand même. Il espérait un peu plus de tenue venant de ses amis à ce sujet, surtout qu’il n’y avait guère de quoi s’affoler.

C’était une relation professionnelle après tout et Ridley doutait que ça aille plus loin. Pourquoi est ce que ça irait plus loin ? Miranda semblait l’apprécier certes mais le chemin avant de développer une certaine amitié serait long, surtout avec elle qui le fuyait le plus possible à moins d’être clouée à un lit d’hôpital et de ne pas pouvoir lui échapper, auquel cas il fallait bien discuter, malheureusement pour elle. En tout cas, Ridley avait surveillé, pendant les nombreux jours qui avaient suivi, tout ce que postait Bright dans son journal. Il avait été très sérieux en lui interdisant formellement de démarrer de nouvelles rumeurs infondées. Mortellement sérieux. Ce à quoi Bright avait répondu qu’il prenait tout cela étrangement à cœur et au sérieux, justement, pour une simple psychologue qu’il était censé détester. Mieux valait ne pas relever, la situation risquait d’empirer. De toute façon il n’avait révélé ni nom, ni âge, ni lieux. Il ne voulait pas que tout le monde vienne fourrer son nez là dedans. Il se tairait autant qu’avec les russes. Mais c’était sans compter sur les capacités d’enquête discrète de Bright et sa fourberie.

Peu à peu cette histoire s’éloignait et il espérait que tout le monde oublierait tout cela bien vite. Il n’avait pas le temps de jouer les policiers pour ce genre de choses, ou d’avoir à supporter Harp qui lui disait que « ça serait bien pour lui, pour penser à autre chose, tout ça… ». Le chercheur faisait la sourde oreille, feignait de ne pas comprendre mais il avait très bien saisi les sous entendus. Et cela l’agaçait pas mal, même s’il ne le montrait pas. C’était trop compliqué pour prendre le temps d’y penser, surtout au SCP. La routine avait repris son cours au fur et à mesure que la période d’Halloween disparaissait. Mais c’était sans compter Bright pour la perturber encore et toujours. Les journées dans son bureau, derrière son écran d’ordinateur se ressemblaient toutes dans les grandes lignes. Après une après midi passée à lire des dossiers, à appeler pour des précisions ou pour répondre à des questions en tout genre, il avait reçu une visite plutôt inattendue. En entendant frapper à la porte, il s’était étiré pour aller ouvrir. Quelle surprise de voir Miranda juste derrière, les yeux baissée mais toujours souriante. Elle n’avait pourtant rien à lui rendre, à moins qu’il ait oublié un bout de costume chez elle ; ça avait été tellement dur d’entrer et de sortir de chez elle avec ses ailes de dragon. Au pire, peu importait la raison, il était content de la voir tout simplement.

— Tiens, bonjour Miranda, ça fait un moment qu’on s’est pas vus…


La fatigue et la tension de la journée s’étaient envolées peu à peu et il lui avait souri à son tour, même si elle ne le regardait pas, comme d’habitude. C’était presque un rituel. Le jour où elle arriverait à relever vraiment les yeux, ça serait plutôt déstabilisant.

— Bonjour j’espère que je ne vous dérange pas… euh… je voulais vous montrer ça… que vous me disiez euh… ce que vous en pensez ?


Elle lui tendit une feuille de papier. Un instant il eut l’impression qu’elle était une petite fille en train de remettre un dessin au président tant elle était maladroite. Mais s’en était mignon. Sans comprendre réellement, il avait pris la feuille sur laquelle se trouvait non pas un dessin mais du texte. Et des smileys. Pourquoi est ce qu’il se doutait déjà qu’il s’agissait de Bright ? Cela ressemblait fort à un message électronique.

— Ah ? Qu’est ce que c’est, un mail ? Vous voulez vous installer pour qu’on en discute ?


Peut être qu’elle avait l’intention de filer juste après la remise de ce document étrange mais qui ne tente rien n’a rien. Elle faisait coursière maintenant ? Il émettait des réserves. Alors il s’était effacé pour la laisser rentrer si elle voulait. Il n’allait pas y jeter un œil dans le couloir de toute façon.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Jeu 21 Jan - 22:34

Quand elle était arrivée, il avait relevé le fait que cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus. Quelque part le temps lui avait semblé un peu long à elle aussi, sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi. Après tout elle n’avait pas l’habitude de ce genre de relations.

En bafouillant un peu elle lui avait tendu le fameux mail en espérant que les sarcasmes de Bright à son endroit ne le vexe pas trop. Ceci dit, au fond elle était amusée et elle pensait que Ridley le serait également.

- Ah ? Qu’est ce que c’est, un mail ? Vous voulez vous installer pour qu’on en discute ?

Prenant son courage à deux mains et évitant toujours son visage qui souriait de plus en plus, elle entra et consentit à s’asseoir. Apparemment elle ne pourrait pas s’en sortir en expédiant ses questions sur le pas de la porte. Elle ne savait pas bien si elle devait s’en réjouir ou redouter la suite. Nerveusement, elle lissa les plis de son jean et essaya de se concentrer sur le comique de la situation plutôt que sur son malaise.

- Oui, c’est un mail. Je l’ai reçu ce matin… C’est de la part de votre collègue Jack Bright… J’ai du mal à savoir s’il est sérieux ou non et de quoi il parle exactement alors je me suis dit que vous pourriez peut-être m’aider. Comme de toute façon il faut passer par vous pour accéder au site concerné… J’ai pensé que enfin…


Miranda se perdit un moment dans sa phrase, le cours de sa pensée lui échappait. Elle se força à inspirer calmement avant de conclure un peu maladroitement.

- Enfin bref, j’ai pensé que vous pourriez m’en dire un peu plus sur ce SCP…

Elle se tut pour le laisser lire tranquillement. Quand elle fut presque certaine qu’il avait les yeux baissés sur sa feuille elle releva les siens, guettant ses réactions. Aussi bien tout ceci n’était rien d’autre qu’une vaste blague et Ridley allait juste lui rire au nez. Elle essayait de se convaincre que même si elle le connaissait peu, elle le connaissait assez pour savoir que ça n’arriverait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Lun 1 Fév - 9:47


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Désolée du retard x.x Bright va répondre après moi du coup comme on touche à son si magnificent perso xD Après ça sera à toi j'imagine ^^






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Au moins cette fois Miranda ne s’était pas enfuie et il n’avait pas eu à batailler bec et ongles pour qu’elle entre dans son bureau. Ridley ne pouvait s’empêcher de faire le parallèle du moment où elle lui avait amené sa blouse. Qu’est ce qu’ils avaient été maladroits tous les deux… surtout lui d’ailleurs en y repensant. Il s’installa donc derrière son bureau pour lire ce mail apparemment très intéressant tandis que la psychologue prenait place elle aussi.

— Oui, c’est un mail. Je l’ai reçu ce matin… C’est de la part de votre collègue Jack Bright… J’ai du mal à savoir s’il est sérieux ou non et de quoi il parle exactement alors je me suis dit que vous pourriez peut-être m’aider. Comme de toute façon il faut passer par vous pour accéder au site concerné… J’ai pensé que enfin… Enfin bref, j’ai pensé que vous pourriez m’en dire un peu plus sur ce SCP…


— Bright n’est jamais sérieux Miranda. Ou alors il faut qu’on soit au bord de l’apocalypse, lui répondit-il en lâchant un petit rire.


Il passa sur le manque total de professionnalisme et sur les piques qui lui étaient adressées dans ce fameux mail, ce n’était pas ce qui attirait son regard. De toute façon, il se vengerait de tout cela plus tard. Ce cher Jack n’était pas le seul à pouvoir faire des blagues… ‘‘Le magnifique’’ risquait de ne plus l’être s’il divulguait certaines photos. Il les gardait au cas où Bright en aurait de lui à mettre dans son journal mais bon…

— Eh ben, on a touché le jackpot ! 9 règles d’enfreintes, il abuse ! dit-il en faisant mine de râler mais son demi sourire ne trompait personne.


En réalité il était plutôt amusé, même si une partie de lui restait agacée. Et si Miranda était tombée tête baissée dans ce drôle de piège et était allée voir les gardes pour rencontrer le SCP en question ? Il espérait que la sécurité aurait fait son boulot. Normalement oui vu que, comme elle l’avait dit, il fallait son accord pour accéder au site 19. C’était peut être le moment de tester ça pour de vrai, de les prendre au dépourvu ? Il garderait cette idée dans un coin de sa tête. C’était juste pour être sûr.

— Ça m’étonne qu’il vous ait pas sorti l’excuse du sacrifice d’une vierge pour apaiser le 682, il serait monté à un combo de 10, plaisanta-t-il. Vous avez bien fait de venir, le séminaire des bonnes idées, des idées originales et des mauvaises idées à l’air efficace.


En tout cas, Ridley tenait à savoir ce qui avait bien pu passer par la tête de Bright pour rédiger un mail comme celui là. Peut être qu’il était bourré ou drogué, encore, ce qui était bien évidemment proscrit pendant les heures de travail. Il voulait savoir pourquoi il l’avait envoyé à Miranda très précisément alors qu’il y avait des tas d’autres psychologues ici. Il attrapa donc son téléphone, composa son numéro et attendit que ce chercheur si intelligent et beau daigne bien répondre au glandeur qu’il était. Rho mais non, Ridley n’était pas rancunier.

— Salut Jack, dis moi voir, c’est quoi ce mail que j’ai sous les yeux avec neuf infractions là ? Pourquoi tu veux tuer une psychologue avec le 682 ? T'étais pas bourré j'espère, si ?


Il avait dit ça sur le ton de la plaisanterie et il espérait que la psychologue le comprendrait aussi. Mais après tout, il n’en savait rien des motivations de Bright. Il se doutait que c’était juste la blague le point de départ mais les conséquences auraient pu être dramatiques. Pour toute la Fondation à vrai dire.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne


avatar
I am
Rapports écrits : 18
Arrivé à la Fondation le : 23/02/2015


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 60

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Dim 21 Fév - 15:41


 
Le fameux mail de Bright le magnifique

 


En plein dans une partie de League of Legends avec Clef et Kondraki, Jack n'avait tout à bord pas entendu son téléphone sonner. Il fallait aussi préciser qu'il était enfouit sous une pile monumentalement bordélique (comment ça, ça se dit pas ?) de document à signer, rapport à lire, courrier à envoyer etc. Tout des choses que Bright n'avait pas le temps de faire tellement il était débordé en somme. Occupé à mener l'assaut sur le camp ennemi, détruisant les tourelles de l'adversaire les une après les autres, le scientifique beuglant dans son micro des instructions pour terminer sa game en un temps record. Malheureusement, un bruit incessant et désagréable attirait son attention ailleurs que sur son écran et le déconcentrait dans sa stratégie militaire. Agacé, il tourna la tête pour farfouiller sous les papiers, ce qui lui valu de mourir alors qu'il était si proche du buuuut !

- Bordel de merde !
- Mais qu'est ce que tu fiche Bright ?! s'emporta Clef.
- C'est quoi ce bruit là ? grommela Kondraki à son tour. Ils savent pas que y en a qui bosse à conquérir le monde, franchement !
- Non mais c'est vraiment chiant à la fin, on peut jamais travailler tranquille dans cette boite ! Bon, Clef tu monte au top et Kondraki tu prends le mid. Je continue d'avancer sur le bot. Je passe en silence radio le temps que j'envoie chier le mec qui ose déranger Bright le magnifique !
- Tiens c'est nouveau ça, tu te crois dans Narnia ou quoi ? lança l'un des deux avant que Jack ne retire l'oreillette pour coincer le téléphone au creux de son épaule.
- Salut Jack, dis moi voir, c’est quoi ce mail que j’ai sous les yeux avec neuf infractions là ? Pourquoi tu veux tuer une psychologue avec le 682 ? T'étais pas bourré j'espère, si ?


Le scientifique, occupé ailleurs mis quelques secondes à resituer de quoi Ridley lui parlait. Un mail avec neuf infraction, seulement ? Il ne se souvenait même pas avoir fait appel à une psychologue en fait... Aah mais si ! Après les confidences autour d'un verre sur une certaine psy à la soirée d'Halloween, Jack avait mené sa petite enquête et la seule pouvant correspondre n'était autre que Miranda Smith auquel il avait envoyé un mail le matin même. Ou peut-être au déjeuné, il ne s'en souvenait plus exactement, ce qu'il voulait c'était juste emmerder Ridley et confirmer l'identité de cette mystérieuse jeune femme sur qui il semblait craquer. Bon, il ne l'avait probablement pas dit comme ça, mais il en fallait pas plus à Jack pour déceler l'amour naissant la dessous. Bon, là encore ça n'ira probablement pas jusque là, mais c'était l'occasion d'embêter Ridley en bafouant ses règles stupide et d'en apprendre un peu plus sur cette Miranda, savoir si elle serait aussi stupide que les autres où non. Mais visiblement non puisqu'elle était dans le bureau de monsieur Je-me-la-raconte-Moran et non au site 19.

- Moi, bourré ? Jamais ! Comme oses-tu penser ça de ton fidèle serviteur ! Ça m'offusque !


Bien évidemment, cela arrivait assez souvent à Bright de boire un ou deux verres... Peut-être même trois ou quatre mais jamais plus que six ! Ridley le savait certainement. Tout comme il devait savoir qu'il était actuellement très occupé puisque Jack ne se retenait pas pour commenter sa partie par des ponctuations du genre « Mais aller quoiiii ! Bordel, tu vas crever ?! Aaaah non, vite sous la tourelle ! Back, back ! ».

- Et puis, apprends à compte grand-père, en tout y en avait douze des infractions ! D'ailleurs tu devrais en rajouter une de plus des règles. Règles numéro j'ai-oublié-à-combien-on-en-est : Bright n'a pas le droit d’organiser des rendez-vous amoureux au big boss, cela pourrait le pousser à travailler ou en tout cas faire semblant et à déranger son plus fidèle employé qui s'acharne à conquérir la ligne du mid puisque Kondraki est pas fichu de repousser l'envahisseur ! Raaah. Bon, comme tu entends je suis très occupé. Alors bisous bisous à ta petite copine et surtout la prochaine fois : Laisse un message !


Sans attendre de réponse, il raccrocha ou en tout cas il essaya parce qu'avec la montagne de papier il du s'y reprendre à trois fois avant d'y arriver. Jack se saisit à nouveau de son oreillette pour beugler des insultes à son équipe de bras casser jusqu'à, une bonne demie heure plus tard remporter la game. Ce qui engendra une course folle dans les couloirs en hurlant « On a gagnéééé !! Ouuuuh !! Tournée généraaaaale !! ».




 
 [/color][/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Jeu 25 Fév - 23:23

Timidement, Miranda était venue s’asseoir sur une des chaises du bureau de Ridley. Elle le vit qui se mettait à sourire en lisant le contenu du message et elle fit un effort pour se détendre un peu. Assez en tout cas pour lever les yeux vers lui. Il lâcha d’abord cette phrase.

- Bright n’est jamais sérieux Miranda. Ou alors il faut qu’on soit au bord de l’apocalypse.

Elle se dit que de toute évidence, elle avait sous estimé le potentiel de Bright à se moquer d’elle. Elle avait toujours sous estimé ce genre de choses. Cela lui semblait tellement inouï à elle qui osait à peine demander ce qu’elle avait à demander dans le cadre de son travail. Une partie d’elle lui enviait cette désinvolture. Une autre plaignait Bright. Elle savait que ce manque total de sérieux devait cacher quelque chose, autant que le sérieux extrême de Ridley cachait quelque chose. Sans se douter du trouble que cette remarque avait suscité en elle, il continua de commenter sa lecture.

- Eh ben, on a touché le jackpot ! 9 règles d’enfreintes, il abuse !


Elle ne connaissait plus par cœur les fameuses règles. Mais elle se doutait que tout ce qui était dans ce mail n’était pas autorisé loin de là. Ridley semblait plus amusé qu’en colère cela dit. Elle n’avait pas non plus envie que Bright soit réprimandé. Pour une fois qu’on lui faisait une blague qui n’était pas méchante, elle aurait trouvé cela dommage.

- Ça m’étonne qu’il vous ait pas sorti l’excuse du sacrifice d’une vierge pour apaiser le 682, il serait monté à un combo de 10, Vous avez bien fait de venir, le séminaire des bonnes idées, des idées originales et des mauvaises idées à l’air efficace.

Cette fois, elle étouffa un rire et très vite, elle baissa les yeux. La dernière chose qu’elle voulait c’était perdre son sérieux devant Ridley. Elle ne pouvait réprimer son sourire malgré tout. Elle se demanda si Bright avait déjà vraiment sorti une blague à ce propos ou si c’était à l’humour de Ridley qu’elle avait à faire. Auquel cas elle était étonnée.

De toute évidence elle le saurait plus tard. Ridley sans attendre de commentaire de sa part se saisit de son téléphone et appela son collègue sans autre cérémonie. Elle aurait préféré que toute cette conversation ne se tienne pas en sa présence. Elle avait peur que Bright demande à lui parler. Elle avait peur de ne pas savoir à quoi lui répondre. Par mail il était amusant, en vrai, il était sans doute terriblement déstabilisant.

- Salut Jack, dis moi voir, c’est quoi ce mail que j’ai sous les yeux avec neuf infractions là ? Pourquoi tu veux tuer une psychologue avec le 682 ? T'étais pas bourré j'espère, si ?

Encore une fois elle sous estimait clairement le manque de sérieux de Bright. « Bourré ». Miranda dirait qu’on ne pouvait pas envoyer un mail comme celui qu’elle avait reçu bourré. Au contraire, c’était créé de toute pièce, avec beaucoup de minutie pour être précisément le moins sérieux possible. Elle avait fréquenté assez de gens bourrés en étant elle-même sobre pour savoir que l'ivresse ne permettait pas tant de finesse. Elle avait aussi appris que 682 méritait sans doute sa place au site 19.

Elle n’entendit pas ce que Bright répondit, elle sut juste qu’il parlait fort mais les mots étaient indistincts. Comme il ne la regardait plus, elle avait relevé les yeux vers Ridley. Elle fut très étonnée de le voir rougir. Ridley qui rougissait voilà qui était surprenant. Elle le savait maintenant capable d’éprouver de la peine, d’avoir des réactions totalement inconsidérées, mais pas d’être gêné. Pour quelle raison Ridley Moran le grand patron du SCP aurait-il à rougir? Elle ne pouvait même pas formuler une hypothèse cohérente à ce sujet.

Au bip répété qu’elle entendit, elle compris que Bright avait eu l’audace de lui raccrocher au nez. Décidément elle priait pour ne jamais avoir à travailler avec lui. Rapidement elle baissa les yeux à nouveau pour éviter à Ridley la honte de s’apercevoir qu’elle avait vu ses joues se colorer.

- Bon… qu’est ce que je suis sensée faire maintenant moi ? demanda-t-elle en conclusion.

Avec un peu de chance, il allait contenter de lui répondre simplement et elle pourrait retourner travailler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 30 Mar - 19:08


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : J'ai même pas d'excuses pour ce retard là à vrai dire ._.






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Quand Bright avait décroché, Ridley s’était vite rendu compte qu’il l’interrompait en plein travail assidu. Si une partie de League of Legends pouvait être considérée comme du travail. A ses yeux de grand patron, ça n’était pas le cas. Que faisait-il donc à glander à une heure pareille ? Le chercheur hésitait entre l’énervement et la jalousie. Ça n’était pas lui qui pouvait ce permettre ce genre de choses et ce cher Jack, de par son statut, ne devrait pas jouir d’un tel privilège.

— Moi, bourré ? Jamais ! Comme oses-tu penser ça de ton fidèle serviteur ! Ça m'offusque !


Même si Bright ne pouvait voir son sourire narquois et son air entendu, Ridley l’employa tout de même. Non, évidemment, son ami ne se laissait jamais aller à de telles folies, quelle piètre opinion il pouvait bien avoir de son propre allié. Sarcasme.

— Mais non voyons Bright, tu ne l’es jamais… les mesures et les sanctions prises pour quand tu es drogué ou bourré ne sont que foutaises. Je te dérange non ? Tu as l’air… en plein travail, se permit-il de noter en voyant qu’il n’était qu’à moitié écouté.


— Et puis, apprends à compter grand-père, en tout y en avait douze des infractions ! D'ailleurs tu devrais en rajouter une de plus des règles. Règles numéro j'ai-oublié-à-combien-on-en-est : Bright n'a pas le droit d’organiser des rendez-vous amoureux au big boss, cela pourrait le pousser à travailler ou en tout cas faire semblant et à déranger son plus fidèle employé qui s'acharne à conquérir la ligne du mid puisque Kondraki est pas fichu de repousser l'envahisseur ! Raaah. Bon, comme tu entends je suis très occupé. Alors bisous bisous à ta petite copine et surtout la prochaine fois : Laisse un message !


Ridley manqua de s’étouffer lorsque le mot ‘‘grand-père’’ parvint à ses oreilles puis vira au cramoisi en entendant la suite. Il n’était pas si vieux que ça ! Il n’avait même pas de cheveux blancs ! Si Bright tenait à s’enfoncer plus profondément, libre à lui mais il comptait bien avoir une discussion plus approfondie avec lui. Aujourd’hui ne semblait pas le bon moment puisqu’il lui avait tout bonnement raccroché au nez. Même s’il était presque certain que Miranda n’en avait pas entendu grand-chose, Ridley ne savait plus où se mettre. Organiser un pseudo rendez vous amoureux était le pire des coups bas qu’on aurait pu lui infliger présentement. Il n’allait pas dire la vérité à Miranda, elle s’enfuirait en courant quand bien même il n’était responsable de rien. Avec un soupir, il sortit un post-il jaune, y écrit de recontacter Bright et le colla à son écran d’ordinateur parmi tant d’autres notes de choses à ne pas oublier. Même si la psychologue n’avait rien entendu, elle n’avait certainement pas raté les émotions qui s’étaient peintes sur son visage. Il n’allait pas s’en accabler sur l’instant cela dit.

— Bon… qu’est ce que je suis sensée faire maintenant moi ?


Quand il releva les yeux vers elle, son regard le fuyait toujours. Il ne voulait pas lui mentir mais lui annoncer la vérité telle qu’elle ne ferait du bien à aucun des deux. Ridley lui-même préférait oublier tout ça. Ça n’était pas pour rien que tous ceux qui avaient assisté au premier Speed Dating de la Fondation avaient du prendre des amnésiaques par la suite. Ridley avait insisté. Parce qu’être attaché à une chaise et devoir subir cela durant des heures devant témoins lui avait fortement rappelé les longues séances de torture à répétition qu’il souhaitait oublier. Jack était son ami oui, mais cela ne voulait pas dire qu’il pouvait s’immiscer dans sa vie privée de cette façon, lui organiser des rendez vous galants ou quoi que ce soit d’autre. Même les bombes à eau passaient mieux.

— C’était une blague du début à la fin Miranda… Du Bright tout craché, désolé qu’il vous ait fait perdre votre temps comme ça. Au moins vous saurez qu’il n’y a rien à tenter avec le SCP-682 s’il vous refait un coup du même genre.


Il espérait au fond de lui qu’elle ne soit pas en colère, même si cela lui semblerait surprenant si ça devait arriver. Elle était trop timide pour s’énerver de ce qu’il avait vu d’elle, mais il la connaissait assez peu il fallait se l’avouer.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Jeu 31 Mar - 23:48

Ridley avait parlé un peu avec Bright au téléphone. Beaucoup moins longtemps qu’elle aurait pensé. Heureusement personne n’avait eu la bonne idée de le lui passer. Elle avait donc fait semblant de ne pas voir la rougeur sur ses joues, par respect puis elle avait tout simplement réclamé les ordres du grand patron.

- C’était une blague du début à la fin Miranda… Du Bright tout craché, désolé qu’il vous ait fait perdre votre temps comme ça. Au moins vous saurez qu’il n’y a rien à tenter avec le SCP-682 s’il vous refait un coup du même genre.

Elle soupira un peu. Elle se demandait bien pourquoi Bright l’avait choisie elle parmi tous les psychologues du SCP qui s’occupaient des expériences pour faire cette blague. Il devait connaître son nom, Ridley avait du lui parler d’elle, quand il avait amené son gâteau à sa petite soirée au Monstre de la Fête, le soir d’Halloween. Elle était étonnée que son esprit déduise tout cela aussi vite. A son tour elle rougit un peu. Cette pensée la rendait contente et l’effrayait à la fois.

- Ce n’est pas grave… enfin bref…

Comme elle était mal à l’aise, elle se sentit obligée d’ajouter, pour plus de professionnalisme.

- Cela dit, je pense que tant que j’ai affaire à quelque chose de conscient qui peut communiquer, il y a toujours plus ou moins de l’espoir. Comme disait un professeur que je respectais beaucoup « Les seuls personnes qui n’ont plus de ressources, ce sont les morts. »

Juste après elle se sentit un peu ridicule. Cela avait lamentablement échoué à avoir l’air naturel. Elle résista donc tranquillement à l’envie de prendre une pelle pour s’enterrer quelque part avant qu’il ne l’autorise à prendre congé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mar 5 Avr - 21:13


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Pardon c'est affreusement court... ça me déprime...






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Miranda ne semblait pas énervée de cette perte de temps et c’était plutôt une bonne chose. Même si Ridley ne supportait pas que Bright se soit mêlé de tout ça, revoir la psychologue lui avait fait plaisir. Même si ce moment allait être effroyablement court, puisqu’arrivant sans doute déjà à son terme. Elle n’allait malheureusement pas s’attarder ici, malgré toute la bonne volonté dont il ferait preuve. Elle devait avoir autre chose à faire de sa journée en même temps, tout comme lui.

— Ce n’est pas grave… enfin bref… Cela dit, je pense que tant que j’ai affaire à quelque chose de conscient qui peut communiquer, il y a toujours plus ou moins de l’espoir. Comme disait un professeur que je respectais beaucoup « Les seuls personnes qui n’ont plus de ressources, ce sont les morts. »


Ridley comprenait pourquoi elle respectait ce professeur là. Aussi psychologue puisse-il être, il avait dit quelque chose de censé. Encore une fois, ces mots sonnaient comme une terrible vérité à ces yeux, qui résonnaient en même temps que ses souvenirs de Russie. Durant longtemps il avait puisé dans ses ressources pour ne pas mourir mais il avait fini par s’épuiser et la suite, mieux valait ne pas y penser. Mais là, c’était différent.

— Ce professeur à tout à fait raison en ce qui concerne les humains mais s’il avait connu le SCP-682, il aurait probablement révisé ses propos. C’est une créature capable de communiquer certes mais on ne peut pas avoir de réelle discussion avec lui.


Miranda ne pouvait pas espérer pour quelque chose ou quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, ou que de nom. C’était comme chercher à espérer pour toute l’humanité. Pour l’avoir vécu dans les débuts du SCP, il savait que c’était épuisant et qu’on finissait déçu. Pessimiste peut-être, mais aussi réaliste. Oh bien sûr, les buts de la Fondation n’avaient pas changé. Mais Ridley s’était vite rendu compte que même si l’humanité en valait la peine, un espoir de changement des mentalités n’était pas permis. Surtout pour les russes, mais ça c’était une autre histoire.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 6 Avr - 23:28


Elle ne savait pas pourquoi, elle avait voulu rappeler qu’il y avait toujours de l’espoir. Pour faire son intéressante probablement. Pour se redonner un masque de professionnalisme après ce moment de léger malaise qu’ils venaient de vivre. Elle l’avait vu rougir tout de même, ça n’était pas rien.

- Ce professeur a tout à fait raison en ce qui concerne les humains mais s’il avait connu le SCP-682, il aurait probablement révisé ses propos. C’est une créature capable de communiquer certes mais on ne peut pas avoir de réelle discussion avec lui.

La remarque de Ridley piqua réellement sa curiosité cette fois. Partout où elle avait travaillé c’était la même chose. Il y avait toujours cette personne pour qui plus personne n’entretenait d’espoir. D’un commun accord bien souvent, tout le monde avait décrété qu’il ne servait à rien de lui consacrer temps ou attention. Cette personne présente ici depuis bien longtemps, désignée par l’ensemble pour porter le poids des échecs d’une institution. Evidemment il fallait toujours que Miranda s’intéresse à ce genre de personnes et que du même coup, elle s’attire des ennuis. Le SCP ne ferait pas exception à la règle.

- Pourquoi est-ce que vous dites ça ? Qu’est ce qui empêche de converser avec 682 ? Vous seriez surpris de toutes les manières de communiquer qui existent. Refuser de communiquer justement, c’en est un. C’est une action, une démarche qui relève d’une prise de position radicale. Il en faut beaucoup justement des ressources pour faire une chose pareille non ?

Cette fois Miranda ne cherchait plus seulement à faire son intéressante. Elle avait juste beaucoup de mal avec l’idée qu’on pouvait laisser quelqu’un de conscient sans aucun espoir. Peut-être qu’elle ne pourrait rien faire pour cette entité. Mais elle n’aimait pas l’idée que tout le monde avait baissé les bras y compris ceux qui étaient contraints d’avoir affaire à elle. Peut-être qu’elle savait ce que c’était, de vivre dans un monde où plus personne ne se soucie de soi ou ne cherche à tendre une main. Sans s’en rendre compte elle avait relevé les yeux. C’était une de ses convictions profondes qu’il s’agissait, un de ses chevaux de bataille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Jeu 7 Avr - 20:46


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : J'espère que c'est pas trop nul...






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

La situation du 682 était en tout points problématique. Du point de vue de la prise en charge déjà mais du secret professionnel d’autant plus. Au vu de sa dangerosité, il était classé niveau 4 mais avec les incidents qu’il causait, tout le monde ou quasiment était déjà au courant de son existence. La plupart du temps, quand quelque chose arrivait, les journaux du SCP et la radio attitrée de la Fondation en parlaient. Miranda semblait cependant se tenir assez à l’écart des informations concernant cette créature particulière, sinon elle aurait compris à quoi elle se frottait. Cela dit, il fallait bien admettre que le dernier dérapage commençait à dater un peu et que cela faisait su bien à tout le monde. Même si la façon de contenir l’expérience en question était horrible, elle s’avérait efficace au-delà de toute autre.

— Pourquoi est-ce que vous dites ça ? Qu’est ce qui empêche de converser avec 682 ? Vous seriez surpris de toutes les manières de communiquer qui existent. Refuser de communiquer justement, c’en est un. C’est une action, une démarche qui relève d’une prise de position radicale. Il en faut beaucoup justement des ressources pour faire une chose pareille non ?


Sauf que refuser de communiquer comme le faisait le 682 n’était pas tolérable. Cela mettait trop de gens en danger et ça n’était pas faute d’avoir essayé. Certes baigner dans un bain d’acide n’aidait pas à la discussion, ça il voulait bien l’admettre. Mais ils n’avaient guère le choix. Il ne leur en laissait aucun autre pour l’instant.

— Ce qui nous empêche de converser avec lui ce sont déjà les procédures de confinement proportionnelles au danger qu’il représente. Si elles ont été mises en place c’est pour une bonne raison, le SCP-682 entre dans un état de rage absolue si nous tentons d’engager une discussion, et ce à chaque fois. Je suis surpris que vous n’ayez jamais entendu parler de lui. Rares sont les gens qui ont l’accréditation pour avoir toutes les informations le concernant mais il est tristement célèbre pour ses évasions.


Alors oui, résister comme il le faisait demandait énormément de ressources. Tout comme il leur en coûtait, des ressources, pour réparer les dommages qu’il causait. Ridley aurait apprécié qu’une autre solution se trouve d’un commun accord entre la créature et l’équipe chargée de son confinement mais cela lui semblait hautement improbable. Agressif comme il était, les hauts gradés ne pouvaient se permettre de faire un premier pas au risque de se retrouver avec plus de victimes qu’ils n’en avaient déjà. La situation était bloquée et toute gentille qu’elle était, ça n’était pas Miranda qui allait la débloquer. Déjà parce que ça ne servirait à rien, qu’il n’était pas le seul à décider de cela mais en plus, si vote il venait à y avoir il serait contre. Ce sentiment soulevait en lui bon nombre de nouvelles questions mais c’était un fait ; il se refusait à lui laisser courir un tel risque. Il tenait à elle et ça ne servait à rien de se le cacher.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Ven 8 Avr - 0:34

Et voilà qu’elle argumentait. Dans ces situations étranges pour elle, elle se trouvait soudain le courage de le faire et de tenir une conversation où l’on n’était pas d’accord. Elle pouvait refuser de céder ou de se ranger à l’avis de l’autre. La question de l’espoir était une de ces questions qui ne souffrait pas qu’on les abandonne juste dans le but de plaire. Heureusement que Miranda avait eu la chance d’exercer un métier où l’on prend soin des autres. Sans cela, elle n’aurait jamais découvert qu’elle était capable d’assumer certaines choses, de tenir des positions.

- Ce qui nous empêche de converser avec lui ce sont déjà les procédures de confinement proportionnelles au danger qu’il représente. Si elles ont été mises en place c’est pour une bonne raison, le SCP-682 entre dans un état de rage absolue si nous tentons d’engager une discussion, et ce à chaque fois. Je suis surpris que vous n’ayez jamais entendu parler de lui. Rares sont les gens qui ont l’accréditation pour avoir toutes les informations le concernant mais il est tristement célèbre pour ses évasions.

Miranda compris soudain de quelle entité il s’agissait. Elle se souvenait en avoir beaucoup parlé. Avoir rencontré quelques chercheurs ou membres du personnel qui avaient été blessés dans les affrontements avec la bête géante. Elle connaissait les descriptions de la béance de sa peau, de ses grandes dents et de ses colères faites dans les journaux. Elle n’avait juste pas la mémoire des chiffres.

- Ah… ça me revient... On parle du grand lézard c’est ça ?

Miranda n’avait pas de mal à éprouver de l’empathie pour ceux qui se comportent mal et font du mal autour d’eux. Elle avait travaillé en prison. Elle savait ce que cela faisait de se sentir atrocement coupable et elle comprenait aussi pourquoi certains préfèrent éviter ce sentiment, voire éviter tous les autres. En même temps elle était capable aussi de saisir la détresse des victimes. Pour elle tout était une question de point de vue dès l’instant où on se débarrassait du jugement pour un temps pour prendre simplement écouter la personne en face de soi. Avec un plaisir certain Miranda répondit.

- Donc on est face à quelqu’un qui a encore l’espoir de trouver quelque chose de mieux ailleurs, ou au moins que l’évasion peut réussir. On est aussi face à quelqu’un qui est capable de se mettre en colère. Non sérieusement... beaucoup n’ont pas cette chance…

« A commencer par moi, par exemple. » pensa Miranda sans le dire pourtant. Elle poursuivit après une courte pause.

- Après je n’ai jamais dit que tout cela était adéquatement géré ni que ça ne posait aucun problème. Mais justement une personne sans ressources ne pourrait pas poser autant de problèmes à une institution aussi puissante et organisée que le SCP. Ce qui veut dire que peut-être, je ne sais pas comment, il existe un moyen de permettre à cette entité de changer la manière dont ces ressources sont orientées. Après tout ça serait dans son intérêt en plus d'être dans le nôtre.

Elle se mit à sourire encore un peu plus, comme une excuse cette fois, parce qu’elle était peut-être allée un peu loin après tout.

- Ce que j’essaye de dire je crois, c’est que des fois, il suffit de changer de point de vue pour voir l’énergie extraordinaire dont disposent des individus qu’on pensait complètement démunis et incapables de changer. Malgré tout parfois évidemment on arrive à rien…

Elle en savait quelque chose. Un de ses suivis à hauts risques avec un auteur de tortures et violences sexuelles s’était terminé par un suicide, qui dans un sens avait fait suite à de gros progrès de sa part dans l’acceptation de ses émotions et surtout de sa culpabilité. D’autre fois pourtant, elle pouvait se dire qu’elle avait participé, même si de loin, même si jamais seule, à des choses que personne n’aurait pensés possible dans un premier temps.

- …mais dans tous les cas, même si on ne change rien à la manière de faire, changer la manière de penser ça change effectivement quelque chose. Et on ne peut pas changer de manière de penser si on a baissé les bras d’une certaine façon.

A nouveau elle eut un sourire d’excuse.

- Enfin c’est peut-être une déformation professionnelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mar 3 Mai - 18:47


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Désolée du retard D:






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Lorsqu’il argumenta sur les procédures de confinement du SCP-682, il nota que cela parlait tout de suite un peu plus à Miranda. Oui, évidemment qu’elle avait du en entendre parler elle aussi. Chaque évasion de sa part donnait double de travail aux psychologues en charge du personnel. Un vrai calvaire pour tout le monde, en fin de compte, cette histoire. Il y avait tellement d’expériences dangereuses de toute façon, c’était parfois difficile de mettre une description sur un chiffre.

— Ah… ça me revient... On parle du grand lézard c’est ça ? Donc on est face à quelqu’un qui a encore l’espoir de trouver quelque chose de mieux ailleurs, ou au moins que l’évasion peut réussir. On est aussi face à quelqu’un qui est capable de se mettre en colère. Non sérieusement... beaucoup n’ont pas cette chance…


Il hocha la tête, l’air grave. Grand lézard c’était simple pour une description mais c’était mieux que rien. Un peu rétréci il ferait moins de mal autour de lui mais c’était quelque chose d’impossible à faire, ça aussi. Il ne sut pas bien pourquoi mais elle semblait contente. Il espérait que ça ne soit que parce qu’elle avait mis une pseudo image sur un chiffre. Une chance de se mettre en colère, tout dépendait pour qui. Pour personne à la Fondation en tout cas. Pour personne dans le monde entier en fait. Alors soit ce cher saurien calmait ses colères contre l’humanité qui ne lui avait rien fait et devenait coopératif, soit il restait plongé dans son bain d’acide jusqu’à ce que les chercheurs trouvent un moyen de lui offrir le repos éternel. La première solution tenait du miracle et Miranda ne semblait pas le concevoir. D’un autre côté, Ridley n’allait pas lui permettre de concevoir grand-chose, elle ne s’en approcherait pas.

— Après je n’ai jamais dit que tout cela était adéquatement géré ni que ça ne posait aucun problème. Mais justement une personne sans ressources ne pourrait pas poser autant de problèmes à une institution aussi puissante et organisée que le SCP. Ce qui veut dire que peut-être, je ne sais pas comment, il existe un moyen de permettre à cette entité de changer la manière dont ces ressources sont orientées. Après tout ça serait dans son intérêt en plus d'être dans le nôtre.


Ridley soupira. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi elle souriait aussi naïvement. C’était un sujet grave, compliqué et elle n’en maîtrisait aucunement tous les aspects. Mais il ne pouvait pas lui en vouloir d’être si peu informée. Ça n’était pas forcément plus mal, il faisait partie des secrets les plus difficilement gardés par la Fondation. Si on pouvait encore parler de secrets. Et pour avoir essayé, non, il n’existait présentement aucun moyen de réorienter ces pseudo ressources. Que ça soit dans son intérêt ou pas, cela lui avait déjà été expliqué maintes et maintes fois. Il n’entendait rien et aucun membre de la Fondation n’accepterait de se laisser écraser pour ne pas répondre à la violence par la violence. Il n’y avait que cela qu’il comprenait.

— Ce que j’essaye de dire je crois, c’est que des fois, il suffit de changer de point de vue pour voir l’énergie extraordinaire dont disposent des individus qu’on pensait complètement démunis et incapables de changer. Malgré tout parfois évidemment on arrive à rien… mais dans tous les cas, même si on ne change rien à la manière de faire, changer la manière de penser ça change effectivement quelque chose. Et on ne peut pas changer de manière de penser si on a baissé les bras d’une certaine façon. Enfin c’est peut-être une déformation professionnelle.


— Une énergie extraordinaire, on a la preuve qu’il en possède une après dix sept évasions et le triple de meurtres à son actif. Il n’est clairement pas démuni mais, incapable de changer, pour l’instant, oui. Et après dix sept tentatives pour améliorer les choses de notre côté, pour marchander, pour lui proposer des choses, l’aider, vous comprendrez qu’à défaut d’avoir baissé les bras, nous essayons de préserver la sécurité des gens qui travaillent ici et tout le secret qui tourne autour de la Fondation. Ça m’embêterait d’avoir à atomiser mes propres locaux ou les villes du Groenland à l’arme nucléaire puis d’avoir à expliquer tout cela aux chefs d’état. S’il n’est lui-même pas prêt à initier une trêve, nous continuerons de chercher par tous les moyens à abréger ses souffrances et ça s’arrêtera là.


D’autant que s’il se remettait à vouloir tenter quelque chose de voué à l’échec, il allait se prendre une levée massive de bouclier des employés et de la sécurité. Alors à moins d’avoir quelque chose de réellement efficace à proposer, à moins que le SCP-682 lui-même demande à discuter de sa condition et à se calmer, rien d’autre ne se ferait.

— Vous êtes bien gentille Miranda et l’abnégation est un trait que je respecte énormément. Je comprends vos idées et l’espoir que vous nourrissez pour le SCP-682 mais vous ne le connaissez pas et vous ne le connaîtrez sans doute jamais. Aucune évasion n’a été notée depuis votre arrivée et c’est déjà en soi un fait exceptionnel. Il faut que ça continue ainsi.


Ridley se montrait dur, il le savait. Mais c’était toujours lui qui réparait les dégâts à la suite de ses évasions. Qui devait subir l’enterrement des hommes qui avaient péri sous ses pattes ou ses crocs, qui recevait les familles quand il y en avait, qui flippait que l’évasion ne soit pas contenue et d’avoir à appuyer sur ce fameux bouton rouge synonyme de catastrophe.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 4 Mai - 23:17

Miranda regrettait déjà une partie des mots qui avaient franchi ses lèvres. Elle ne cherchait pas vraiment à ce que Ridley lui confie la charge de ce SCP, ni même à ce que quoique ce fut ne change. Simplement, elle aimait défendre cette idée qu’il ne fallait mieux pas baisser les bras. Pour elle ça n’allait pas plus loin. Évidemment elle ne savait rien de cette situation. Mais comme toute situation, elle n’était sans doute pas désespérée, c’était tout ce qu’elle voulait dire.

- Une énergie extraordinaire, on a la preuve qu’il en possède une après dix sept évasions et le triple de meurtres à son actif. Il n’est clairement pas démuni mais, incapable de changer, pour l’instant, oui. Et après dix sept tentatives pour améliorer les choses de notre côté, pour marchander, pour lui proposer des choses, l’aider, vous comprendrez qu’à défaut d’avoir baissé les bras, nous essayons de préserver la sécurité des gens qui travaillent ici et tout le secret qui tourne autour de la Fondation. Ça m’embêterait d’avoir à atomiser mes propres locaux ou les villes du Groenland à l’arme nucléaire puis d’avoir à expliquer tout cela aux chefs d’état. S’il n’est lui-même pas prêt à initier une trêve, nous continuerons de chercher par tous les moyens à abréger ses souffrances et ça s’arrêtera là.


Elle comprit que ce qu’elle venait dire avait déplut à Ridley plus que ce qu’elle pensait et elle s’en mordait les doigts. Elle n’avait pas voulu sous entendre qu’il n’avait rien fait pour essayer d’améliorer les choses. Et elle comprenait tout à fait que la fondation ai du à un moment donné privilégié la sécurité de l’ensemble sur le bien-être d’une seule entité. Elle le laissa continuer, pour être certaine qu’il allait au bout de son idée.

- Vous êtes bien gentille Miranda et l’abnégation est un trait que je respecte énormément. Je comprends vos idées et l’espoir que vous nourrissez pour le SCP-682 mais vous ne le connaissez pas et vous ne le connaîtrez sans doute jamais. Aucune évasion n’a été notée depuis votre arrivée et c’est déjà en soi un fait exceptionnel. Il faut que ça continue ainsi.


Elle avait baissé les yeux à nouveau. « vous êtes bien gentille Miranda mais… » c’était une phrase qu’elle détestait et qu’elle avait beaucoup trop entendue. Comme elle se sentit prise en faute, elle éprouva le besoin de se justifier.

- Je n’étais pas en train de dire que vous avez fait quelque chose de travers loin de là. Ni même que vous n’avez rien essayé. Je ne nourris pas d’espoir particulier, rien de très concret en tout cas. Tout ce que je dis c’est qu’il faut de temps en temps essayer de voir les choses avec un œil neuf. Réévaluer.

Elle recula un peu, sans relever les yeux, rougissant à nouveau. Elle avait le sentiment qu’elle venait de se ridiculiser. En effet, elle parlait sans rien savoir de la situation sinon ce qu’elle avait raconté. En même temps, elle savait que les discours étaient simples et n’allaient que dans un seul sens, c’était souvent que la réalité était beaucoup plus compliquée. Mais toutes les institutions avaient leur bête noire. Et il fallait bien se dire que 682 en était une, au sens propre. En même temps, elle ne pouvait pas s'empêcher de remarquer que c'était une amélioration qu'il venait de noter à la fin de son discours... il y avait longtemps qu'il se tenait tranquille. Plus que d'ordinaire en tout cas.

- Enfin bon… ça n’est pas très important, essaya-t-elle de rectifier. J’imagine que comme vous dites, concrètement, il n’y a pas grand chose de possible pour l’instant…

Elle s’éloigna encore, alors que l’envie de quitter le bureau se faisait de plus en plus pressante.

- Bon…je vais peut-être pas vous embêter plus longtemps…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mar 10 Mai - 13:52


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Encore une fois désolée du retard... et de la nullité aussi.






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Les esprits semblaient s’être un peu échauffés lors de cette discussion, comme c’était souvent le cas à propos du SCP-682. La colère qui l’animait continuellement les contaminait peut être lorsqu’ils évoquaient son cas. Ridley était cela dit content d’avoir eu une discussion avec Miranda sur ce point. Motivée par ses valeurs, elle semblait moins timide quand il s’agissait de les défendre. Mais comme toujours, il n’avait pu s’empêcher de vouloir être le dernier à avoir raison. Sur un autre sujet, il lui aurait peut être laissé cette victoire mais l’expérience était trop dangereuse, le jeu n’en valait pas la chandelle. Miranda commençait à battre en retraite, pourtant son idée était pleine de bonne volonté, même si non réalisable au vu de la situation.

— Je n’étais pas en train de dire que vous avez fait quelque chose de travers loin de là. Ni même que vous n’avez rien essayé. Je ne nourris pas d’espoir particulier, rien de très concret en tout cas. Tout ce que je dis c’est qu’il faut de temps en temps essayer de voir les choses avec un œil neuf. Réévaluer. Enfin bon… ça n’est pas très important. J’imagine que comme vous dites, concrètement, il n’y a pas grand chose de possible pour l’instant…


Ridley n’en savait rien s’il faisait les choses de travers ou pas. Tout dépendait du point de vue. S’ils voulaient que tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes avec Cortex, alors oui, tout était fait de travers. S’ils voulaient protéger la Fondation et l’humanité du danger qu’il représentait, ils faisaient au mieux pour se rapprocher de la perfection sans pour autant l’atteindre.

— On a tenté une réévaluation avec lui il y a peu. Tout ce qu’on en a tiré c’est que lui-même souhaitait mourir, ce qui, malheureusement, nous arrange plutôt à l’heure actuelle. Ça ne me plait pas de le dire, mais c’est comme ça.


Enfin, par réévaluation, c’était plutôt une nouvelle méthode pour tenter de le faire disparaître ou au moins de l’affaiblir, à l’aide d’un certain SCP aimant à se faire appeler le Créateur de l’Univers. Au final, ce dernier n’avait pas réglé le problème mais une discussion sous haute surveillance en avait découlé. Discussion qui avait fini par dégénérer, comme à chaque fois.

— Bon…je vais peut-être pas vous embêter plus longtemps…


Il laissa échapper un soupir en voyant la psychologue reculer discrètement. Cela semblait signer la fin de leur entrevue, un peu rapide à son goût. Il ne lui en voulait pas, même s’il semblait s’être rangé sur la défensive lors de la discussion. Un autre regard, même inexpérimenté, même celui de quelqu’un qui n’y connaissait rien, pouvait toujours aider, était toujours bon à prendre.

— En quoi est ce que vous pensez m'embêter là, Miranda ? C’est intéressant d’en parler avec quelqu’un qui a un regard neuf même si la situation est bloquée. Mais si vous avez mieux à faire ailleurs, je ne vous retiens pas plus longtemps...


De toute façon, leur discussion se serait terminée à un moment où à un autre. Ce qui l’embêtait c’était qu’il ignorait quand tous les deux se reverraient, comme à chaque fois. Et Ridley ne voulait pas que Bright joue les entremetteurs une nouvelle fois.

© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mar 10 Mai - 22:29


Miranda venait de se justifier maladroitement. Après tout, il était et resterait son patron. Elle n’avait pas à lui dire ce qu’il fallait faire. Elle reculait et baissa les yeux comme elle savait bien le faire. Elle se voyait être faible et battait en retraite. Ça n’était pas grave, elle avait dit ce qu’elle avait à dire. Alors tant pis. On ne pouvait sans doute pas lui demander la lune. Si elle parlait, elle se sentait coupable, si elle ne disait rien elle l’était tout autant. Il n’y avait pas de vraie issue à cette situation sans doute.

- On a tenté une réévaluation avec lui il y a peu. Tout ce qu’on en a tiré c’est que lui-même souhaitait mourir, ce qui, malheureusement, nous arrange plutôt à l’heure actuelle. Ça ne me plait pas de le dire, mais c’est comme ça.


Miranda avait bafouillé qu’elle n’allait pas l’embêter bien plus longtemps avant de vraiment prendre le temps de comprendre ce qu’il venait de dire. Il disait cela comme si ça n’était pas important. Pour elle cela changeait bien des choses. La colère de 682 était un masque contre un profond désespoir comme souvent. Elle avait imaginé 682 de beaucoup de façon. Mais jamais suicidaire. C’était triste, mais intéressant. Elle ne savait plus quoi faire soudain.

- En quoi est ce que vous pensez m'embêter là, Miranda ? C’est intéressant d’en parler avec quelqu’un qui a un regard neuf même si la situation est bloquée. Mais si vous avez mieux à faire ailleurs, je ne vous retiens pas plus longtemps...

Elle fut soulagée de voir que Ridley avait finalement moins mal pris cette conversation que ce qu’elle pensait. Parler avec quelqu’un qui s’occupait depuis si longtemps de pareille patate chaude n’était jamais facile de toute façon.

- Je vais y aller, oui, répondit-elle.

De toute façon elle avait des notes à finir avant de reprendre avec ses premiers entretiens de la journée. Certains de ses patients détestaient qu’elle soit en retard et à vrai dire, il ne savait même plus par qui elle commençait.

Elle recula un peu, souriant cette fois, les yeux toujours rivés au sol.

- Cela dit, s’il y a une chose sur laquelle vous êtes d’accord avec ce SCP… même si c’est sur sa mort, peut-être que vous pouvez l’exploiter d’une façon ou d’une autre ?

Sans lui laisser le temps de répondre elle ajouta

- Au revoir Ridley.


Avant de s’éclipser sans attendre qu’il lui réponde. Elle se faisait croire qu’elle était vraiment pressée. La vérité était autre. Quand il s’agissait de Ridley, même les affaires professionnelles de devenaient compliqués. Elle aurait voulu pouvoir se dire que tout ça c’était juste la faute de Bright et de son mail humoristique mais il n’en était rien. Elle était impressionnée par Ridley beaucoup plus qu’elle ne devait. Elle s’expliquait mal pourquoi. Ou elle se l’expliquait trop bien elle ne savait pas. Une sorte de relation s’était nouée entre eux, au cours de cette conversation dans la cafétéria, quand il l’avait trouvée glacée dans la neige, et veillée à l’hôpital, quand il lui avait offert cet ours en peluche qui depuis restait sur son lit. Elle aimait ça et elle n’aimait pas ça. Elle ne voulait pas savoir à quel point. Et retourner travailler tout simplement. Il serait plus facile de se poser des question et de rêvasser une fois lovée dans son lit le soir venu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 11 Mai - 13:53


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Pour une fois c'est un RP assez court en fait ! J'te laisse réagir encore une fois si tu t'en sens le besoin et je vais tâcher de commencer le prochain xD Ou les prochains, il en faut un autre avec Mira et Ridley ♥






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Miranda n’osait peut être plus le regarder dans les yeux et parler avec assurance au sujet du SCP-682 mais son léger sourire était revenu. Elle ne semblait toutefois pas être revenue sur son envie de filer. Ridley aurait été étonné du contraire de toute façon. La psychologue ne comptait pas rester s’il n’y avait rien de professionnel dans la discussion et cela risquait de perdurer à jamais. Lui qui aurait aimé lui proposer d’aller boire quelque chose… Tant pis. Il voulait bien se dire « la prochaine fois » mais il n’était pas certain qu’il y en ait une, en fait. Sans exactement comprendre ou sans vouloir comprendre, cela le rendait un peu morose.

— Je vais y aller, oui. Cela dit, s’il y a une chose sur laquelle vous êtes d’accord avec ce SCP… même si c’est sur sa mort, peut-être que vous pouvez l’exploiter d’une façon ou d’une autre ?


Le chercheur avait du mal à voir comment cela pouvait bien être exploitable. S’il allait voir Cortex pour lui demander s’il avait une idée de comment mourir, une nouvelle brèche de confinement risquait fort de survenir. Il fallait donc y réfléchir pour l’instant. Il n’eut même pas le temps d’ouvrir la bouche pour lui répondre qu’elle le gratifia d’un « Au revoir Ridley » et s’esquiva aussi discrètement que l’était son caractère.

Frustré, il l’était un peu mais il ne pouvait clairement pas la retenir si en plus c’était pour parler de la pluie et du beau temps. Lui-même n’avait pas le temps pour ça, mine de rien. Il aurait tout de même apprécié la mettre en garde sur de possible futurs mails de Bright pour éviter les déconvenues. Aussi, si déjà il n’avait pas pu lui dire au revoir et lui souhaiter une bonne journée, il décida de lui écrire un petit mail. Il ne savait jamais vraiment si les décisions qu’il prenait avec elle étaient bonnes ou mauvaises au vu de ses réactions mais il jugeait cela important.


Re-Bonjour Miranda,
Je n’ai pas eu l’occasion de revenir sur ce fameux mail que Bright vous a envoyé lors de notre discussion. Connaissant son caractère, ça m’étonnerait qu’il s’arrête là, même si, avec quelques remarques, j’espère qu’il le fera. Si jamais un nouveau mail suspect venait à se glisser dans votre messagerie, au pire, n’y prêtez pas attention et au mieux, n’hésitez pas à m’appeler que je puisse vous dire s’il est fiable ou non.


Ridley disait « au mieux » parce qu’il était toujours content de lui parler, donc c’était au mieux pour lui mais peut être pas pour elle au final. Il n’allait cela dit pas changer sa tournure de phrase puisque c’était ce qu’il pensait. Et là aussi, il lui aurait bien proposé une sortie mais il ne voulait pas finir dans son dossier à indésirable ou bloqué pour spam, donc il se retenait.

Quant au SCP-682, il peut y avoir encore matière à réflexion à son sujet. Même si je ne peux aucunement vous promettre une amélioration de son état ou de sa qualité de vie à la Fondation, je peux toujours vous dire que je tâcherais de remettre le sujet sur le tapis des discussions en réunion.

Je profite de ce mail pour vous souhaitez une bonne journée comme je n’ai pas eu le temps de le faire de vive voix non plus. Au plaisir de vous revoir une prochaine fois.

Ridlydou le chouchou qui a encore un doudou (C’est Bright qui à hacké la signature de mes mails la semaine dernière, j’y peux rien j’ai pas encore réussi à modifier ça. C’est gênant.)


Une fois son mail terminé, il n'avait plus qu'à lire tous les autres qui attendaient des réponses dans sa boite. Il n'avait pas oublié d'aller engueuler Bright pour ce qu'il venait de faire, mais ça, il attendrait le repas du soir. D'un côté, même s'il ne voulait pas qu'il s'en mêle, sans Bright, Miranda et lui ne se seraient peut-être pas vus durant un moment encore plus long. Ne pas savoir quand il la reverrait tracassait bien trop le chercheur à son goût. Le sujet était de toute façon plutôt sensible et si ses collègues pouvaient éviter de s'en mêler, il ne disait pas non, malgré toute l'aide qu'ils pouvaient bien lui apporter.
© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 11 Mai - 22:06

Le soir même, Miranda fut étonnée de trouver un message de Ridley. Elle hésita à l’ouvrir d’abord, puis elle constata avec horreur que si elle ne le faisait pas, elle allait probablement y penser toute la nuit. Mieux valait sans doute savoir de quoi il s’agissait au moins, au moins elle saurait à propos de quoi exactement elle s’angoissait. Lui reprochait-il d’être partie un peu vite ? Ses propos à propos de 682 ?

Elle prit une grande inspiration et ouvrit le mail. Ridley la prévenait tout d’abord que Bright risquait de lui envoyer d’autres courriers. Elle se demandait bien pourquoi un tel acharnement.

Elle respira encore un petit coup avant de lire la suite. Jusque là tout allait bien elle était plutôt soulagée. Ridley ne semblait pas en colère. La suite s’avéra encore plus encourageante. Il lui signifiait qu’il allait aborder le sujet de 682 lors des réunions. Elle n’espérait pas franchement d’amélioration de son état, elle n’espérait rien sinon que personne ne se laisse gagner par la haine générée par toutes ses tentatives d’évasions qui avaient semé la mort derrière elles. Elle avait cette expérience. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était que chacun continue d’envisager la situation avec un minima d’objectivité… ce qui était malheureusement rarement le cas dans les situations aussi gravement problématiques. Elle essayait de se convaincre qu’il n’y avait qu’une différence de degré entre ce qu’elle connaissait au SCP et ce qu’elle avait connu avant dans d’autres institutions.

La signature de Ridley lui arracha un demi sourire. Si Bright faisait la même chose avec son mail à elle, elle n’allait tout simplement plus oser en envoyer un seul, ce qui dans une institution aussi énorme était un véritable handicap.

Elle décida de répondre dans la foulée, encore une fois dans l’optique d’éviter que cela tourne et retourne dans son esprit toute la nuit.

Elle hésita déjà sur la formule de début, avant de commencer par :

Bonjour Ridley, (simple et efficace donc)

Je ne manquerais pas de vous faire suivre les prochains mails de Bright si ceux-ci me paraissent suspects. Dans le but d’entretenir des relations le plus cordiales possible avec celui qui n’en reste pas moins un collègue de travail important, j’aimerais bien savoir la raison qui le pousse à me faire ce genre de blagues, si cela n’est pas trop indiscret cependant…

Elle hésita à nouveau. Mais si après tout Ridley avait été intéressé par ce qu’elle disait, peut-être pouvait-elle aller au bout de sa démarche. Une fois en sécurité devant son ordinateur c’était finalement plus facile.

Concernant 682, sachez que je n’espère rien de particulier par rapport à l’évolution de sa situation, l’essentiel étant toujours pour moi de garder la pensée en mouvement, autour de ces situations particulièrement critiques que nous avons parfois à gérer chacun à notre échelle et dans notre perspective propre.

Si vous êtes intéressé, je pourrais éventuellement vous fournir un avis consultatif. Le but pourrait être de vous fournir un éclairage complémentaire à celui que vous avez déjà sur son fonctionnement psychique, avec un regard neuf. Pour cela je n’aurais besoin de rien d’autre que des informations, des témoignages concernant cette entité. Je sais que ces informations sont particulièrement sensibles, aussi je vous laisse le soin de décider si pour vous cela en vaut la peine.

Encore une fois, il ne s’agirait de rien d’autre que de partager des réflexions depuis des points de vue différents.

A nouveau, elle s’arrêta. Tout ceci était resté parfaitement professionnel. Beaucoup trop par rapport à son message à lui nettement plus chaleureux. Elle ne voulait pas passer pour quelqu’un de froid.

Je vous souhaite une bonne soirée, en espérant qu’elle ne soit pas trop chargée et beaucoup de courage pour remettre votre signature en ordre.

Au plaisir de vous recroiser.

Elle signa de sa signature habituelle par réflexe. Une fois le message parti elle regretta. Que venait-elle de faire ? Elle se trouvait à la fois trop cavalière et pas assez, trop froide et trop chaleureuse en fonction de la partie d’elle qui avait la parole. Sa nuit de repos allait devenir une nuit de questions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Jeu 12 Mai - 11:45


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Finalement il est pas si fini que ça le rp xD Une conversation par mail c'est marrant.






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley ne s’attendait pas à ce que Miranda réponde avant un moment ; sa journée devait être bien remplie également. En réalité, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui réponde tout court. Il revenait tout juste de son repas à la cafétéria, auquel Harp l’avait presque traîné de force, lorsqu’il remarqua qu’un mail de cette chère psychologue était apparu sur son écran, parmi tant d’autres. Avec un petit sourire, il s’était réinstallé dans sa chaise pour l’ouvrir. Une discussion par mails, voila qui pouvait être intéressant aussi, même si elle avait ses limites.

Au moins, le message sur Bright était passé et elle ne risquait rien de fâcheux. Tant qu’il se contentait des mails et n’écrivait pas des articles étranges dans son journal people. Par contre, ça se corsait quand elle demandait à connaître les intentions de Bright derrière tout ça. Ridley ignorait s’il voulait clairement les lui révéler ou pas. En tout cas, il ne le ferait pas par mail. S’il lui avouait que Bright essayait discrètement de les faire se rapprocher par écrit, Miranda risquait de mal le prendre. D’imaginer qu’il était là, ricanant derrière son ordinateur à lui faire une blague de mauvais goût pour qu’elle se sente gênée et humiliée, qu’il n’était réellement qu’un monstre qui ne souhaitait que la duper. Alors qu’au final, il était sans doute aussi gêné de la situation qu’elle le serait une fois le pot aux roses révélé. Et puis ça faisait une excuse pour la revoir. Comme elle le disait à la fin de son mail, « Au plaisir de vous recroiser. ». Une étrange chaleur lui avait parcouru le dos en lisant ces mots et heureusement que personne d’autre n’était présent dans le bureau à cet instant, car il souriait comme un idiot. Alors cela lui ferait plaisir de le revoir ? Voila une pensée qui le rendait étrangement guilleret. Elle qui semblait le craindre, trouvait finalement ça plaisant qu’ils puissent discuter. Ça le rassurait un peu aussi. Heureusement qu’elle lui disait cela, sinon il n’aurait sans doute pas osé proposer quoi que ce soit dans sa réponse.


Bonsoir Miranda,

J’espère que votre journée s’est bien passée. Ne vous en faites pas pour Bright, même en ignorant ses mails, ça ne vous empêchera pas d’entretenir une relation cordiale et professionnelle avec lui. Comme il s’agit d’une blague, il n’en sera jamais vexé, je pense.

Je pourrais essayer de vous expliquer ses motivations derrière tout cela, bien que je les trouve moi-même assez floues mais je préfèrerais vous les donner de vive voix plutôt que par écrit. Autour d’un verre à la cafétéria peut-être ? De jour de préférence, hein. Au pire, peu importe. Mais le mieux serait peut-être que vous m’informiez de vos disponibilités, si vous voulez. Je devrais réussir à me libérer en conséquence.


Mine de rien, il avait quand même peur qu’elle s’affole et refuse. Si elle préférait qu’ils se voient à la bibliothèque ou dans un couloir soit, ça lui allait aussi. Tant que ça n’était pas à la piscine. Il proposait ce lieu de rencontre mais elle était libre de choisir. Quant à Cortex, il n’en avait pas encore discuté pour le coup. Le jeudi de la grande réunion, il le ferait. Il voulait bien du regard neuf de Miranda dans l’histoire, mais peut être que d’autres n’en avaient pas envie. D’autant qu’elle n’avait aucunement les accréditations pour. C’était encore un point à discuter.

Je pense personnellement que ça vaut la peine d’avoir un avis neuf sur la situation mais comme pour tout ce qui concerne le SCP-682 et, comme c’est le cas là, une exception d’accréditation importante, je me vois mal le décider seul. Bright étant le référent de l’expérience en question, m’est avis qu’il ne refusera pas mais je poserais également la question. Si vous êtes prête à subir ses blagues et à participer à des réunions avec les hauts gradés qui s’occupent du problème et tant qu’il ne s’agit pas d’entretiens directs avec le 682, je voterai pour.

Bonne soirée à vous, du coup. J'essayerai de ne pas trop charger la mienne.


Et toujours cette même signature. Il ne savait pas comment Bright avait fait. La fin du mail de la psychologue était mignonne. Ses soirées étaient toujours chargées malheureusement, il n’y pouvait rien. Mais elle se souciait de lui, elle aussi. Les choses commençaient donc à s’améliorer entre eux, finalement.
© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Sam 14 Mai - 14:36

Miranda avait passé une mauvaise nuit. Elle avait imaginé Ridley ouvrant son message dans la lumière faible de son bureau. Elle avait pensé à toutes sortes de réactions opposées sans parvenir à savoir laquelle état la plus plausible ni laquelle lui semblait être la pire. Elle avait argumenté avec elle même, tournant et retournant dans son lit. Tant elle l’imaginait déçu de voir qu’elle restait si professionnelle, d’autre fois, elle le voyait choqué par trop de proximité. Elle repensait aussi aux reste de leurs rencontres, à leurs conversations, à celles qu’elle avait appréciés et celles qu’elle avait regrettés par la suite. Surtout celle de la cafétéria. A celle là elle avait du mal à y repenser sans aussitôt essayer de l’oublier à nouveau. Au point qu’il lui semblait qu’elle ne se souvenait pas de tout.

Le matin elle était allée ouvrir son ordinateur la boule au ventre. Elle s’était assise devant son écran, si fatiguée qu’elle ne savait pas bien si c’était encore un rêve ou la réalité. Elle fut d’abord soulagée d’apprendre qu’elle ne risquait pas un conflit avec Bright. Elle ne se serait pas sentie de taille le moins du monde. Faire face à un ennemi sérieux était une chose, aux sous entendus et à l’humour une autre, qu’elle redoutait bien d’avantage.

Son ventre se noua en lisant le second paragraphe. C’était un des pires scénarii. Un des meilleurs aussi. Elle ne savait plus. Mais surtout, elle n’avait aucune, aucune idée de quoi répondre à cela. Une partie d’elle voulait dire oui. Une autre partie d’elle lui soufflait qu’elle n’y survivrait pas. Elle se voyait déjà hésiter sur sa tenue, se maquiller, tester son sourire, peser ses mots. Pourquoi est-ce que tout était toujours si compliqué.

Pour essayer d’y trouver une réponse, elle lut la suite. Elle était étonnée que Ridley se montre si intéressé par sa proposition et elle ne savait plus quoi penser. Cherchait-il un prétexte pour passer du temps avec elle, ou sa proposition d’y réfléchir ensemble qui l’avait d’abord gêné lui semblait maintenant plus pertinente ? En tout cas il n’y réfléchirait pas seul ce qui était rassurant. Elle même n’avait-elle pas pris se prétexte pour lui parler d’avantage sans s’en rendre compte ? De toute façon, elle ne pouvait pas revenir en arrière sur ce point. Trop tard. Il faudrait sans doute faire face et participer à des réunions de très hauts gradés. Cela promettait d’être particulièrement angoissant.

Elle ne savait pas ce qui était le plus difficile à envisager : passer une soirée seule avec Ridley ou se retrouver à devoir faire une présentation de son travail devant toutes les têtes pensantes du SCP. Dans quoi s’était-elle encore fourrée ? Pourquoi ne pouvait-elle pas juste rester à sa place tout simplement, faire son travail discrètement, à l’abri des regards ?

Elle se maudissait mille fois. Elle décida qu’elle répondrait le soir. D’une part pour ne pas sembler trop enthousiaste, d’autre part pour essayer d’avoir l’esprit un peu plus libre pour ses patients de la journée. Évidemment cela fut totalement inefficace. Elle passa la journée à remuer des phrases et des phrases dans sa tête et ne fut pas très efficace. Le soir, elle n’en pouvait plus, elle était presque en colère après et elle et après lui pour lui imposer ce supplice dont il n’avait pourtant pas la moindre idée. Une fois devant son écran à nouveau, elle n’était pas plus décidée qu’au petit matin. Pourtant il fallait bien répondre. Parce que ne pas répondre c’était déjà envoyé un message de toute façon. L’autre l’attendait sans doute.

Finalement elle fut prise d’une sorte d’élan de compassion. Et si il se posait autant de question qu’elle ? Peut-être que cela lui avait coûté de lui poser cette question. Elle imagina comment il se sentirait si elle refusait sa proposition. Elle décida que ça n’était pas juste de lui faire essuyer un refus alors qu’au fond, une petite partie d’elle avait envie de répondre favorablement.

Elle prit donc son courage à deux mains…et… commença à hésiter.

Bonsoir Ridley,
( Mieux valait rester sobre sans doute…)

Après ce fut un peu le trou noir pendant un moment, elle commença des phrases et les effaça les unes après les autres sentant l’exaspération la gagner.

Bright semble décidément être une personne bien compliquée. Peut-être puis-je fournir un avis consultatif à ce sujet aussi ? commença-t-elle. Puis elle se ravisa et effaça le tout, c’était une plaisanterie de très mauvais goût. Elle recommença donc.

Je serais ravie d’éclaircir ce point avec vous. Pour ma part, je ne termine jamais après 20h.
(Ainsi elle le laissait décider quand il pouvait prendre le temps et il pouvait tout aussi bien ne plus jamais en reparler, ce qu’elle espérait et redoutait à la fois d’ailleurs)

J’imagine que la décision de transmettre de telles informations ne se prend pas à la légère. Je n’ai évidemment pas l’intention de rencontrer cette expérience, plutôt de vous fournir un écrit où je pourrais faire le point sur ce que je comprends de sa dynamique. Je suis également d’accord pour participer aux réunions afin d’apporter ma contribution dans les échanges et tenter me faire à l’humour de Bright.

Je vous laisse donc me tenir informée.

En espérant que vous avez déjà terminé votre journée.

Miranda regarda l’heure et fut surprise de constater qu’il était déjà 21h30. Rédiger ces quelques lignes lui avait pris une bonne heure et demi. Décidément, c’était bien difficile de discuter avec Ridley par mail. En vrai, cela serait sans doute bien pire. Elle n’avait pas fini de s’angoisser de toute évidence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Mer 18 Mai - 16:12


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : Désolée du retard D:






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley essayait de se dire qu’il n’avait pas attendu le mail de Miranda toute la journée, mais c’était se mentir à soi même que d’affirmer le contraire. A défaut, il essayait de ne pas y penser. Il n’était pas censé être si angoissé d’une réponse. Au mieux elle disait oui, au pire elle disait non et les choses s’arrêtaient là, il n’était question que d’aller boire un verre, pas de jouer les funambules. C’était finalement en début de soirée qu’il avait obtenu une réponse, qu’il s’était empressé d’ouvrir.

Ravie, elle disait qu’elle serait ravie d’en parler avec lui. A son avis, elle le serait moins en entendant quelles raisons poussaient Bright à agir de la sorte. Au moins, elle ne refusait pas sa proposition cela dit et il savait à présent quand elle terminait ses journées. Il se creusa longuement la tête pour savoir quel horaire lui conviendrait le mieux. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle faisait en rentrant, à partir de quel moment elle pouvait se poser. Lui ne se posait jamais, sauf pour dormir. Pour une fois, il avait une excuse cela dit, même s’il constatait non sans difficulté qu’il était bien plus motivé à aller boire un verre avec la psychologue que de lâcher son ordinateur et ses rapports pour sortir s’amuser avec ses amis.

S’il était plutôt content des bons termes qui apparaissaient entre eux, Ridley supportait mal son ressenti par rapport à tout ça. C’était trop fort et d’autant plus inquiétant. Il voulait se cantonner à une simple amitié dont il sentait qu’elle était peut être nécessaire. L’idée que cela puisse aller plus loin était pour l’instant une source d’angoisse intarissable qu’il tentait d’oublier. Déjà parce qu’il n’avait pas envie de tout gâcher avec ces bêtises, ensuite que c’était beaucoup trop compliqué et prise de tête au vu de la situation et de son histoire à lui comme la sienne certainement. Lui qui appréciait de se sentir de bonne humeur en la voyant commençait également à penser que c’était peut être mauvais signe. Il n’en savait plus rien. Quoi qu’il en soit, si la situation avait été normale, il n’aurait pas du être si transporté de voir qu’elle avait accepté sa proposition d’aller boire un verre. Dans cet état là, il ne pouvait pas vraiment lui répondre mais aller faire un tour était tout aussi inconcevable au vu de la charge de travail qu’il lui restait et ce n’était pas cette dernière qui allait lui changer les idées. Bravo Ridley, ça propose une sortie puis ça pense à se défiler. Contrairement à ce que disait Miranda, il était loin d’avoir fini sa journée…

Finalement, Ridley était parti dans sa petite cuisine immaculée parce que plutôt inutilisée pour se faire un thé. Il gérait de toute façon, tout, absolument tout. S’il parvenait à gérer la Fondation, à gérer ses employés, à gérer les expériences, il parviendrait à gérer ça aussi. En y repensant, il n’y avait pas de raison d’en faire tout un plat. Miranda semblait déjà avoir du mal à accepter qu’une amitié se développe entre eux, alors pire ? Il était sur la même longueur d’onde qu’elle sur ce point là. Pas la peine d’y penser et il restait sur la bonne voie pour lui montrer qu’il n’était pas méchant et ne souhaitait qu’être quelqu’un sur qui elle pouvait compter. C’était déjà bien. Rasséréné au mieux, il s’était donc réinstallé dans son fauteuil, avec sa tasse fumante pour commencer à écrire avant de se remettre au travail.


Bonsoir Miranda,

J’espère que votre journée s’est bien déroulée, encore une fois. Je proposerai bien de passer vous chercher un soir entre 20h et 21h, selon ce qui vous arrange le mieux. Ça vaut pour le jour aussi, de brut en blanc j’aurais proposé demain soir, si vous n’avez rien de prévu. Est-ce que ça vous va ? On pourra rediscuter de tout ça tranquillement.

Bonne soirée à vous et peut-être à demain (sinon un autre jour, c’est comme ça vous arrange).


S’il n’avait pas été si tard il aurait pu aller la voir directement mais il n’aimait pas que les choses ne soient pas prévenues à l’avance. La prendre au dépourvu était une mauvaise idée, tout comme celle de quitter son bureau au beau milieu de la lecture d’un rapport. Il allait envoyer un mail à Harp aussi pour lui parler de tout ce qui s’était dit par rapport à Cortex, maintenant que les choses semblaient se concrétiser et que Miranda avait des idées précises. Tant qu’il ne s’agissait pas d’aller parler directement avec le SCP-682, Ridley n’était pas contre. Le chercheur ne savait pas trop s’il allait lui proposer la cafétéria ou le rez-de-chaussée du Monstre de la Fête, plus tranquille et avec un peu de musique. C’était mieux que la cafétéria où on allait et venait, si l’on voulait discuter tranquillement ça n’était pas l’idéal. Et puis, il n’avait pas encore tout à fait digéré l’incident avec la jolie chute d’eau au fond qui avait fuité alors qu’il se trouvait avec Alan à discuter de choses importantes. S’il pouvait éviter que cela se reproduise, il ne disait pas non.
© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne

Décortiqueuse d'âmes

avatar
I am
Rapports écrits : 215
Arrivé à la Fondation le : 02/04/2014


ID. Card.
Statut:
Bon à savoir:
Points SCP: 0

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Ven 20 Mai - 16:20


Miranda avait encore une fois très mal dormi. Mais si une partie d’elle voulait oublier tout ça, ne plus répondre à Ridley et continuer de vivre sa vie comme si de rien n’était, une autre commençait inexorablement à se réjouir. Qu’était-elle en train de se passer exactement ? Elle n’en savait rien, mais ça se passait. Et brusquement malgré la crainte, les choses se mettaient à avoir une autre saveur. Elle avait quelque chose d’autre que ses patients à quoi penser le matin en se levant.

Et surtout la nuit.

Elle s’était levée anxieusement, sans avoir pourquoi, elle avait pris un soin particulier à sa tenue et à son apparence. C’était un peu ce qu’elle faisait pour se rassurer. Elle n’en pouvait plus de se sentir si anxieuse, elle n’avait pas non plus envie de retourner à l’état antérieur. De toute façon, cela devait arriver un jour ou l’autre. Qu’elle le veuille ou non, elle pensait beaucoup à Ridley depuis leur conversation dans la cafétéria.

Jusque là, elle avait eu toutes sortes de rêveries diurnes. Dans certaines, il se mettait à se confier à elle, et elle trouvait un moyen décisif de l’aider, une phrase à dire, un geste poser, dans d’autres elle pouvait lui dire comment elle se sentait. D’autres fois, ils se rapprochaient encore d’avantage et cela soulevait un mélange si intense d’envie et de terreur qu’elle préférait soudain penser à autre chose. Elle ne s’était jamais demandée que faire de tout cela. C’était un monde séparé de la réalité qui lui appartenait à elle seule. Et voilà qu’il s’y invitait justement un peu, dans la réalité.

Le message de ce matin fut une nouvelle brèche dans cette séparation qui la maintenait en sécurité.
Le sujet de Cortex s’était retrouvé soudain évacué de la conversation ce qui voulait dire que Ridley lui avait envoyé un message personnel, à elle. Rien que cela, fallait bien quelques profondes respirations destinées à retrouver son calme.

Le plus naturellement du monde, sans aucune forme de tact, il lui demandait quand ils pourraient partager ce verre dont ils avaient parlé. Elle resta interdite devant son écran. Elle ne pensait pas que son « un jour » hypothétique deviendrait si vite une réalité.

Elle songea un moment à ne pas répondre. Mais son « demain soir » de la veille était devenu « ce soir. » dans la nuit. Elle ne pouvait pas décemment ne pas le prévenir. Que quoi ? Qu’elle ne serait pas là ? Qu’elle serait là ?
Il lui fallut prendre une minute pour y réfléchir. Mais finalement l’idée de lui dire non lui semblait pire. Elle avait toujours eu du mal à dire non, la seule qu’elle pourrait faire était reporter et cela ne serait que déplacer le problème.

Bonjour Ridley,

Ce soir je n’ai rien de prévu. (Pure vérité, simple et efficace.)

L’heure tournait et elle avait peu de temps si elle ne voulait pas être en retard pour son premier patient de la journée.

Vous pouvez passer vers 21h. ( Le temps de se préparer à nouveau et de tourner en rond tout son saoul).

A ce soir si rien d’autre ne s’est prévu entre temps pour vous.

Elle envoya le mail en l’état. Et voilà, elle était en retard. Tout ceci n’était décidément pas bon pour sa concentration.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur du SCP

avatar
I am
Âge : 42 ans.
Rapports écrits : 394
Arrivé à la Fondation le : 01/04/2014
Localisation : Dans son bureau.
Est occupé à : Lire des rapports, encore et toujours.


ID. Card.
Statut: Fondateur, Chercheur en chef.
Bon à savoir: Il a peur de l'eau !
Points SCP: 3600

MessageSujet: Re: Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]   Lun 23 Mai - 15:01


❝ Le fameux mail de Bright... ❞


HRP : C'est très court et très nul, comme d'habitude...






Miranda Smith
Code couleur : #6666ff
♥♥♥

Ridley travaillait déjà depuis une ou deux heures lorsque Miranda lui avait fait parvenir une réponse. Il avait donc rapidement délaissé son dossier pour ouvrir et lire ce message somme toute assez succinct puisqu’il tenait sur trois petites lignes. Tout ce qu’il y avait à savoir c’était que la psychologue était disponible pour ce soir. Le chercheur tenait cependant à avoir matière à discussion avec elle au-delà des bêtises menées à bien par Bright. Et il s’était bien vite rendu compte que la situation avec le SCP-682 ne pouvait pas rester telle qu’elle. Le problème étant que si Ridley allait le voir pour lui parler comme il l’avait prévu et que les choses se passaient mal, Miranda n’aurait plus personne avec qui sortir ce soir là, ou peut être un bras, ou un pied uniquement.

Il devait de toute façon en rediscuter avant d’y aller car pour l’instant, personne n’était d’accord qu’il s’expose en première ligne. Sauf Bright, qui n’attendait que ça pour devenir le sauveur de la Fondation et prouver qu’il était bien un chasseur de crocodiles. La journée promettait donc d’être longue et remplie d’angoisse jusqu’au soir mais la vie était ainsi faite à la Fondation. Tant que l’apocalypse n’était pas déclenchée, ça lui allait. Le problème avec Cortex c’était que cela arrivait souvent plus vite que prévu. Même lui n’était pas certain de ce qu’il voulait faire. D’un côté, il voulait donner une réponse claire et nette à Miranda et de l’autre, il ne voulait pas que quoi que ce soit puisse venir perturber sa journée puis la soirée à venir. Il avait encore toute la matinée pour y réfléchir. Se doutant que la psychologue devait être partie au travail, il ne lui répondit pas un pavé et se contenta de taper un simple :


Bonjour Miranda, merci de votre réponse.

Je vous dis à ce soir alors, bonne journée à vous.


Il espérait aussi que tout se passerait bien de son côté et qu’elle n’aurait pas d’imprévus. Au pire, ça n’était que partie remise. Il fallait qu’il prépare ses arrières également, histoire que personne ne vienne fouiller parce que le grand patron du SCP qui s’absente à vingt et une heures, alors que sa présence dans son bureau était assurée le reste du temps, pouvait éveiller bon nombre de soupçons. Il ne voulait pas que des idiots se mêlent de ça.
© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafondationscp-rpg.forumactif.org En ligne
 

Le fameux Mail de Bright... (avec Ridley Moran) [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche présentation de Ada Moran (Terminé,en attente)
» Truck terminé! C'est un Véhicule volé avec Obuzier! Kaboum
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» Le 'Chain-mail Bikini' poussé a son extrème
» Un Dîner aux Chandelles, avec des Humains à Manger [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The SCP Foundation :: Les Lieux :: Lieux de Détente :: Logements-